Grèce : la politique par le bas

Un manifestant célèbre la victoire du « non » au référendum devant le Parlement à Athènes, le 5 juillet 2015 (IAKOVOS HATZISTAVROU/AFP)

Un manifestant célèbre la victoire du « non » au référendum devant le Parlement à Athènes, le 5 juillet 2015 (IAKOVOS HATZISTAVROU/AFP)

Des importantes et nombreuses leçons qu’il faut tirer du résultat du référendum en Grèce, la plus décisive peut être formulée très simplement : la politique est de retour à propos de l’Europe. Mais par le bas, et assurément pas par le haut.

Quel que soit le jugement que l’on porte sur la démarche du premier ministre grec et sur ses résultats présents et à venir, on ne peut pas être sourd et aveugle à la formidable entrée en lice du peuple grec dans des affaires qui semblaient jusqu’ici ne pouvoir être discutées et réglées que d’en haut.

Alexis Tsipras, en consultant l’électorat, a fait de la politique, et il a donné à Bruxelles une leçon de politique – certains ont dit : de démocratie. Cette leçon ne règle pas tous les problèmes, certes.

Un jeu politique tendu vers l’extérieur

Ainsi, d’une part, la capacité d’action de Tsipras a été avant tout celle d’un leader tablant sur la démocratie directe pour mobiliser une force sociale et politique agissant sur la défensive, et refusant des mesures que la population trouve insupportables, ce qui indique la nature de certains des défis qui attendent la Grèce, et l’Europe : le retour de la politique par le bas, ici, ne sera véritablement confirmé que si cette même force trouve le chemin de la négociation, avec l’extérieur, et des réformes, à l’intérieur. Alors, les dimensions défensives de la mobilisation seront complétées par une logique contre-offensive, constructive.

D’autre part, une des difficultés dans les jeux politiques récents, pour la Grèce, a été qu’en interne, l’opposition au « non » a été faible, non structurée, sans leader crédible, au point qu’en cas de victoire du « oui », de bons esprits se préparaient à exiger la démission d’Alexis Tsipras en faveur d’un gouvernement de « techniciens », et certainement pas d’une alternative politique crédible.

En fait, le jeu politique interne était tout entier tendu vers l’extérieur, il a mis aux prises une majorité de la population grecque, et des forces vécues très largement par elle comme externes : Bruxelles, son Conseil, sa Commission, la BCE, l’Allemagne d’Angela Merkel, la finance, la banque…

De telles forces agissent par le haut. Les unes, finance, banques privées, défendent leurs intérêts particuliers. Les autres incarnent en fait des logiques d’Etat, à commencer par l’Allemagne, mais aussi par nombre d’autres pays, y compris du sud de l’Europe, où beaucoup ne voient pas pourquoi il leur faudrait payer pour des sacrifices que la Grèce se refuse de faire.

L’édifice européen, vieilli et pâteux

Mais surtout, l’Union européenne s’affirme une fois de plus, quel que soit l’aboutissement de la séquence actuelle, dans son incapacité à dépasser les fondements technocratiques et gestionnaires qui lui ont depuis longtemps apporté la base de ses interventions.

Peu de politique, ici, en dehors peut-être de quelques efforts de la part du président de la Commission européenne, Jean-Claude Junker. Encore moins de morale et de sens humaniste de la solidarité, et pour l’essentiel, une confiance dans la raison économique, portée par des bureaucraties hors sol politiquement et confortée par les jeux des Etats et de la finance.

C’est en fait tout l’édifice européen qui soudain est apparu, vieilli, pâteux, avec ces jeux obscurs et compliqués, dans son opacité et ses carences institutionnelles qui rendent l’action des dirigeants difficile à comprendre dans tous ses tenants.

La politique par le bas, à la grecque, s’est heurtée à une hydre post-démocratique dont les diverses tentacules, pas nécessairement destructrices certes, semblent fonctionner de manière peu articulée, comme si l’économie, la finance, la politique, la morale et la solidarité étaient désormais dissociées. Il est possible que les conséquences du référendum en Grèce soient finalement désastreuses pour ce pays, et pour l’Europe, mais ce n’est pas certain.

Le choc de deux logiques opposées

Ce qui est clair, par contre, c’est qu’une action politique venue d’en bas a dévoilé par contraste les faiblesses devenues structurelles de l’Europe comme institution politique. Les innovations institutionnelles apportées récemment par le Traité de Lisbonne n’ont guère changé la donne.

Nous avons besoin d’une autre organisation, peut-être fédérale, d’un pouvoir politique européen légitime, en particulier dans son action économique, qui soit en phase avec ceux qui l’élisent, d’instances qui ne soient pas livrées aux jeux délétères de la politique des Etats et au pouvoir technobureaucratique de gestionnaires.

Nous avons besoin que les relations de ces instances avec la banque et la finance privée soient clarifiées.

Nous attendons aussi de l’Europe qu’elle soit capable d’avoir une diplomatie et une défense dignes de ce nom. Qu’elle sache imposer la voie de l’éthique, de la solidarité et de l’humanisme, notamment lorsque de terribles drames ensanglantent les eaux méditerranéennes.

Nous venons de vivre le choc de deux logiques opposées :

  • d’un côté, le recours à la démocratie directe ;
  • de l’autre, le consensus fermé de la vieille construction européenne.

Il faut sortir de ce dilemme. Nous avons besoin d’un souffle européen, d’une politique européenne : c’est aussi cela que la politique par le bas, telle qu’elle vient d’agir en Grèce, est venue nous signifier. Les petits pas prudents des uns, les rappels aux règles et à la rigueur des autres n’y suffiront pas, c’est l’édifice européen tout entier qui est à revoir. Le chantier à entreprendre est urgent, faute de quoi les populismes, les nationalismes et les extrémismes l’emporteront.

Billet publié Chez Michel Wieviorka, Rue89 les blogs, L’Obs, le 7 juillet 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *