Du chef d’Etat aux simples citoyens: tous surveillés!

Les affaires d’espionnage nous apprennent parfois beaucoup sur l’état des sociétés qu’elles concernent. Ainsi, à la fin du XIXème siècle, l’affaire Dreyfus, du nom de ce capitaine de l’armée française, juif, accusé d’espionnage sur la base d’un faux grossier, a-t-elle en son temps révélé l’existence d’un profond clivage au sein de la société française, et mis en évidence la « guerre des deux France », entre progressistes et républicains, d’un côté, et nationalistes plus ou moins antisémites d’un autre côté.

Avec les révélations d’Edward Snowden, nous entrons de plain-pied dans un univers où l’espionnage et la surveillance nous incitent à réfléchir à la place de nos pays dans le monde, à celle de l’Europe aussi, et à partir de là à faire un grand écart intellectuel pour aller du plus global, du plus général, du mondial, jusqu’à ce que chacun de nous a de plus intime, de plus personnel. La question se pose dans un espace bien plus large que celui d’un seul État-nation – l’Espagne, la France par exemple – , et de plus chaque citoyen peut se sentir personnellement concerné. Elle vient comme synthétiser toutes sortes de dimensions de l’expérience contemporaine.

Peut-être faut-il d’abord s’étonner, là où on s’étonne peu, et symétriquement demander qu’on en finisse avec les faux étonnements. Comment une machine aussi sophistiquée que la NSA a pu ainsi être elle-même victime d’une simple personne, et être pénétrée en quelque sorte par un simple exécutant, qui a de surcroît accumulé une masse phénoménale d’informations ; est-il possible de faire fonctionner un dispositif aussi lourd et complexe que celui dénoncé par Snowden sans que tôt ou tard aient lieu des fuites ? Et d’autre part, cessons d’être naïfs : ce que semblent découvrir les gouvernements des pays espionnés et les médias ne saurait être à ce point une surprise, du moins là où existent des services de renseignement ayant eux-mêmes atteint un certain niveau de compétence, y compris technologique. On peut raisonnablement supposer que les cris d’orfraie et les propos indignés de certains dirigeants en Europe sont destinés à calmer leur opinion publique, et à permettre de continuer à négocier, notamment en matière commerciale, avec les États-Unis, bien plus qu’ils ne résultent d’une soudaine compréhension de ce que fait la NSA. Et pourquoi ne pas imaginer que tôt ou tard, si les pressions sur elle ne cessent pas, l’administration américaine, à son tour, fera connaître les pratiques d’espionnage des pays espionnés par les États-Unis ?

Les révélations de Snowden sont l’occasion de lire le monde dans sa brutalité géopolitique. Les États-Unis apparaissent dans leur volonté hégémonique, et celle-ci ne passe pas seulement par le « soft power » théorisé par Joseph Nye, par la culture et une certaine exemplarité, mais aussi par des activités cyniques de surveillance ruinant la confiance et l’amitié en visant les plus hauts responsables comme de simples citoyens : l’image de la puissance amie assurant au delà de ses frontières la paix, la démocratie et la liberté cède le pas à celle d’un « Big Brother » fonctionnant à l’échelle non pas des seuls États-Unis, mais de la planète. Le Royaume-Uni, associé aux États-Unis dans leur politique de piratage, ne sort pas grandi de révélations qui démontrent sa duplicité par rapport à l’Union Européenne, et qui obligent en même temps celle-ci à se déterminer : est-elle capable d’apporter une réponse intégrée, ne va-t-elle pas, au contraire laisser les États agir en ordre dispersé –s’ils agissent ? Cette réponse, au-delà des relations diplomatiques, passe par la mise en place, à l’échelle européenne, de dispositifs apportant au vieux continent son indépendance et le respect de règles clairement édictées en matière de communication et d’Internet : on en est loin.

Mais la géopolitique et la construction européenne ne sont pas tout. Si les opinions sont mobilisées, et pas seulement les chefs d’État, c’est aussi parce que la surveillance est massive, et qu’en accédant à des millions de conversations, mails, etc. par jour, il est possible pour la NSA non seulement d’exercer un contrôle sur chacun d’entre nous et de constituer des dossiers qui ne seront jamais effacés, mais aussi de savoir comment les gens pensent, comment ils modifient leurs opinions, et à partir de là, de mieux prédire les comportements, les attitudes, les émotions. L’espionnage que révèle Snowden est tous azimuts, il concerne les responsables de nos nations aussi bien que la société civile et chaque citoyen, permettant aux États-Unis de mieux promouvoir leurs intérêts politiques et militaires, mais aussi économiques et culturels.

D’une affaire d’espionnage on passe ainsi à la vie sociale. Internet, ici, est central. Car le voile qui se déchire masquait au moins en partie les implications de notre entrée dans un univers où les nouvelles technologies de communication transforment la culture, les comportements, les relations entre les personnes, autorisant de nouvelles formes de mobilisation, des modalités étendues d’auto-organisation, mais aussi de contrôle et de pouvoir. Communiquer, on le comprend mieux, c’est aussi produire des données qui peuvent ensuite circuler ou être stockées dans un « cloud », et permettre non seulement la surveillance, mais aussi l’usage instrumental et la manipulation. Ce que les citoyens découvrent, en même temps apparemment que leurs dirigeants, c’est que la société d’information ou de réseaux, de quelque nom qu’on l’appelle, présente des caractéristiques spécifiques qui la rendent complexe et vulnérable. La vie sociale n’est plus, ou pas autant qu’avant, inscrite dans le seul cadre d’un État-nation, en forte correspondance avec lui, elle est globale du fait de Google, de Facebook, de Twitter, etc. Elle n’est pas seulement cet espace harmonieux de l’échange enrichissant et de la mobilisation émancipatrice, elle n’est pas nécessairement faite d’une communication heureuse, elle est aussi source de nouvelles formes de domination, de contrôle, d’aliénation.

Google, par exemple, est un formidable d’outil d’accès au savoir et à l’information ; c’est aussi un instrument de pouvoir économique, politique et culturel, un outil de marketing et de publicité. Et alors même que l’on ne cesse de parler de globalisation, de monde multipolaire, de pays émergents, les révélations de Snowden suggèrent que ce type d’instrument est au service de la puissance américaine, articulé à son administration et à son complexe industrialo-militaire, et source de diverses modalités d’oppression ou d’inégalités sociales.

Dès lors, la confiance nécessaire au lien social, est ébranlée. Les citoyens, en Europe, découvrent que même leurs plus hauts dirigeants sont surveillés, ils perdent confiance en la capacité de leur propre pays à se protéger, et à les protéger. Ils découvrent que les États-Unis de Barack Obama ne valent finalement pas mieux que ceux de Ronald Reagan ou de George W. Bush s’il s’agit des valeurs universelles, du droit et de la démocratie, et de la façon de les mettre en œuvre. Ils s’inquiètent du manque de réactivité réelle de leurs autorités, qui semblent prudentes par faiblesse plus que par souci de ménager l’avenir des relations avec les États-Unis.

Enfin, cerise sur la gâteau : entre les gouvernants qui protestent plus ou moins, et les opinions publiques, qui perdent confiance, le débat n’est guère structuré en Europe, il n’est pour l’instant que bien peu l’affaire des parlements ou de la représentation politique. Dès lors, les révélations de Snowden, en alimentant les inquiétudes, le sentiment d’abandon, de déréliction, de perte d’influence et de capacité des États ne peuvent aussi qu’alimenter les forces politiques qui se nourrissent de telles peurs. Elles contribuent à approfondir la crise de la représentation politique et pourraient bien favoriser les partis populistes et nationalistes.

Tribune de Michel Wieviorka, parue dans la Vanguardia le 31/10/2013 en espagnol, publiée en français le 31/10/2013 sur http://wieviorka.hypotheses.org/248.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *