Six idées fausses à propos du FN

Front National 2010-05-01 n04A quelques jours des élections municipales, et quelques semaines des élections européennes, les supputations vont bon train : le FN va-t-il ou non réaliser une percée ? Pour y réfléchir, encore faut-il avoir une image claire de ce parti.

1 | Un parti antisystème ?

Le FN est en dehors du système, c’est un fait : ses élus sont très peu nombreux, ce n’est pas un acteur de la démocratie représentative. Et il se présente constamment dans l’espace public comme un adversaire résolu du système politique actuel.

Mais c’est aussi une force qui rêve de pénétrer en son sein, pour y tenir sa place. Qui veut avoir des élus, faire entendre sa voix dans les enceintes de notre démocratie. De ce point de vue, il ne se compare pas aux mouvements factieux des années 30. Il joue le jeu parlementaire, il n’est pas seulement protestataire.

2 | Un parti qui annonce de graves violences ?

Pour le FN, aujourd’hui, et depuis bien longtemps, la violence n’est pas une ressource qu’il convient de mobiliser, bien au contraire. Même d’extrême droite, elle ne vient pas de lui, en tous cas pas de son appareil et de ses principaux décideurs. Quand des skinheads et autres néonazis se déchaînent, par exemple, c’est une erreur que de l’accuser directement. Les violences nuisent à sa stratégie de respectabilité, à ses efforts pour progresser électoralement, elles sont pour lui un problème et non une solution.

Mais le FN, chaque fois qu’il progresse, élargit l’espace général de la haine. Le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie en son sein ne se sont pas dissipés avec la « dédiabolisation » voulue par Marine Le Pen, l’affaire Dieudonné vient de nous le rappeler. Il n’est pas lui-même organisé pour développer la violence, mais concrètement il lui apporte une légitimation symbolique, il facilite la circulation des appels à la haine et dès lors, éventuellement leur transcription en action.

3 | Un parti populiste ?

Notion floue, le populisme est généralement associé à quelques images fortes, à commencer par celles de la démagogie, de l’appel à la démocratie directe et du projet d’abolir toute distance entre le peuple et le pouvoir, lui-même incarné par un leader charismatique. Or ici, le leadership est bien moins charismatique avec la fille qu’avec le père, et l’idée n’est pas d’en finir avec toute médiation entre le peuple et le sommet de l’Etat. Au contraire, il s’agit de doter le parti d’un appareil qui puisse être présent à tous les niveaux de la vie politique. Le populisme se conjugue ici avec d’autres éléments, il s’affadit au fur et à mesure que le FN semble progresser.

4 | Une force traditionnelle culturellement ?

Populaire, et nationaliste, le FN est au plus loin d’incarner une modernité inventive culturellement. Il est du côté de la tradition et non de celui de l’innovation et de la créativité, surtout quand il peut les associer au cosmopolitisme des élites ou à la culture des « bobos ». Mais le FN est en fait sous tension, entre des conceptions vite réactionnaires de la tradition, et d’autres qui l’inscrivent dans la modernité contemporaine. Le machisme, la misogynie, l’homophobie existent en son sein, mais ne sont pas le lot de tous, et les mobilisations contre le « mariage pour tous » n’ont pas été systématiquement suivies et encore moins animées par des militants du FN.

À bien des égards héritiers d’un catholicisme maurassien, antisémite, le FN se veut désormais aussi le champion des valeurs républicaines, à commencer par la laïcité. Il y trouve une partie de ses arguments contre l’islam et les musulmans.

Par ailleurs, il sait aussi bien que d’autres recourir à Internet et aux moyens de communication modernes, il est lui aussi pénétré par la nouvelle culture qui leur est liée, et qui valorise la circulation des idées et des opinions, l’interactivité, le refus de l’autoritarisme. Ce n’est pas un phénomène archaïque.

5 | La conséquence de la crise économique ?

La comparaison apporte un désaveu à tout ce qui pourrait relever d’un déterminisme économique sommaire : en Suisse, en Norvège, qui sont des pays épargnés par la crise, des partis comparables à notre FN alimentent la vie politique. Et symétriquement, en Espagne, où la situation économique est pire qu’en France, il n’y a pas l’équivalent du FN.

Pourtant, celui-ci se nourrit de la crise, il y trouve les éléments de sa stratégie électorale. Ses plus grosses progressions, en effet, récentes et à venir, se jouent dans les territoires où les inégalités sont les plus fortes, dans les villes et régions industrielles sinistrées, comme le Nord-Pas-de-Calais, dans les zones rurales où une partie de la population traditionnelle peut se vivre comme délaissée, auprès, aussi, des « oubliés » et des « invisibles », ces ouvriers qui n’apparaissent plus dans les médias, qui vivent dans des espaces péri-urbains, en proie à des difficultés considérables et sans espoir de réellement s’en sortir.

Le FN sait toucher aujourd’hui des populations en déshérence, en chute, à l’abandon, socialement démunies ou simplement inquiètes. Et s’il connaît auprès d’elles un certain succès, ce n’est pas du fait de la crise économique qui les frappe, mais en raison des carences des forces politiques classiques, à commencer par la gauche, orpheline du communisme, et bien éloignée d’être une vraie social-démocratie qui s’adosserait sur un mouvement ouvrier puissant.

6 | Un programme porté par le nationalisme et la haine des migrants ?

Le FN propose de sortir de l’Europe, et de l’euro, rejoignant dans ses appels à une société fermée d’autres forces national-populistes européennes. Mais l’argumentation ici n’est pas nécessairement ethno-nationaliste, elle ne se réduit pas à l’hostilité raciste, antimusulmane, xénophobe vis-vis des migrants. Elle se présente comme rationnelle, elle prétend apporter des réponses économiques à des problèmes économiques, ceux de la croissance, de l’emploi, du chômage, etc.

Ces propositions ne peuvent mener qu’à la catastrophe, elles ne doivent pas pour autant être rejetées avec dédain, sans explication, sur un mode moral. Ni la gauche, ni la droite, ni l’Union européenne n’ont jusqu’ici apporté de réponses satisfaisantes en la matière, ouvrant un espace considérable au FN qui peut se prévaloir du fait que ses propres idées n’ont encore jamais été testées : raison de plus pour les autres forces politiques de proposer des analyses de ces idées soulignant leurs implications pour l’économie française, et pour le niveau de vie de nos concitoyens.

Conclusion

Ainsi, le FN n’est pas un parti putschiste, fasciste, ou néonazi, mais ses succès élargissent l’espace de la haine raciste, islamophobe, xénophobe et antisémite, et peuvent être perçus comme un encouragement à des actes de violence portés par cette même haine. Il faut donc le combattre sur un registre moral, et éthique.

Il est culturellement tiraillé par des orientations contradictoires qui ne l’empêchent pourtant pas de progresser : il est urgent d’ouvrir les grands débats qu’appellent les enjeux culturels liés à la vie et à la mort, ou à l’éducation, plutôt que de tout faire pour qu’ils ne soient pas traités, on vient de le voir à propos de l’abandon de la loi sur la famille décidé par le pouvoir. Le FN sera alors obligé de se positionner plus clairement, il ne pourra plus rester dans l’ambivalence.

Enfin, le FN n’est plus une force purement protestataire, et s’il faut critiquer son programme et la politique qu’il voudrait mettre en œuvre, c’est sur le terrain même où il se place. Laissons en la matière les discours formulés en termes moraux, les références à une Europe mythique ou l’appel à une social-démocratie qui n’en est pas une : il faut aussi combattre le FN du point de vue de la raison économique, en argumentant sur ce registre.

(Billet publié sur le blog Chez Michel Wieviorka sur rue89 le 9 mars 2014)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *