Combattre les inégalités numériques

Contribution de Michel Wieviorka au débat « Lhumanisme au secours de la technologie? », dans Les grands débats, lundi 13 janvier 2014.

Les sciences sociales mettent en garde contre le déterminisme technologique, contre l’idée que la science ou la technique façonnent le monde. Mais s’il s’agit du numérique, nous voici bien embarrassés : comment ne pas voir qu’avec Internet et les « nouvelles technologies de l’information et de la communication », les « NTIC », nous changeons radicalement de culture, et que peut-être même une révolution anthropologique est en cours, aussi importante que celle qu’a apporté l’écriture ?

Tout, dans notre existence, dans notre travail, nos réflexions, nos façons d’échanger, de consommer, de veiller à notre santé, de nous éduquer, et finalement de nous construire nous-même, est formidablement impacté par l’essor tous azimuts du numérique, certes. Mais en fait, le changement scientifique et technologique est lui-même œuvre humaine, et, disons-le en termes philosophiques, il peut contribuer aussi bien au bien qu’au mal.

Dès lors, il n’est pas absurde de renverser le questionnement, et de s’interroger sur la capacité des humains à donner sens au progrès technologique, à l’orienter pour qu’il conduise vers d’autres horizons que ceux, par exemple, du contrôle social, de la manipulation des besoins ou de l’eugénisme : ne faut-il pas injecter une forte dose d’humanisme dans la définition et la mise en œuvre du progrès technologique ?

L’humanisme ne pourrait-il pas apporter les repères, la conscience nécessaire pour que la technique et la science ne déportent pas les usages du numérique vers le pire ? Pour tenir à distance la déraison numérique, la critique constructive et humaniste de la raison numérique doit refuser les idées déterministes, et rejeter celles qui postulent la neutralité d’internet ou des « NTIC ». Les sciences humaines et sociales peuvent jouer ici un rôle important, en s’efforçant de connaître l’univers du numérique, et en s’y intégrant pleinement, comme je les y invite dans mon essai récent (L’Impératif numérique, éditions du CNRS).

Mais comment faire du numérique un facteur d’émancipation, d’épanouissement ou d’élargissement des « capabilities » personnelles dont parle l’économiste Amartya Sen, de subjectivation et d’affirmation du Sujet, comme dit le sociologue Alain Touraine, en même temps qu’une source de progrès collectif – tout le contraire de la violence, de la haine, de l’imposition de la puissance, de l’exclusion et de la domination, de l’aggravation des injustices et des inégalités ?

Comment concevoir et mettre en place un tel projet, alors que les forces du marché semblent irrésistibles, quand elles ne sont pas – on l’a vu avec l’affaire Snowden et ce qu’elle nous apprend de Google et autres Facebook – inféodées au pouvoir d’un État qui s’en sert pour surveiller jusqu’aux conversations les plus intimes ?

L’enjeu présente des dimensions politiques et éthiques : ne devons-nous pas plaider, en particulier, pour que des institutions mondiales, régionales (l’Europe) et nationales veillent à ce que les valeurs humanistes les plus fondamentales soient bien respectées par tous ceux qui contribuent à l’essor et à l’usage des « NTIC », particuliers, organisations, entreprises, États, etc. , et pour que les inégalités et autres fractures numériques soient combattues efficacement, ou que la vie privée soit protégée ?

« Combattre les inégalités numériques », Contribution de Michel Wieviorka au débat « Lhumanisme au secours de la technologie? », dans Les grands débats, lundi 13 janvier 2014. [en ligne]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *