Morale et politique

Nelson_Mandela-2008Tous pourris ! De plus en plus souvent, le jugement sur les partis et sur les hommes politiques est profondément négatif, comme s’il n’y avait rien à en attendre : ne sont-ils pas au mieux impuissants, et au pire, en plus, corrompus ? L’idée d’une dissociation radicale de la politique et de la morale n’a cessé de progresser en Europe, et tout particulièrement dans les pays du Sud, Grèce, Espagne, Portugal, Italie et France. Cette dissociation attise les populismes, elle suscite aussi la distance, l’abstention électorale, l’indifférence.

Et pourtant, quand nous pouvons retrouver l’image d’un lien, au contraire, nous en sommes reconnaissants à ceux qui la justifient. Ainsi, nous avons récemment suivi avec émotion les funérailles de Nelson Mandela. Un géant, un des plus grands personnages de la fin du XXème siècle et du début du XXIème, qui a incarné au plus haut niveau l’intégration de la morale et de la politique. Mieux même, il a exprimé la capacité de dépasser la rancœur, de projeter vers l’avenir un pays à peine sorti de l’Apartheid. Mandela a trouvé le chemin de la justice et de la réconciliation en renonçant à toute haine, et son exemple indique qu’il est possible pour un acteur politique de se faire comprendre sur un registre moral.

Est-ce-à dire qu’en Afrique du Sud, la population et les forces politiques en présence étaient disposées à jouer une carte morale par moralité ? La réalité est évidemment plus complexe.

Si Mandela a pu être ce qu’il a été avec succès, c’est aussi parce que le régime de l’Apartheid a été soumis à des pressions internationales de plus en plus insupportables pour lui, qu’il a été boycotté, politiquement, économiquement, mais aussi scientifiquement ou dans la culture ou le sport. Le succès de l’attelage national de la morale et de la politique qu’a représenté Mandela doit aussi beaucoup à l’internationalisation du dossier sud-africain, à la globalisation du refus du racisme. Ce n’est pas minimiser les qualités exceptionnelles de Mandela que de le signaler.

Mais considérons maintenant les réalités politiques des pays de l’Europe du Sud.

Il y arrive fréquemment non seulement que des responsables politiques déçoivent moralement, mais, pire encore, qu’ils ne soient pas pour autant sanctionnés dès lors par les électeurs. Souvent, en effet, ceux-ci votent en connaissance de cause pour un personnage ou un parti dont l’amoralité, voire immoralité, est patente. On l’a vu par exemple tout au long de la carrière politique de Silvio Berlusconi, on vient aussi de le constater lors des élections municipales françaises. Alors même que soufflait le vent d’un national-populisme dénonçant avec force la corruption des élus et des forces politiques en place, on pouvait en effet s’attendre à une défaite de la droite classique. Car en quelques jours, juste avant les élections, on avait appris que le leader de l’UMP, Jean-François Copé, aurait commis des malversations avec l’argent de son parti. Puis que l’un des plus proches conseillers de Nicolas Sarkozy au temps de sa présidence, Patrick Buisson, avait enregistré leurs conversations à son insu, ce dont les médias ont pu se repaître en publiant des extraits de ces enregistrements. Et à peine le scandale révélé, on apprenait en plus que la justice avait placé le même Nicolas Sarkozy sur écoutes, et que ces écoutes révélaient bien des turpitudes de sa part.

Le résultat des municipales a pourtant été un succès pour la droite classique, peut-être même un succès plus important que celui du Front national ! Il faut donc s’interroger : qu’est-ce qui pousse l’électorat, dans certains cas, à voter contre la morale ?

Deux réponses principales sont possibles.

La première renvoie à la nature même de la politique, et transite par l’économie. La politique a pour finalité le pouvoir. Et en démocratie, le pouvoir se conquiert par la voie électorale. La conquête du pouvoir se fait sur la base de promesses, d’arguments, et la disjonction de la morale et de la politique nous apprend, tout simplement, que les arguments auxquels les citoyens sont le plus sensibles sont d’un autre ordre que moral. Ils sont d’abord, surtout en temps de crise, à l’écoute de propositions économiques.

Si Silvio Berlusconi a su si longtemps conserver le pouvoir, alors même que son immoralité était bien connue, c’est parce que chaque Italien, avec lui, pouvait croire avoir des chances de mieux s’en sortir. La preuve, pouvaient-ils se dire : si lui a réussi, pourquoi pas moi, surtout puisqu’il me le promet? Si la droite en France a conquis de si nombreuses villes, c’est que la gauche a échoué à mettre fin au chômage, à retrouver la croissance et à réduire les inégalités. La droite est peut-être corrompue, dans cette perspective, mais ce n’est pas le critère principal. Prime l’économie – ce qui nous rappelle que le régime de l’Apartheid s’est aussi effondré du fait des difficultés croissantes qu’impliquait le boycott de son économie.

Mais une deuxième réponse mérite examen. Si les électeurs ne se détournent pas d’un parti ou d’un responsable dont l’immoralité vient d’être établie, c’est peut-être plutôt parce que cette immoralité est perçue comme un phénomène qui ne s’arrête pas à ce parti ou à ce responsable, qu’elle est tenue pour une expression supplémentaire d’un mal qui ronge tous les acteurs politiques, quelles que soient leurs attaches partisanes. Dans cette perspective, l’information relative à la découverte d’actes de corruption est imputée non pas au seul coupable, mais à la classe à laquelle il appartient. Qu’il s’agisse, pour reprendre nos exemples, de Silvio Berlusconi ou de la droite française, l’amoralité ou l’immoralité une fois connues viennent dans cette perspective apporter des preuves de plus de la décomposition morale du système politique dans son ensemble. Et dès lors, il n’y a aucune raison de sanctionner plus particulièrement ceux que l’actualité vient de distinguer, et  qui ne seraient pas pires que les autres.

Les deux analyses sont vraisemblablement complémentaires : à partir du moment où du point de vue de la morale, la gauche et la droite semblent se valoir, il n’y a pas à effectuer ses propres choix électoraux de ce point de vue, mieux vaut se situer du point de vue de l’utilité et de l’efficacité économique. Ou du moins ce que l’on tient pour telles. Dès lors, on votera à droite, ou à gauche en fonction de programmes économiques qui semblent porter la promesse d’un avenir meilleur. Et si la droite et la gauche ont déçu sur ce plan, on se réfugie alors dans l’abstention, dans la radicalité de l’extrémisme ou dans le populisme. Quitte alors à retrouver une réelle sensibilité quant à la moralité des acteurs en place.

Point de vue publié dans La Vanguardia, avil 2014, en espagnol.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *