La ligne de Hollande est politiquement mortelle

Le Parti socialiste, ce « grand corps malade » dont Bernard-Henry Lévy appelait la disparition « au plus vite » en 2009, est-il entré en phase terminale ? Manuel Valls avait-il raison d’en envisager la mort en juin dernier –« nous sentons bien, disait le premier Ministre, que nous sommes arrivés au bout de quelque chose, au bout peut-être même d’un cycle historique pour notre parti» ?

Les trois dernières élections, et surtout la plus récente, les départementales, font apparaître plus qu’une usure : un rejet, de la part des électeurs, un désir ou bien de se détourner de la gauche au pouvoir, ou bien de la sanctionner. Mieux : de la punir. Le FN n’est plus seulement une force protestataire, il s’enracine, et si les travaux de géographie politique montraient depuis quelques années sa progression en zones rurales et périurbaines, il faut maintenant prendre acte d’un phénomène plus récent : sa progression dans les grandes villes, son installation institutionnelle qui lui permet de construire un appareil. Quand ils ne désertent pas le vote, conférant un sens à la pratique de l’abstention, les déçus de la gauche sont nombreux à voter pour le FN, et cette déception tend à devenir structurelle.

La gauche, une gauche peut-elle se relancer dans une telle situation ? Il faudrait pour cela beaucoup plus que quelques mesures cosmétiques, et l’entrée de deux ou trois ministres de sensibilité écologiste au gouvernement n’y suffira pas. Il faudrait en effet redonner envie au « peuple de gauche » de se reconnaître dans une action qui fasse sens, aux membres du PS qui ne sont pas à jour de leur cotisation de renouer avec leur adhésion, aux militants, démobilisés, de se sentir à nouveau impliqués.

Écartons tout d’abord deux hypothèses mortelles. La première consiste à faire le deuil, provisoire, de tout projet de relance, et à considérer que le maximum d’action possible consiste à éviter, en 2017, d’avoir à choisir entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen : c’est la solution Alain Juppé, un homme de droite  qui ne peut que renvoyer la gauche à son vide idéologique et à son impuissance théorique et concrète. La deuxième consiste à envisager une cassure du PS, et la tentative de construire une nouvelle alternative politique sur la base d’un de ses fragments, ce qui ne viendrait qu’ajouter en fait à la déstructuration actuelle.

Une telle émergence n’est pas envisageable en France aujourd’hui, contrairement à ce que l’on observe en Grèce et en Espagne, quel que soit le jugement que l’on porte sur Syriza et Podemos. Ce qui conduit à une première conclusion : c’est du sein de cette gauche « malade », de ce PS aujourd’hui disqualifié et rejeté par une partie croissante de son électorat antérieur que peut éventuellement provenir une relance. Une vraie.

Mais pour qu’un projet politique soit reformulé, il faut des idées, une vision d’ensemble, des hommes et des femmes pour les porter, et il faut que le pouvoir en place soit à la fois conscient de cette urgence, et désireux de la prendre en considération.

Les idées, la vision, les personnes ? Il y a encore trois ans, avant la primaire du PS, ce parti avait une vie intellectuelle, avec notamment le Laboratoire des idées, le « Lab », aujourd’hui en déshérence. Il avait travaillé, élaboré un programme, vite tombé ensuite, pour l’essentiel, aux oubliettes. Il existe encore, en particulier autour de Martine Aubry, la capacité de formuler une vision qui soit réellement de gauche, sans basculer dans le gauchisme et les logiques de rupture, sans être réductible aux interventions des « frondeurs ». Une vision qui soit à l’écoute d’attentes populaires de justice sociale et de mesures économiques permettant la relance en même temps que la lutte contre les inégalités.

Mais François Hollande et, accessoirement, Manuel Valls, ne semblent pas jusqu’ici disposés à envisager sérieusement un repositionnement à gauche, et plus précisément au centre de la gauche. Ils ont jusqu’ici signifié nettement leur souci de maintenir la ligne qui a conduit à une triple catastrophe électorale et à l’installation du FN. Cette ligne est politiquement mortelle. Elle ne redonnera aucune confiance à ce qui était hier un peuple de gauche, désormais en voie de disparition et qui ne sera pas ré-enchanté facilement. Elle ne permettra pas les alliances sur le fond qu’exige une véritable relance, notamment avec ce qui subsiste de l’écologie. D’où une deuxième conclusion : c’est au chef de l’État d’accepter d’entendre le seul message qui puisse lui redonner quelque chance d’affronter la présidentielle de 2017. S’il ne le fait pas, il lui faudra assumer un échec à la fois collectif, celui d’une gauche ayant construit sa propre destruction, mais aussi personnel, puisqu’il n‘aura pas fait les choix nécessaires. Cela lui interdira de sortir la tête haute de ce qui aura été son seul et unique mandat, il finira un peu à la manière de Louis XV, enterré de nuit et en secret tant il avait mécontenté le peuple.

Tout le monde aujourd’hui, à gauche, est dans la nasse, et le seul qui puisse  réellement tenter de proposer une sortie par le haut est François Hollande. C’est son intérêt, c’est celui aussi de la France.

Tribune publiée sur le site Libération.fr le 2 avril 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *