Affaire Clément Méric : Police, ou politique ?

  Environ un millier de personnes ont participé à la manifestation en l'hommage à Clément Méric ce samedi 8 juin 2013 Crédit : AFP

Environ un millier de personnes ont participé à la manifestation en l’hommage à Clément Méric ce samedi 8 juin 2013 Crédit : AFP

Avant même d’être parfaitement élucidée, la mort d’un jeune militant d’extrême-gauche, Clément Méric, a suscité à chaud un impressionnant déluge de commentaires. Les uns, à commencer par la droite et l’extrême-droite, ont voulu avant tout se démarquer du meurtre. D’autres ont crié au retour du fascisme, et ont revêtu les habits de l’antifascisme. Beaucoup ont imputé ce drame au climat général, à la crise sociale et économique qui fabriquerait de la violence, ou bien encore aux manifestations contre le « mariage pour tous », qui auraient ouvert la voie de ce type de dérives meurtrières. Des manifestations ont été mises sur pieds à la hâte, bien au-delà de l’émotion dans la dignité qu’appelle la mort d’un jeune dans des conditions encore mal connues.

Entre propos convenus et langue de bois, d’un côté, et d’un autre côté fabrication d’un ennemi ou d’un danger mortel pour la démocratie et la République, nous venons de vivre un épisode médiatique et politique qui nous en dit plus sur l’état de notre système politique et de nos médias, et son incapacité à prendre de la distance ou du recul, que sur le fond de l’affaire.

La mort de Clément Méric n’est pas un crime prémédité, ni le résultat d’un rendez-vous organisé entre des groupes organisés. Elle n’est pas le passage à l’acte d’un groupe ayant décidé de monter dans une escalade de violence politique. Elle résulte d’une interaction, qui a commencé par un accrochage verbal, dans un lieu privé où avait lieu une vente sur invitations de vêtements de marque. On est ici au cœur de Paris, loin des quartiers populaires marqués par le chômage, et avec des acteurs qui ont les moyens et l’état d’esprit pour des achats qui ne sont pas ceux que l’on fait dans un hypermarché. La crise n’explique rien, ou du moins pas directement.

Gauchisme contre extrême-droite : on est loin aussi des débats sur le mariage pour tous. Mais les deux camps ne peuvent pas être mis sur le même plan, même si les responsabilités de l’escalade verbale initiale ne sont pas claires à ce jour.

Cette interaction en effet, s’il s’agit des meurtriers, a été le fait de skinheads, qui sont des acteurs dont la préparation idéologique et politique est bien limitée, et comme surplombée par la préparation à la violence. Ces acteurs, le plus souvent, sont soucieux d’un entraînement rigoureux au combat, et veillent à leur alimentation, qui doit aller dans le même sens – ce qui n’interdit nullement un fort penchant pour la bière. Leur violence est moins politique que psychologique, elle est presque une fin en soi, c’est la violence pour la violence, le plaisir de la violence. Et même s’ils s’inscrivent dans des organisations, il n’est pas sérieux de croire qu’en les interdisant, on empêchera les regroupements informels, les bandes, les liens en réseau qui sont le lot de ce type d’acteurs.

Ceux-ci ne nous annoncent pas en eux-mêmes le fascisme, pour lequel il faut une adhésion populaire, des forces structurées, ce ne sont pas les avant-gardes d’un mouvement de masse conduit par une extrême-droite se préparant à prendre le pouvoir. Au-delà de l’émotion légitime qu’elle appelle, la mort de Clément Méric, plus qu’une question politique, est une question de police et, derrière, de justice.

Tribune parue dans Ouest-France, samedi 8 juin 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *