Soutien au bijoutier : « Une telle mobilisation est une première », entretien

Le sociologue Michel Wieviorka analyse la montée du « deuxième Front national » et son utilisation des réseaux sociaux. Selon lui, face à Marine Le Pen, gauche et droite se trompent

Le Front national profite-t-il plus que les autres partis de l’insécurité?
Dans le contexte actuel, il existe un double sentiment d’insécurité qui profite au Front national. Il y a d’abord l’insécurité économique, liée à la construction européenne en panne et à la montée de la précarité et du chômage. Tout cela crée une insécurité durable : notre futur est illisible. Une deuxième source de sentiment d’insécurité profite au FN : la crise de notre système politique, avec une gauche au pouvoir qui peine à convaincre et une droite classique sans leadership, déstructurée. Rajoutez à ces données générales, des phénomènes de délinquance ou des faits divers du type de celui de Nice aujourd’hui et vous avez un terreau pour ce que j’appelle « le deuxième Front national ».

Celui de Marine Le Pen…
La période groupusculaire entamée en 1972 constitue la préhistoire du FN. Le « premier Front national » est celui de Jean-Marie Le Pen à partir de 1983, et j’appelle « deuxième Front national » le parti de sa fille, qui utilise des leviers souvent différents. L’anticommunisme, par exemple, a disparu. Si les deux thèmes classiques, délinquance et immigration, sont toujours là, elle en développe de nouveaux, à commencer par celui de la question sociale. Elle a mis des bémols à l’antisémitisme de son père et tente de présenter son anti-islamisme sous la bannière de la laïcité… C’est que ses électeurs ont changé. Par exemple, son électorat compte davantage de familles modestes qui ont eu les moyens de quitter les quartiers populaires pour des zones périurbaines. Des couples qui ont acheté un pavillon dans un lotissement en s’endettant, ont besoin de deux voitures, se ruinent en carburant, ont du mal à boucler les fins de mois et ont le sentiment d’être abandonnés par l’État.

Un FN efficace sur les réseaux sociaux…
C’est normal, il attire pas mal de jeunes… Vous n’avez pas de mobilisation possible aujourd’hui sans les réseaux sociaux. Mais pour que cela marche, il faut aussi un ancrage physique, concret. La place Tahrir en Égypte! Pour que la mayonnaise prenne sur les réseaux sociaux, il faut que le virtuel rencontre le réel. Ce week-end, cela « prend » parce qu’il y a un lieu, la bijouterie de Nice, et un personnage réel, le bijoutier.

De telles mobilisations peuvent-elles être durables?
En France, les manifs contre le mariage pour tous, elles aussi, ont beaucoup mobilisé sur la Toile. Mais cela ne veut pas dire ensuite que ces mouvements soient durables. En Italie, il y a quelques années, le mouvement Popolo Viola a réuni un million de personnes dans la rue contre Berlusconi. Mais il est resté sans lendemain. L’avantage des réseaux sociaux, notamment pour les chercheurs, c’est qu’ils laissent la trace de tout ! La bibliothèque du Congrès américain a racheté tous les tweets du mouvement Occupy Wall Street!

On saura donc analyser le phénomène des 300 soutiens à la minute sur Facebook du bijoutier niçois…
Oui, ce sera une mine pour les chercheurs! C’est la première fois que l’on assiste à une telle mobilisation de soutien, qui s’impose aux médias traditionnels et aux politiques. C’est mieux qu’un sondage d’opinion, et en temps réel. L’opinion s’exprime ici sans médiation et de manière interactive.

Avec le risque de manipulation…
À mon sens, pas ici, à un tel niveau de mobilisation, même si cela peut être récupéré, instrumentalisé à droite et par le FN. Tous les jours, sur Internet, des mobilisations tentent de se créer et cela ne prend que rarement. Cette histoire touche à quelque chose qui frappe les gens, ils se sentent concernés, impliqués même.

Dans votre livre*, vous semblez penser que Marine Le Pen, paradoxalement, est dans une impasse…
Disons dans un dilemme. Elle doit être à la fois respectable et sulfureuse. Elle est dans le paradoxe, elle veut à la fois critiquer le système et en faire partie. Sa position est contradictoire. Mais en attendant, elle parvient à piéger et la gauche, et la droite…

C’est-à-dire?
La gauche fait fausse route quand elle l’attaque principalement sur le thème du racisme et du mal, sans comprendre qu’on a affaire au « deuxième Front national ». À l’inverse, la droite fait aussi fausse route quand elle pense que Marine le Pen s’est normalisée. La gauche se trompe en la diabolisant, elle rate son côté respectable. Et la droite, en la dédiabolisant, rate son côté encore sulfureux. L’ambivalence actuelle du FN est d’être entre ces deux eaux.

Masqué le plus longtemps possible…
Marine Le Pen serait obligée de se démasquer le jour où on lui proposerait un fauteuil ministériel… Ou le jour où le FN serait en mesure de gouverner le pays seul. Au vu de son programme et de la façon dont, dans le passé, le FN a géré des villes, ce n’est pas pour demain.

* Le Front national. Entre extrémisme, populisme et démocratie. Éditions de la Maison des sciences de l’homme. 88 p., 9 €.

Laurent Valdiguié – Le Journal du Dimanche

dimanche 15 septembre 2013


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Michele KATZ dit :

    Une longue lexpérience, de l’intérieur, des formes les plus violentes de l’antisémitisme permet à Michel Wieviorka d’analyser les différents degrés et la nocivité immédiate ou non, de la haine raciale.Cela permet de ne pas prendre de route trop simple. Aujourd’hui, ne pas oublier la passé. Justement parce que l’on en est, comme le dit Michel Widviorka, au deuxième Front National qui fait illusion..

  2. « Cette histoire touche à quelque chose qui frappe les gens, ils se sentent concernés, impliqués même ».
    En effet, on peut se demander s’ils ne s’agit pas, pour beaucoup de gens d’un retour aux sources de la légitimité de la défense, que le concept juridique de « légitime défense » a tenté d’encadrer.
    Il y a contradiction entre les institutions (police, justice) qui chargés d’une tâche, veulent plutôt éviter que les individus veuillent avoir leur action propre en ce domaine, et les individus qui veulent bien déléguer leur défense aux institutions quand elles sont efficaces, mais veulent retrouver leur marge de manœuvre quand ces instances ne le sont plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *