Pauvre Europe !

drapeau_union_europenneL’Europe va-t-elle se ressaisir, et redevenir conforme à son projet initial, quand les fins étaient explicitement morales, éthiques, orientées vers la paix et la démocratie, l’économie ne devant être qu’un moyen au service de ces fins ? L’actualité, c’est le moins qu’on puisse dire, oblige à en douter. Et derrière l’actualité se profilent des problèmes de fonds, des défauts structurels qui méritent examen.

L’actualité, c’est d’abord la gestion de la question grecque. Comme l’a souligné récemment Jürgen Habermas mettant en cause Angela Merkel, qu’il accuse de subordonner la démocratie à la finance (dans The Irish Times, 28 juin 2015), cette gestion calamiteuse débouche sur un véritable scandale, l’absence de solidarité, le naufrage qui se profile aujourd’hui pour la Grèce, mais aussi pour l’Europe. Quel que soit le résultat de la séquence actuelle, elle aura donné l’image d’une Commission dominée par les jeux d’Etats bien peu capables d’insuffler autre chose que la défense d’intérêts limités, sans vision pour l’avenir.

L’actualité, c’est aussi le refus des Etats-membres, ou des plus importants d’entre eux, de mettre en place une politique solidaire en Méditerranée, devenue un monstrueux cimetière où se noient chaque jour des migrants, parfois par dizaines, voire par centaines. L’Europe, ici, en proposant des quotas pour accueillir les migrants échoués en Italie, a tenté de faire entendre la voix de  l’humanisme : la France, le Royaume-Uni ou l’Allemagne n’ont pas accepté de l’écouter.

L’actualité, c’est aussi l’Ukraine, bien mal soutenue face à une Russie qui avance ses pions sans vergogne, tandis que l’Europe malgré une politique de sanctions économiques, ne parvient guère à faire prévaloir la voie du respect des règles et des accords internationaux.

L’actualité, c’est encore l’hypocrisie morale. En témoigne de manière édifiante, à quelques jours d’intervalle, le contraste entre deux épisodes mettant en jeu le sexisme. Lorsqu’il s’est agi pour elle de réagir aux accusations circulant sur les réseaux sociaux au sujet d’un Prix Nobel de médecine dont un mot d’humour malheureux sur les femmes dans les laboratoires scientifiques avait été décontextualisé et dramatisé à l’excès, la Commission n’a pas hésité, elle l’a poussé sans détour à la démission de l’agence européenne dont il était conseiller, sans la moindre enquête : le simple soupçon de sexisme était ici jugé toxique. Mais lorsqu’il s’est agi il y a quelques jours de renouveler un tiers des directeurs généraux de l’organe exécutif de l’Union européenne, et que le résultat s’est avéré clair et net, massivement sexiste, puisque les femmes ne représentent que 20% des 33 directeurs généraux, la pureté morale s’était comme évaporée – la reconduction d’un fief masculin n’a pas l’air d’émouvoir particulièrement ceux qui, au plus haut niveau de la Commission, avaient été à l’écoute des critiques féministes, et s’étaient montrés singulièrement vigilants pour sanctionner le Prix Nobel de médecine.

L’Europe est souvent critiquée pour ses dimensions techno-bureaucratiques, mais la question est en fait encore plus grave, car c’est l’essence même de sa construction qui est en jeu.

Son évolution, à partir des années 80, s’est opérée sur la base d’un pari qui s’est révélé intenable. L’acte unique de 1985, puis les accords de Maastricht en 1992, la création, enfin, de l’Euro, croyaient Jacques Delors et bien d’autres, mettaient en forme une dynamique économique qui allait obliger les Etats-nations à se rapprocher politiquement. L’agenda économique devait entraîner la convergence politique. Et la convergence politique devait permettre de développer des institutions proprement européennes au service des valeurs fondatrices ultimes – la paix, la démocratie, au sein de l’Europe, comme dans le monde.

Mais ce pari confiant dans la vertu du marché échoue, dramatiquement, faute de la convergence politique attendue. Celle-ci s’est révélée une utopie d’inspiration sociale-démocrate et démocrate-chrétienne, une prophétie irréaliste. Aujourd’hui, nous voyons la logique économique patiner avec la Grèce ; les nationalismes, les populismes et les extrêmes-droites prolifèrent et se développent, et l’incapacité à se concerter sur bien des terrains diplomatiques et militaires est patente, malgré les efforts vis-à-vis de la Russie de Vladimir Poutine, qui n’en continue pas moins à mettre en œuvre une politique agressive vis-à-vis de l’Ukraine.

Le fédéralisme, qui serait la solution satisfaisante, n’est absolument pas à l’ordre du jour. L’économie, la politique et la morale se sont dissociées, leurs eaux se sont séparées, et rien n’indique qu’elles pourront se rapprocher. La crise économique, politique et morale est celle d’une Europe  incapable de redonner vie à son idéal, et s’enfonçant dans des difficultés sans cesse plus envahissantes.

On peut accuser les pays du Sud, à commencer par la Grèce, pour n’avoir pas opéré les ajustements nécessaires ; on peut aussi constater qu’on les a laissés s’endetter et se retrouver avec un service de la dette devenant insoutenable. On doit surtout, en matière économique, s’interroger sur la croyance dans le marché et le suivisme à l’égard du consensus de Washington, qui l’ont emporté pendant un quart de siècle sur toute visée proprement politique. On peut se plaindre des Etats, qui ne veulent pas suivre la Commission européenne quand il s’agit de sauvetage des migrants Méditerranée : mais comment ne pas noter que les mêmes Etats suivent avec plus ou moins d’ardeur la même Commission quand il s’agit d’économie ? On peut trouver la politique européenne claire et forte en ce qui concerne l’Ukraine, et se réjouir de voir que les sanctions économiques visant la Russie viennent d’être reconduites pour six mois : cela ne permet assurément pas de dire de l’Europe qu’elle a une diplomatie intégrée et efficace.  Bref, on peut tenter de nuancer le jugement, critiquer mais aussi trouver toute sorte d’excuses aux autorités européennes, et reconnaître des réussites. Toujours est-il que tant que les institutions européennes ne seront pas l’expression de valeurs et de projets solidaires, mais le fruit d’arrangements et de rapports de force entre Etats jaloux de leur indépendance, tant que ces mêmes Etats se refuseront à renforcer leur union, quitte à remettre une partie de leur souveraineté à des instances dotées de pouvoirs politiques, de type fédéral, nous continuerons à patauger dans le marais des bons sentiments et à devoir supporter des pratiques de moins en moins efficaces.

Tribune publiée dans La Vanguardia, 30 juin 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *