Arnault, Bardot et Depardieu : qu’est ce qu’une nation ?

Dans une célèbre conférence prononcée en 1882, Qu’est ce qu’une Nation ?, le philosophe et historien Ernest Renan apporte sa définition, qui correspond à ce qu’on appelle souvent le modèle français de l’identité nationale : la Nation, c’est une unité politique, une citoyenneté, un « plébiscite de tous les jours ». Et comme en miroir, à cette question classique, une tradition souvent tenue pour allemande et se réclamant de Johann Gottlieb Fichte et Johann Gottlieb von Herder parle pour la Nation d’une unité historique, culturelle. A la limite, la conception dite française débouche sur le droit du sol, et la conception allemande sur le droit du sang.

C’est ainsi que nous avons pris l’habitude d’opposer, dès qu’il s’agit de Nation, deux types de formules possibles, même si chez les auteurs de référence, tout n’est pas si clair, il y a du Renan chez Fichte et Herder, et vice-versa. Mais sommes-nous toujours dans un espace balisé par ces deux types de définitions ? Trois cas singuliers, en France, apportent ici une réponse plutôt surréaliste.

Le premier, le plus élémentaire, est celui de Bernard Arnault, richissime homme d’affaires, une des plus grosses fortunes du pays, qui a demandé en juillet dernier la nationalité belge pour des raisons fiscales – il paierait moins d’impôts en Belgique une fois sa demande acceptée par les autorités du pays, ce qui d’ailleurs semble loin d’être acquis.

Le second cas est celui de Gérard Depardieu, dont le départ annoncé vers la Belgique en décembre dernier, là encore pour échapper à la fiscalité française, est à l’origine d’un feuilleton rocambolesque : critiqué par le premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, qualifiant son comportement de « minable », l’acteur, indigné, a fait des déclarations fracassantes, avant de faire savoir que, finalement, il choisissait la Russie de son ami Poutine, pays dont il a vanté les vertus démocratiques et qu’il a, dit-il, appris à aimer en écoutant Radio Moscou dans son enfance, aux côtés de son père communiste.

Troisième cas – on croit rêver encore plus – : Brigitte Bardot, la star des années 60, a menacé elle aussi de quitter la France si deux éléphants du zoo de Lyon, malades de tuberculose et hautement contagieux pour les humains, sont euthanasiés, comme annoncé par les autorités publiques. Et elle précise que ce sera, elle aussi, pour la Russie de Poutine, qui décidément, est perçue par les acteurs de cinéma français comme un havre fiscal, démocratique et moral.

Ces affaires rouvrent de manière étonnante le débat sur l’identité nationale que le Président Sarkozy avait voulu lancer en 2009. Ainsi, être Français, avec les droits et les devoirs que cela implique, peut être remis en cause parce que l’on trouve la fiscalité écrasante (Bernard Arnault, Gérard Depardieu), qu’en plus on n’accepte pas d’être critiqué d’une façon que l’on juge méprisante par un responsable au pouvoir (Depardieu), ou bien encore au nom de la protection des animaux, et sous la forme d’un chantage.

La citoyenneté, l’identité nationale deviennent un attribut de la personne, qui peut dans cette perspective nouvelle juger bon de s’en dessaisir, de faire le choix d’une autre citoyenneté.

Ce choix n’est apparemment pas politique, ou pas directement. Il est vrai que les trois cas évoqués correspondent à des personnalités qui sont à l’évidence bien plus à droite qu’à gauche – en particulier, Gérard Depardieu s’est affiché aux côtés de Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle de 2012, et Brigitte Bardot est connue pour le fort tropisme qui la tire du côté du Front National. Mais les départs annoncés sont surdéterminés par l’économie, ou par un combat pour les animaux, et non par une quelconque hérédité biologique.

Il n’est pas ici question de droit du sang, puisque l’appartenance à une nation devient un choix personnel qui n’a rien à voir avec un quelconque déterminisme sanguin.

Il ne s’agit pas pour autant de droit du sol, la question n’est pas de savoir où l’on vit en citoyen, physiquement, géographiquement, sur quel territoire, en solidarité avec la population et, comme dit Renan, avec une conscience morale partagée. Mais de soupeser et de comparer les législations fiscales pour opter pour celle qui apparaît la plus avantageuse, ou tout simplement de faire de son appartenance nationale un instrument de chantage (Bardot).

Ainsi s’esquisse une mise en cause du cadre philosophique et politique à l’intérieur duquel s’est construit le grand débat sur l’identité nationale à partir de la fin du XVIIIème siècle. Le problème n’est pas de trancher, entre droit du sol et droit du sang, mais d’agir, quand on en a les moyens, sur un marché.

Les États-nations sont ainsi en quelque sorte mis en compétition, et si celui d’où l’on procède propose moins que d’autres, et bien, on le quitte. Non pas par cosmopolitisme, pour devenir citoyens du monde. Non pas pour construire de nouvelles formes de citoyenneté, à une autre échelle, par exemple européenne. Mais pour rejoindre une autre Nation.

Les grands discours sur l’identité nationale ont ici perdu sens, l’important n’est ni dans les valeurs universelles de la démocratie et de la citoyenneté, ni dans l’idée d’un lien historique, d’une solidarité culturelle. Seuls comptent l’argent, l’ego malmené ou les lubies personnelles.

L’idée de Nation ne sort pas grandie de telles péripéties, et encore moins ceux qui la manipulent à des fins économiques, narcissiques ou pour exercer un chantage. Le philosophe Jürgen Habermas proposait dans les années 80 de dépasser l’idée de Nation et d’entrer dans une ère post-nationale, où pourrait régner un nouvel esprit civique, qu’il souhaitait promouvoir à l’échelle de l’Europe : Arnault, Bardot et Depardieu nous maintiennent dans l’ère des Nations, mais de la pire façon qui soit, sur le mode du calcul, de l’intérêt et du chantage.

Citation

Michel Wieviorka, “Arnault, Bardot et Depardieu : qu’est ce qu’une nation ?”, billet publié sur le carnet de Michel Wieviorka sur hypotheses.org le 07/01/2013, URL: http://wieviorka.hypotheses.org/109

Article à paraître en version espagnole dans La Vanguardia


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jacques Sapir dit :

    Je viens de publier un long commentaire sur mon propre carnet, RussEurope, à l’adresse
    http://russeurope.hypotheses.org/713

  1. 10 janvier 2013

    […] [1] Michel Wieviorka, “Arnault, Bardot et Depardieu : qu’est ce qu’une nation ?”, billet publié sur le carnet de Michel Wieviorka sur hypotheses.org le 07/01/2013, URL: http://wieviorka.hypotheses.org/109 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *