« La gauche peut mourir »… ou se réinventer : lettre ouverte à Manuel Valls

Monsieur le Premier ministre, cher Manuel Valls,

En déclarant le 14 juin dernier devant le Conseil national de votre parti : « Oui, la gauche peut mourir », vous avez prononcé des mots forts. Vous vous exprimiez dans une conjoncture précise, tenu par un agenda qui conjugue l’urgence des votes à venir au Parlement, et le moyen terme – les élections présidentielle, puis législatives, de 2017.

Vous décrivez une crise opérant tous azimuts et vous avez raison : de financière, en 2008, elle est devenue économique et sociale, mais aussi morale et surtout politique, et vous formulez l’hypothèse pour le PS du « bout d’un cycle historique ». Je pense encore plus largement que nous sommes parvenus au terme d’un cycle politique ouvert à la fin des années 60 et dont un moment fondateur, parmi d’autres, a été la création du Parti socialiste lors du Congrès d’Epinay.

Toujours est-il que l’idée de crise suggère des difficultés, des dysfonctionnements qui devraient, espèrent ceux qui l’affrontent, se régler tôt ou tard par un retour à un fonctionnement normal du système concerné ; alors que celle de fin de cycle pourrait constituer une invitation à créer un nouveau système. Ce n’est pas du tout la même chose.

L’examen, même succinct, d’autres expériences que la nôtre, en Europe, peut nous aider à avancer dans une réflexion, que je limiterai ici aux seules dimensions politiques du problème, et en ne m’intéressant qu’à la gauche, ou plutôt à l’idée de gauche.

La gauche bouge en Europe

En Espagne, le socialisme a sombré avec José Luis Rodriguez Zapatero, impuissant face à une crise économique particulièrement violente. Le mouvement des Indignés ou 15M (pour 15 mai, le jour de sa naissance en 2011) se voulait initialement au plus loin d’un système politique totalement déconsidéré, à gauche mais aussi à droite ; avec les élections européennes, il a pourtant suscité l’apparition d’une force politique, Podemos, qui le prolonge et en constitue une variante inscrite dans le jeu institutionnel.

Avec quelque 8% des voix et cinq sièges au Parlement européen, Podemos ébauche ce qui pourrait constituer un premier modèle de sortie de la crise politique : l’apparition d’acteurs neufs, qui font de la politique autrement, pensent et agissent autrement, dans des catégories nouvelles. Des critiques virulentes en provenance des acteurs politiques classiques visent ce parti et son leader, Pablo Iglesias, elles ne s’y trompent pas : il y a là une mise en cause et une esquisse de renouveau radical du système espagnol qui se jouent en dehors de la vieille gauche.

En Grèce, la surprise lors des élections européennes est venue de Syriza. Il s’agit d’une gauche de gauche, et plus précisément d’une coalition radicalisée qui dans un contexte de crise économique considérable capitalise les mécontentements liés à la politique d’austérité elle-même imputée à l’Europe. Là aussi, gauche et droite réunies donnent l’image de l’épuisement ou du déclin ; la force qui émerge à gauche, réactive une vieille composante du système, bien plus qu’elle n’invente quoi que ce soit.

En Allemagne, la gauche social-démocrate, dont l’ancrage dans la société, en particulier via les syndicats, est bien plus réel que celui d’autres forces de gauche en Europe, a choisi de participer à une alliance avec la droite, donnant avec elle l’image d’un modèle qui n’est pas emporté par les difficultés des temps présents – il faut dire que ce pays est peu affecté par la crise économique.

Enfin, en Italie, une gauche longtemps décomposée et impuissante trouve avec Matteo Renzi l’occasion d’un aggiornamento impressionnant. Le style, les catégories, les méthodes, le contenu sont renouvelés, et du coup, la gauche italienne est relancée.

En France, aucun signe de renouveau

En France, rien de tout cela. Les conflits sociaux, avec les Bonnets rouges, les cheminots de Sud-Rail et de la CGT ou certains enseignants sont le fait d’acteurs qui ont les ressources défensives, catégorielles, ou corporatistes pour freiner les réformes, et non des catégories sociales les plus vulnérables ou les plus durement frappées par la crise économique et sociale.

Au-delà, les tensions sociales, et une exaspération diffuse sont dominées par l’inquiétude et la défiance, et non par des visions de l’avenir. Les contestations culturelles les plus significatives viennent de la droite, on l’a vu lors des manifestations contre le « mariage pour tous » : sur ces registres, la comparaison avec l’Espagne ne fait pas sens.

La gauche de la gauche ne parvient pas à mobiliser de larges pans de l’électorat : la Grèce ne peut pas servir d’exemple. Enfin, sans ancrage social, le Parti socialiste n’est pas près de gouverner avec une droite qui elle-même ne se compare pas à son homologue allemand, et il ne donne aucun signe de renouveau qui pourrait faire penser à l’expérience italienne.

Si cette ébauche d’analyse est exacte, alors, l’avenir du pays semble tenir à la reproduction du pouvoir tel qu’il est installé aujourd’hui. Mais plus la majorité serrera les dents, comme vous l’y invitez, monsieur le Premier ministre, cher Manuel Valls, moins elle donnera l’image d’une capacité à transformer la gauche et à la ré-enchanter.

Serrer les dents ne suffit pas

Et si elle y renâcle, vous avez raison, elle ouvrira la voie à l’irresponsabilité. Ce qui veut dire que l’entrée constructive dans un nouveau cycle ou bien ne viendra pas, tout simplement, ce qui, sauf miracle économique, transformera le chef de l’État en un Zapatero à la française, et pourrait vous emporter avec lui. Ou bien proviendra de la société, mais alors d’autres secteurs que ceux que l’on a vu bouger au cours des deux dernières années. Mais lesquels ?

Il n’y a pas de réponse à de telles questions aujourd’hui. Mais un point me semble clair : nous devons savoir s’il s’agit de sortir d’une crise, ou d’ouvrir un nouveau cycle, d’entrer dans un nouveau système qui doit être créé de toutes pièces.

« Tenir bon » sur les réformes, comme avez dit lors du Conseil national du PS, est-il vraiment compatible avec l’appel que vous avez lancé – « nous devons nous réinventer » ? Comment le Parti socialiste pourrait-il rester lui-même tout en se transformant ? Où est la nouveauté, où sont les possibilités de renouveau s’il s’agit, simplement, pour vos élus, de laisser agir un gouvernement dont le cap repose sur un pari économique qui n’est pas spécialement de gauche, et sur une conception de l’action gestionnaire, de haut en bas, technique, complétée au gré des pressions sociales qui jaillissent ici ou là par des inflexions politiciennes ?

Où sont les projets, les projections vers l« avenir, en dehors du souci, que je partage bien sûr avec vous, de mettre fin à la progression du Front national ? La gauche qui se meurt doit-elle se survivre à elle-même, ne s’agit-il pas plutôt d’en imaginer une autre ?

Soyez assuré, monsieur le Premier ministre, cher Manuel Valls, de mes sentiments respectueux.

Michel Wieviorka

Lettre ouverte publiée Chez Michel Wieviorka, un blog sur rue89, le 15 juin 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *