Le peuple existe-t-il ?

13397518712_Le-peuple-258Editions Sciences humaines, collection Les Entretiens d’Auxerre, juin 2012, 312 p.

Dans notre vocabulaire politique, le mot «peuple» occupe une place singulière. Parfois, nous le délaissons, parfois, au contraire, le mot s’impose. C’est le cas aujourd’hui, surtout depuis que récemment, dans le monde arabe et musulman, des régimes autoritaires et corrompus ont vu se dresser contre eux des mouvements populaires, des peuples.

Mais qu’est-ce qu’un peuple ? Le peuple constitue-­t-il l’ensemble du corps social, ou seulement une partie, faite de «petites gens» et susceptible de s’affronter aux «gros», aux élites… La France d’en bas, par exemple, en opposition à celle d’en haut ?

Ni la foule ni la masse, le peuple n’en est pas moins une totalité relativement indéterminée, indifférenciée, faiblement organisée. D’où l’image d’un être collectif, éventuellement représenté par un symbole ou dirigé par un leader charismatique. Le peuple, en lui-même, n’est pas de gauche ou de droite et pourtant la notion le tire plus du côté de la gauche. À droite, on préférera parler de nation.

Ces flous, ces ambivalences font la force et le charme du mot peuple. Ce mot s’impose là où la démocratie est affaiblie, inopérante ou inexistante, bien plus que là où elle est vivante et sûre d’elle-même. Il faut s’intéresser au retour de l’idée de peuple, tout en la considérant avec circonspection.

Sous la direction de Michel Wieviorka

Avec les contributions de : Nora Benkorich, Alain Bergounioux, Sophie Bessis, Rachid Boudjedra, Monique Castillo, Guy Cavagnac, Monique Dagnaud, Pascal Dibie, Vincent Goulet, Geneviève Lacambre, Stéphane Lacroix, Hervé Le Bras, Pierre Manent, Denis Martin, Anne Muxel, Thierry Pech, Pascal Perrineau, Henri de Raincourt, Irène Tamba, Alberto Toscano, Hubert Vincent.

Pour en savoir plus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *