Le Front National, entre extrémisme, populisme et démocratie

counterpoint-reluctantradicalsMichel Wieviorka, Le Front National, entre extrémisme, populisme et démocratie, Counterpoint, The reluctant radicals, avril 2013.

En accès ouvert : Counterpoint

Une version révisée et augmentée a paru aux Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Qui aurait dit, en 1972, en période de croissance et de plein emploi, que le rassemblement hétérogène de quelques groupes d’extrême droite se dénommant « Front national »  aboutirait cinquante ans plus tard, en 2012, en temps de crise, de chômage et d’inquiétudes généralisées, à un parti de droite capable de peser durablement dans le jeu politique français, au point de constituer une menace, peut-être mortelle, pour la droite classique ? Et qui l’aurait encore dit, en 2007 ou 2008, lorsque l’époque des succès électoraux  inaugurée en 1983 semble achevée pour le FN, dont beaucoup d’observateurs annoncent alors le déclin historique ?

La trajectoire de ce parti, durant le dernier demi-siècle, n’a pas été linéaire. Cela tient tout à la fois aux évolutions de la société française, et à celles du Fn lui-même, à commencer par le changement de génération que symbolise l’arrivée à sa tête de Marine Le Pen succédant à son père, Jean-Marie Le Pen au début de l’année 2011. Comprendre l’installation durable de cette force politique elle-même en changement implique d’analyser les transformations sociales, politiques, économiques et culturelles de la France : la sortie chaotique des Trente Glorieuses et les transformations qu’elle entraîne au sein du système politique notamment.

couvFNEt cela exige d’examiner en profondeur les changements permettant au Fn de coller aux attentes d’un électorat, qui lui-même évolue : ce ne sont pas toujours les mêmes qui, depuis trente ans, votent pour lui et, si son argumentation comporte des constantes, à commencer par le thème de l’immigration, elle repose également sur des innovations – la référence au monde ouvrier, par exemple. Surtout, l’évolution du Fn doit beaucoup, ces dernières années, aux efforts de ses dirigeants pour le débarrasser des idéologies d’extrême droite qui l’ont fondé, et pour le démarquer de l’antisémitisme qui fut souvent sa marque de fabrique.

Se défaire de ce qui fut longtemps une composante essentielle de son idéologie pour devenir un parti respectable présente un coût, et modifie en profondeur son offre politique. Cet essai examinera ce qu’il en est. Mais une autre perspective doit être envisagée : celle d’une transformation de la droite classique se ralliant à l’idéologie du Front national, y compris dans ses dimensions raciste et xénophobe. L’hypothèse d’un raz-de-marée « frontiste » déferlant à moyen terme sur une France tétanisée par la crise est-elle réaliste ? Le Fn peut-il devenir le cœur d’une droite reconfigurée pour revenir aux affaires après un épisode de gauche inauguré par la victoire de François Hollande à la présidentielle de 2012 ? Rien ne permet de l’affirmer. Rien non plus n’interdit de l’envisager.

Populisme ou extrémisme ? L’histoire et la sociologie du Front national procèdent à bien des égards de ces deux catégories. Celle de populisme est aujourd’hui privilégiée, du moins dans les médias. Synonyme alors de démagogie, elle invite à inscrire le Fn dans la lignée idéologique et politique d’épisodes qui le préfigurent peu ou prou. Ainsi, est fréquemment rappelé le « boulangisme », du nom du général Boulanger, dont la carrière politique, à la fin du XIXe siècle, doit beaucoup à son nationalisme affiché et au soutien des bonapartistes et des monarchistes de l’époque. Puis, plus proche de nous, on évoque le « poujadisme » de Pierre Poujade, un mouvement lui aussi souvent xénophobe et antisémite, apparu au milieu des années 1950, dans le contexte de la IVe République déclinante, et fort du soutien de commerçants et artisans. Son antiparlementarisme parlait aux petites gens, il dénonçait les excès du fisc et critiquait les notables et les intellectuels. Le jeune Jean-Marie Le Pen en fut député.

Le recours à la qualification de populisme et à ses variantes, le national-populisme, selon le néologisme forgé par Pierre-André Taguieff ou bien encore le néo-populisme, selon le titre de l’utile histoire du Fn proposée par Erwan Lecœur, pose plusieurs problèmes. Le premier tient au flou qui entoure ce terme : on ne sait jamais très bien si son usage correspond à une exigence scientifique, ou au sens commun ou journalistique. La littérature spécialisée regorge de livres et d’articles s’efforçant d’affronter ce problème. La deuxième difficulté réside dans le fait que le qualificatif de « populiste » est aujourd’hui disqualifiant. Il indique d’emblée un jugement de valeur négatif, vaguement méprisant, en tous cas inquiet, un a priori péjoratif orientant l’analyse dans un sens prédéterminé.

(…)

Lire la suite sur le site de Counterpoint (pdf en accès libre)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *