L’Ecosse et l’idée de nation

Scotland decidesDepuis les années 80, l’idée de nation est avant tout associée au pire : nationalisme est vite synonyme de racisme, de xénophobie, d’extrême-droite, populisme… Et un ensemble cohérent de stéréotypes et d’idées toutes faites vient apporter un faisceau d’explication à la montée en puissance des phénomènes nationalistes, notamment en Europe.

L’expérience actuelle de l’Écosse est dès lors à méditer, tant elle vient démentir la plupart des éléments qui servent généralement à penser les nationalismes contemporains.

1. A de rares exceptions près, à commencer par celle que constitue la Catalogne, l’idée de nation semble être le monopole, ou presque, de forces d’extrême-droite : Front National en France, Parti autrichien de la Liberté, Vlaams Belang en Flandre, Parti populaire Danois, Aube Dorée en Grèce, etc. Mais le vote pour l’indépendance de l’Écosse est le fait d’une population qui se situe très majoritairement à gauche, beaucoup plus que dans le reste du Royaume-Uni. Il se présente même comme en faveur du maintien de l’État-providence, et de systèmes de redistribution, refusant les évolutions libérales, puis néo-libérales dont le point de départ a été donné par la politique de Margaret Thatcher.

2. La crise économique est souvent présentée comme constituant la principale source de la montée des forces se réclamant de l’idée de nation. Cette pseudo-explication était déjà démentie de deux façons : par l’existence de partis nationalistes puissants dans des pays qui ne sont pas affectés directement par la crise actuelle, la Suisse, la Norvège ; et par l’absence ou la faiblesse de tels partis dans des pays fortement impactés par cette crise, l’Espagne, le Portugal. L’Écosse est un démenti supplémentaire à ce raisonnement fallacieux. Tout au plus peut-on suggérer, mais sans grande capacité de démonstration, que l’idée de nation, dans ce pays, comme en Norvège ou en Suisse, vient comme tenir la crise à distance, et en prémunir la collectivité nationale, ce qui n’est pas la même chose que de dire que l’affirmation nationale est une réponse directe à la crise.

3. Les mouvements nationalistes sont vigoureusement opposés à l’intégration de leur pays au sein de l’Union européenne, et l’idée de nation a avec eux le vent en poupe du fait des carences et des limites de l’Europe : l’appel à la sortie de l’Europe, et de l’Euro, se nourrit d’une critique à la fois économique, politique et culturelle. Il repose en effet sur la conviction que les difficultés économiques et sociales du moment se résoudront avec la fermeture des frontières et la fin de la monnaie unique, sur le constat d’un déficit démocratique qui fait que « Bruxelles » semble technocratique et bien éloignée des peuples et des personnes réelles, et sur la référence à une historicité, à un bagage culturel, un passé littéraire, artistique, à une langue, ce que l’Europe est bien incapable de promouvoir. Mais les acteurs mobilisés pour l’indépendance de l’Écosse ne sont pas anti-européens, bien au contraire. Au sein du Royaume-Uni, ils s’opposent à l’euroscepticisme, et leur engagement européen est sans faille – au plus loin des tendances dominantes en Angleterre

4. La montée des nationalismes en Europe est lourde de racisme et de xénophobie, elle fait en particulier des musulmans et des migrants ses premières cibles. Mais rien de tel, et en tous cas, rien de central ici s’il s’agit de l’Écosse, dont le mouvement pour l’indépendance n’est pas raciste, anti-immigrés ou islamophobe, même s’il peut comporter en son sein de tels éléments.

5. Les nationalismes contemporains ne sont généralement pas très éloignés de la violence, soit qu’ils la pratiquent pour parvenir à leur fin, comme avec l’ETA au Pays Basque, soit qu’ils la favorisent ou lui apportent une certaine légitimité tout en revêtant l’allure de l’action démocratique, et de la respectabilité comme condition de leur progression électorale. Dans ce cas, qui est le plus fréquent, ils ne prônent pas la violence, ne pensent pas en termes de coup d’État, ne cherchent pas à établir un climat de terreur, comme en Italie à l’époque de la stratégie de la tension. Mais ils tiennent un discours de la haine qui ouvre un espace symbolique à ceux qui passent à l’acte, et qui s’en prennent à des lieux de culte, à des foyers d’immigrés, etc. Le mouvement pour l’indépendance de l’Écosse n’a rien à voir avec la violence, ni de près, ni de loin, il est d’essence démocratique.

6. Les nationalismes en Europe ne forment pas une famille homogène, au sein de laquelle il conviendrait simplement de distinguer ceux qui opèrent à l’intérieur d’un pays pour le faire aller vers l’homogénéité culturelle voire raciale de la nation et la fermeture de la société, et ceux qui veulent se séparer, et qui pourraient être beaucoup plus ouverts, démocratiques, émancipateurs, soucieux de mettre fin à une situation de subordination. La distance est par exemple considérable, entre la Catalogne et la Corse, où les appels à l’indépendance vis-à-vis de l’Espagne et de la France recouvrent des significations et des modes d’action très différents. Le mouvement écossais est à l’évidence beaucoup plus proche du mouvement catalan qu’il ne l’est, pour rester dans l’expérience britannique, du mouvement irlandais.

Ainsi, il faut distinguer radicalement le mouvement écossais des nationalismes qui confèrent une image sombre, extrémiste, raciste à l’idée de nation. Une fois opérée une telle distinction, on peut s’interroger sérieusement sur le pour et le contre, dont les arguments se sont déployés tout au long de la campagne électorale du référendum du 18 septembre en Écosse : tout ne va pas de soi dans l’hypothèse d’une indépendance de l’Écosse, mais c’est une autre question que celle qui consiste à réfléchir à ce qui en distingue le projet d’autres phénomènes commandés par l’idée de nation.

Celle-ci, dans l’histoire de l‘Europe, a connu des phases où elle était plutôt associée à des projets d’émancipation et de progrès, comme au milieu du XIXème siècle avec le Printemps des Peuples, et d’autres où elle a surtout accompagné la régression, le repli et des pratiques de haine et de violence, comme au temps du nazisme et du fascisme. Dans une même conjoncture historique, dans une même expérience, elle peut fort bien alimenter le meilleur et le pire. Et un mouvement qui semble à un moment donné être porteur du meilleur peut aussi se transformer et donner naissance au contraire, à la fermeture nationaliste, au racisme, etc. Ce que vient de nous rappeler l’expérience écossaise, c’est qu’en matière de nation, le pire n’est pas en position de monopole : il est possible aussi d’être démocrate, ouvert, progressiste, tolérant, soucieux de justice sociale, pro-européen, et d’intégrer ces diverses dimensions au sein d’une visée nationale.

Tribune publiée dans La Vanguardia, septembre 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *