Pour une culture civique solidaire et pratique

thalysLe pire a été évité, le 21 août, quand des passagers américains et anglais du Thalys reliant Amsterdam à Paris, ont maîtrisé un « présumé » terroriste se préparant à réaliser un carnage. Les commentaires ont vite fusé : les héros du jour sont des étrangers, les Français, à une exception près (un voyageur ayant tenté d’intervenir) n’ont joué aucun rôle dans l’heureux dénouement, et certains personnels de bord (mais pas tous) se sont comportés de manière indigne, comme l’a affirmé l’acteur Jean-Hugues Anglade.

Il faut certes faire la part des choses : dans un tel contexte, quoi d’étonnant à ce que la peur détermine la première réaction, tétanisant ceux qui sur place et pour la première fois de leur vie affrontent une situation si extrême ? Parler d’individualisme est ici déplacé, et plus encore d’égoïsme, ou d’indifférence.

Il faut quand même s’interroger : dans d’autres pays, les citoyens sont mieux préparés à faire face à un drame de la route, à une violence imprévisible, à un accident terrible sur le lieu de travail, bien peu en France.

Une première explication renvoie pourtant au contraire même de l’individualisme : les Français attendent tout de l’Etat, et peu de la société et de la capacité des individus singuliers à prendre en charge ce qui semble devoir relever de la puissance publique, à commencer par la sécurité. Notre culture politique n’est donc pas favorable à ce que des citoyens interviennent dans ce qui est l’affaire des représentants de l’Etat.

Une seconde famille d’explications met l’accent sur l’éducation qui pourrait précisément préparer les futurs citoyens à ne pas être passifs en situation où il faudrait agir sur un mode altruiste, voire héroïque. On peut ici faire trois remarques.

La première tient au déclin du christianisme, qui portait souvent des valeurs de solidarité pratique, sous des formes caritatives notamment, mais pas seulement. Un deuxième constat tient à l’enseignement de la citoyenneté dans l’école publique : il est abstrait, fait de valeurs qu’il faut intérioriser et qui devraient donc constituer des normes. On l’a vu après « Charlie », le ministère de l’éducation nationale a pris diverses initiatives qui promeuvent bien plus un enseignement relativement peu concret, que la formation à l’action civique pratique.

Enfin, une troisième remarque est une invitation à réfléchir à propos des médias et des jeux-vidéos dans lesquels les jeunes générations apprennent à faire preuve d’une grande accoutumance à la violence virtuelle, celle que l’on voit sur les écrans, celle aussi que l’on exerce en se comportant en héros numérique. Mais il y a loin des écrans au réel, et on peut raisonnablement faire l’hypothèse que cette culture juvénile ne prépare guère au courage en situation concrète de danger ou de risque. Disons-le donc d’un mot : le terrorisme contemporain constitue une invitation pressante à entrer dans une nouvelle culture, civique, solidaire et pratique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *