Une nouvelle ère du terrorisme ?

La boucherie de Londres, le 22 mai dernier, au cours de laquelle un soldat britannique a été sauvagement assassiné par deux islamistes en pleine rue, a relancé les spéculations sur la nature du terrorisme aujourd’hui. Faisant suite aux attentats de Boston, et, surtout, aux meurtres commis par Mohamed Mehra à Toulouse en mars 2012, elle a alimenté l’idée d’un néo-islamisme qui témoignerait d’une nouvelle stratégie venue de loin, voire même l’idée d’un djihad de troisième génération. Ce nouveau terrorisme fonctionnerait à bas coût, visant à proximité les militaires et les Juifs en priorité.

Ce néo-islamisme n’encourage-t-il pas désormais des individus isolés, ou en groupes de très petite taille, à agir dans les pays occidentaux pour maintenir ou éveiller des sympathies au sein des populations musulmanes en radicalisant les opinions antimusulmanes, en encourageant par exemple le racisme, les attaques contre des mosquées et, de là, en montrant aux masses musulmanes que l’Occident ne leur fera en réalité jamais de place ? On retrouve ici la référence à un schéma classique, celui qu’utilisait déjà au Pays basque ETA dans les années 70, quand il s’agissait pour elle de mettre en œuvre un cycle action-répression-action : la violence des terroristes suscite en réaction la violence de l’État, ou de certains secteurs de la société, qui élève en contrepartie les soutiens à la violence terroriste en la légitimant.

Les médias, considérant alors tout aussi bien le cas d’Anders Breivik en Norvège, et la tuerie (22 juillet 2011, 77 morts) qu’il a expliquée en s’appuyant sur une idéologie pour l’essentiel d’extrême-droite, ont aussi commencé à théoriser l’hypothèse des « loups solitaires », individus isolés, particulièrement dangereux car difficilement repérables par les services de renseignement, qui passent à l’acte sans avoir besoin d’autre support que les connaissances techniques que leur apporte Internet. Du coup, ce n’est plus l’islamisme et Al Qaida qui sont au cœur de l’analyse, mais bien davantage l’individualisme extrême que fabriquent nos sociétés, et qui peut tout aussi bien rendre compte des épisodes américains de « school shooting ».

Tout ceci n’est pas vraiment satisfaisant. Le meurtre de Londres, comme ceux commis en France en mars 2012 par Mohamed Mehra ou comme les attentats de Boston perpétrés par les frères Tsarnaev entretient un lien idéologique fort avec l’islamisme radical, dont les auteurs sont pénétrés, même si c’est de manière très fruste. Il témoigne aussi d’un manque d’élaboration pratique ou technique, et d’une vision politique ou géopolitique particulièrement pauvre. On est loin, ici, des calculs stratégiques et de l’intelligence politique d’Al Qaida depuis une vingtaine d’années, sans parler du sommet dans le terrorisme global qu’ont constitué les évènements du 9/11. De plus, les auteurs de ces actes sont des nationaux, nés ou arrivés jeunes dans le pays où ils commettent leurs actes, et il faut admettre que leur violence est lourde d’un ressentiment lié à leur expérience sociale dans ce pays même. Ils n’y ont pas trouvé leur place. Enfin, comme Mohamed Mehra à Toulouse en mars 2012, les « terroristes » de Londres ont accordé une grande importance à la médiatisation de leur acte, veillant à ce que des images et leur discours puisse être immédiatement répercutés sur la Toile. Ils n’ont par contre pas cherché à échapper à la police ou à la justice, à s’enfuir, contrairement à d’autres terroristes, donnant l’image d’acteurs proches du martyrisme.

Dès lors, tout porte à penser que ce terrorisme de proximité et sans ampleur de vue est le résultat décomposé, abâtardi si l’on veut, du terrorisme islamiste. Une forme appauvrie, incapable de se hausser à un niveau politique ou géopolitique, et ouvrant l’espace, en son sein, à la violence pour la violence, à la cruauté dont ont témoigné semble-t-il les deux auteurs du crime de Londres. Ceux-ci ont utilisé des instruments de boucherie, ce qui animalise leurs victimes et témoigne en fait d’une déshumanisation.

Cela ne signifie pas que l’organisation majeure du terrorisme, Al Qaida, est-elle même entrée dans un processus de déclin et de déstructuration. Au contraire, les récents évènements, en Afrique saharienne et subsaharienne par exemple, et notamment en Algérie et au Mali, par exemple, montrent que son combat est loin d’être épuisé. Il faut dès lors concevoir une représentation complexe et diversifiée du terrorisme islamiste. Celui-ci est aujourd’hui réticulaire, et comporte plusieurs logiques. Les plus décisives se répartissent en deux dimensions.

D’une part, une action structurée, organisée, lourde d’une vision géopolitique peut-être moins ample qu’au début des années 2000, régionale plus que globale, souvent aussi nationale car visant des pouvoirs gouvernementaux dans un certain nombre de pays musulmans, au Proche et au Moyen-Orient, en Afrique. Et d’autre part, des éclats ou des débris du même mouvement, inorganisés, peu ou non inclus dans des réseaux, et pour qui la haine islamiste de l’occident trouve ses principales sources dans l’expérience vécue au sein même d’une société occidentale. Internet assure la liaison idéologique de cet univers, qui n’est d’ailleurs pas homogène, mais pas son unité politique ou géopolitique, sauf à croire qu’Al Qaida attend beaucoup des actes isolés perpétrés à l’Ouest. Et plus l’isolement est grand pour les terroristes dans les pays occidentaux, plus leur violence devient extrême et s’apparente à d’autres violences sans contenu politique.

Le nouveau terrorisme dans les pays occidentaux constitue une menace d’autant plus terrifiante qu’il est difficile de connaître à l’avance ses acteurs éventuels. Il inquiète, il est particulièrement barbare, cruel même. Mais il est excessif d’y voir une menace politique, ou l’élément décisif d’une stratégie géopolitique.

Article à paraître en espagnol dans La Vanguardia


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *