«Mettre le numérique au service des humanités» – Entretien avec Michel Wieviorka

Interview | Sociologue et directeur de la Fondation Maison des sciences de l’homme, Michel Wieviorka retrace les moments forts de l’institution, ses figures déclinantes ou montantes, de l’intellectuel sartrien à l’expert des plateaux télé, et prône une approche globale de la recherche enrichie par les nouvelles technologies.

Libération, 10-11 mai 2013. Par Véronique Soulé

Le sociologue Michel Wieviorka, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (l’EHESS), est à la tête de la Fondation Maison des sciences de l’homme depuis 2009. A la veille d’un colloque international «Penser global» marquant les 50 ans de l’institution, et le lancement de la revue Socio, Libération l’a interrogé sur l’état des sciences sociales et sur la figure de l’intellectuel aujourd’hui.

A l’occasion des 50 ans de la fondation, vous signez un manifeste pour les sciences sociales. C’est leur grand retour ?

Nous entrons dans une nouvelle époque. Les modes d’approche classique sont affaiblis, tout a changé pour les sciences sociales. Elles étaient occidentales, voire impériales. Elles sont devenues mondiales et internationales. Des chercheurs produisent des connaissances dans nombre de pays, en dehors des pays fondateurs – France, Allemagne et Angleterre, Etats-Unis et Canada et, plus tardivement, l’Amérique latine.

Aujourd’hui en Chine, en Inde, à Singapour, des centres de recherche travaillent à haut niveau, sur des modes différents. Les uns s’alignent sur les sciences sociales de type américaines, ce qui n’est pas très intéressant. D’autres s’enferment sur leur culture et leur nation. On eut ainsi la mode de «l’asiatisme», ou bien l’idée qu’un chercheur chinois mène des recherches avec des paradigmes exclusivement chinois. D’autres encore articulent la participation à la raison universelle avec la mise en avant d’un passé propre. Dans notre revue Socio, un chercheur indien, Rajeev Bhargava, analyse cette question dans un texte doux amer. Il explique qu’avant la colonisation il existait en Inde une pensée politique et sociale. Elle fut abîmée par la colonisation. Puis est venue la décolonisation. Cette pensée a été retrouvée, mais la colonisation a détruit définitivement quelque chose.

Les chercheurs français sont-ils dans la course ?

Ils reviennent dans le jeu mais ont pris du retard. La France redevient un pays qui rayonne et qui attire. Et notre fondation est l’un des lieux où s’opère cette relance. Nous avons créé le Collège d’études mondiales en juin 2011. L’idée est de penser global et de ne pas se laisser enfermer dans le «nationalisme méthodologique», pour lequel tout s’explique dans le cadre de l’Etat-nation.

Une quinzaine de chaires sont déjà attribuées. Chacune anime une vie intellectuelle – avec de la recherche, des séminaires, des invitations de chercheurs… Parmi les titulaires, nous comptons des personnes aussi prestigieuses que Manuel Castells, sociologue des réseaux, ou Nancy Fraser, philosophe politique. Mais aussi des plus jeunes. Dans le cadre de la chaire du démographe Hervé Le Bras, j’anime avec lui un programme de comparaison des débats sur les statistiques ethniques dans quatre pays – Etats-Unis, Russie, Brésil et Inde -, et dans celui de la chaire de Dominique Meda, un programme sur la reconnaissance au travail. J’ajoute que notre fondation accueille chaque année près de 500 visiteurs étrangers.

D’où vient ce retard dans les sciences sociales ?

La France a en partie raté le tournant des années 80 et 90. Il y a quarante ou cinquante ans, on venait du monde entier pour faire de l’histoire, de la sociologie. Aujourd’hui, le prestige de nos chercheurs est bien moindre. Notre pays a été identifié à des grands débats – la révolution, le marxisme, le communisme, la décolonisation, le tiers-monde, la dépendance (de l’Amérique latine). Sur tous ces sujets, c’était là que ça se passait. Paris était le centre du monde, avec Jean-Paul Sartre, Raymond Aron… On était alors marxistes, structuralistes, etc. Ces grands débats intellectuels ont reflué à partir des années 90, avec la chute du mur de Berlin [en 1989, ndlr] et la mondialisation. La France, embourbée dans le passé algérien, discute encore de postcolonialisme. Mais nous sommes en retard d’une époque ! En Inde, on ne débat plus en ces termes.

La France a eu plus de peine que d’autres pays à ouvrir de nouvelles discussions et à jouer un rôle pionnier. Ainsi, les Français ont été très rétifs à voir dans la mondialisation autre chose qu’une menace. C’est même le pays d’Europe où l’on s’en inquiète le plus. Les chercheurs, eux aussi, sont entrés à reculons dans ces discussions.

La situation est donc mûre pour une relance des sciences humaines ?

Oui. Mais il reste un obstacle qui n’est pas propre à la France même s’il y est plus aigu. Les jeunes chercheurs ne participent guère à des débats généraux comme ceux de ma génération. Ils sont pourtant mieux formés théoriquement et s’inscrivent dans des réseaux internationaux. Mais chacun est dans sa niche, sa spécialité, sans entrer dans des discussions politiques historiques, sociales. Un exemple imaginaire : un chercheur spécialiste de la selle des chameaux en Palestine va connaître les spécialistes du sujet du monde entier. Tous les quatre ans, il sera présent au congrès international de la selle de chameaux. Mais il ne participera pas à des échanges sur le Proche-Orient ou sur le conflit israélo-palestinien.

Cette tendance est renforcée par les exigences de professionnalisation, par les classements et autres rankings internationaux. Pour sa carrière, un jeune chercheur doit publier dans des revues scientifiques et respecter des règles très précises. S’il dit des choses générales, il peut être taxé d’idéologue, voire d’intellectuel dans le mauvais sens du terme. Il est poussé à être pointu dans son domaine et non à monter en généralité.

(…)

Lire la suite de l’entretien sur le site de Libération.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *