La nation, entre le mal et le bien

L’idée de nation est souvent, aujourd’hui, fortement dépréciée. Elle est vite synonyme de nationalisme et, à partir de là, des pires tentations, voire des pires excès. Il faut dire que les récentes élections européennes ont donné l’image de pulsions nationalistes à l’œuvre dans la majorité des pays de l’Union, et dont le contenu était lourd de xénophobie, de racisme, d’antisémitisme. La nation, dans ce cas, en appelle à l’homogénéité culturelle et à l’intégrité du corps social, elle correspond à une société se refermant sur elle-même. Elle exprime le projet du repli sur soi, sur fonds de rejet de l’altérité et de haine de la différence ; elle est aussi faite de valeurs mises en avant pour critiquer la participation du pays à la construction européenne.

La nation, en d’autres temps, a pu avoir une toute autre image et au contraire véhiculer des thématiques de l’émancipation des peuples, être pleinement partie prenante de la modernité, porter l’espoir du changement, de l’ouverture et d’une société dynamique. C’est ainsi en particulier que le Printemps des Peuples, dit souvent aussi le Printemps des Nations, en 1848, a agité toute l’Europe sur un mode révolutionnaire généralement porté par de forts sentiments nationaux. Et s’il s’agit de l’Europe actuelle, comment ne pas voir que la poussée de l’extrême droite n’implique pas qu’elle ait le monopole d’un discours politique fort qui soit tout imprégné de l’idée de nation : les scores des partis nationalistes ou national-populistes ont trop souvent fait oublier qu’il existe aussi aujourd’hui des mouvements qui se réclament d’une nation sans verser pour autant dans l’extrémisme et la radicalité. Il en est ainsi, notamment, avec l’Écosse et la Catalogne.

De plus, il existe des moments historiques où l’idée de Nation peut revêtir un sens différent de la radicalité extrémiste, et en même temps être déconnecté de la politique. Il en est ainsi, en particulier, lorsque de grands évènements sportifs, dans un monde globalisé, permettent à un pays de briller, ou d’espérer pouvoir briller. La coupe du monde de football est un de ces moments, où l’appartenance à une nation suscite de puissantes identifications à l’équipe qui l’incarne. Ces identifications sont vaguement chauvinistes certes, mais souvent aussi bon enfant même si elles peuvent susciter quelques excès de violence. Elles sont, dans l’ensemble, fort éloignées des pulsions nationalistes, xénophobes et racistes qui se sont soldé dans plusieurs pays par des scores élevés des partis d’extrême-droite aux élections européennes. Elles incluent le plus souvent l’acceptation et la reconnaissance de la diversité et du mélange des joueurs, aux origines généralement variées, ce qui fait qu’il arrive que les pires nationalistes n’aiment guère leur équipe nationale de football. C’est ce qu’on a vu en France dans le passé avec le fondateur et aujourd’hui président d’honneur du Front National, Jean-Marie Le Pen, déplorant « la proportion de gens de couleur » parmi les joueurs de la formation nationale.

Mais si l’idée de nation ne mérite pas d’être systématiquement associée au déchaînement des forces du mal, c’est aussi qu’il arrive qu’elle soit au contraire ce qui s’y oppose avec le plus d’efficacité. Une expérience contemporaine mérite ici d’être signalée : celle du Kurdistan irakien.

Alors que les processus actuellement en cours au Moyen-Orient sont dominés par les risques de chaos et par la guerre, cette région kurde autonome, qui fonctionne comme un quasi-État donne à voir une capacité d’action à la fois nationale, sociale et démocratique qui est doublement importante. D’une part, elle met en œuvre des modes de fonctionnement sociologiquement novateurs, des mécanismes qui tranchent avec tout ce que l’on observe ailleurs autour d‘elle. Et d’autre part, elle pèse historiquement sur le destin de la région, à commencer par celui de l’Irak. Alors que le Moyen-Orient est à bien des égards dévasté par la violence, quand il n’est pas sous la coupe d’un régime autoritaire, le Kurdistan irakien, en effet, apporte une démonstration singulièrement suggestive : la nation peut aussi constituer un puissant rempart contre le fondamentalisme et le fanatisme.

Dans un Irak aujourd’hui en cours de décomposition, marqué par le terrorisme, la guerre civile, le choc des radicalités islamiques, les alliances contre nature, la nation kurde, sans État jusqu’en 1991, apparait en effet comme une île d’espoir et d’ouverture. Les Kurdes avaient été les grands perdants de la première Guerre mondiale, et vivent depuis lors, pour l’essentiel, dans quatre États, l’Irak, la Turquie, la Syrie et l’Iran, ainsi qu’en diaspora. Mais il y a 23 ans, le Kurdistan irakien a été capable d’imposer son autonomie. Il s’est alors doté d’un pouvoir fédéral s’apparentant à celui d’un État. Le régime de Saddam Hussein n’avait pas réussi à détruire la société kurde et à dissoudre sa culture, il avait engagé une extrême violence contre la nation kurde, un véritable génocide, n’hésitant pas à recourir à des armes chimiques. Le Kurdistan, après son soulèvement victorieux de 1991, a construit un début d’État, et, après un épisode de guerre civile, il a commencé à développer une société, des institutions, une vie culturelle et intellectuelle. La pauvreté a été réduite, des écoles, des universités, des hôpitaux ont vu le jour.

Tout n’est pas parfait, certes, au Kurdistan. Mais la démocratie y est réelle aujourd’hui, ce dont témoignent aussi le fonctionnement de son système politique, la démultiplication des organes de presse ou la vitalité du tissu associatif. Une économie moderne s’y développe, favorisée par la richesse pétrolière de la région, une classe moyenne s’est constituée, active culturellement, politiquement et économiquement. Il n’y a qu’Israël, dans la région, pour se présenter comme un pays démocratique. Mais à la différence de l’État juif, le Kurdistan n’est pas empêtré dans un conflit structurel avec un autre peuple.

Le Kurdistan s’est aussi préparé à affronter militairement la violence environnante, et quand les islamistes radicalisés de l’EIIL ont lancé l’offensive jihadiste qui leur permet aujourd’hui de contrôler d’immenses territoires au sein de l’Irak, la seule force armée capable de s’y opposer a été kurde, avec ses « peshmergas », combattants bien formés et organisés.

La leçon est claire : longtemps opprimée, privée d’État, soumise à des logiques de destruction symbolique et concrète, la nation kurde a réussi à constituer en Irak un îlot de démocratie, une société civile, et un début d’État, avec ses institutions et notamment son armée, au milieu d’un océan de violence. Elle n’est guère pénétrée par l’islamisme radical, qui mine toute la région, et en exprime la décomposition politique. La nation, ici, est une digue puissante contre les forces du mal, contre la barbarie, l’obscurantisme et la terreur, elle est articulée à la vitalité d’une société ouverte au monde, démocratique, moderne, vivante culturellement. Tout le contraire des nationalismes qui viennent ailleurs promouvoir la société fermée.

La nation n’est donc pas nécessairement le mal absolu, pas plus d’ailleurs qu’elle n’est nécessairement le bien. Elle dessine le cadre symbolique d’une action qui peut revêtir toutes sortes de significations. Son contenu n’est pas inscrit, comme une essence, dans le marbre de principes figés une fois pour toutes, elle peut se diriger dans un sens, ou dans un autre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *