FN : garder raison

Généralement, les médias amplifient les processus sociaux ou politiques en phase ascendante, et ils en accélèrent la décrue en phase descendante.

Il en est ainsi, aujourd’hui, du Front national dans un contexte où tout indique qu’il monte en puissance – sondages, résultats lors d’élections partielles. Il lui a suffi d’un bon score à Brignoles pour qu’il soit décrété premier parti de France et que l’affolement qui gagne les partis classiques soit répercuté et entretenu par la presse.

Cette dramatisation se comprend d’autant mieux que toute l’Europe, et pas seulement la France, est concernée par la poussée des droites radicales. Mais mieux vaut la nuancer.

Ce n’est pas minimiser le résultat du FN à Brignoles que de dire de l’élection dans cette commune du Var qu’il s’agissait d’une cantonale partielle présentant bien des spécificités, à commencer par de graves divisions au sein de la gauche locale.

Il est peu vraisemblable que le FN gagne de grandes villes lors des élections municipales de mars 2014. Dans de nombreuses situations, il peine même à trouver les candidats qui lui permettraient d’être présent. La loi autorisant un candidat ayant obtenu au moins 10% des voix au premier tour d’une élection à se maintenir au deuxième, le principal impact du FN aux municipales sera dans sa capacité à imposer des alliances à la droite locale, ou à la faire perdre.

Le FN de Marine Le Pen, contrairement à celui de son père, a choisi une stratégie de conquête par le bas, il tente de s’implanter dans des communes où il pourra se doter d’un personnel politique, le former et le préparer à d’autres combats. Mais une telle stratégie prend du temps, comme le montre l’expérience turque de l’AKP, le parti de Recep Tayip Erdogan, à qui il a fallu une dizaine d’années pour parvenir au pouvoir national à partir de succès municipaux. Qui sait où en sera le FN dans dix ans ?

Des sondages lui promettent de bons résultats aux élections européennes de mai 2014. Mais le succès annoncé pour le FN témoignera alors d’une adhésion protestataire et non du projet de parvenir aux affaires. En le suivant, les électeurs marqueront leur adhésion au désir de sortir de l’Europe et de l’Euro et s‘associeront aux critiques qui visent l’Union Européenne : technocratique, lointaine, néo-libérale, etc. Le FN, avec un bon résultat aux européennes, renforcera son image d’une force populiste capable de fédérer les protestations, pas celle d’un parti se préparant à conduire les affaires du pays.

Oui, le FN est à la hausse, non, il n’est pas une force capable de gérer le pays, seul, ou en relation avec d’autres. Il l’est d’autant moins que ce qui fait sa force tant qu’il est éloigné des affaires ne résistera pas à la gestion ne serait-ce que de villes. Le FN prospère sans être embarrassé par ses contradictions : il se veut antisystème et rêve d’être au cœur du système ; il se prétend respectable, sans renier quoi qu’il en dise ses dimensions sulfureuses. Cette ambivalence structurelle lui profite pour l’instant. Demain, le cas échéant, elle deviendra pour lui problématique s’il s’agit de gouverner.

Michel Wieviorka, « FN : garder raison », tribune publiée dans Ouest France le 16 octobre 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *