Pourrons-nous vraiment choisir notre président ?

primairesPSPersonne n’en doute la campagne pour l’élection présidentielle de 2017 est ouverte, et dans la foulée celle des élections législative.

Quelles sont les perspectives vues du point de vue de l’électeur de gauche qu’horrifie l’hypothèse d’une victoire de Marine le Pen, et qui refuse les jeux de billard auxquels certains se préparent – participer aux primaires de la droite, y voter pour Alain Juppé de façon croit-on à éviter le pire, dans l’attente de jours meilleurs, ou pour Bruno Le Maire afin d’éviter Nicolas Sarkozy, ou bien encore pour celui-ci, seul adversaire de droite, imaginent certains, que pourrait battre François Hollande au premier tour… ?

La situation n’est pas réjouissante. Et puisque le maître du jeu est François Hollande, aussi faible qu’il puisse apparaître dans l’opinion, les deux scénarios qui méritent d’être envisagés en priorité font l’hypothèse de sa candidature.

Dans le premier, le chef de l’Etat se représente sans débat préalable à gauche. Il lui aura fallu auparavant empêcher les écologistes et la gauche de la gauche d’avoir des candidats crédibles, en lâchant beaucoup sur leur terrain, ce qui n’est pas tout à fait dans le droit fil de la politique gouvernementale actuelle. Surtout, même si la croissance et l’emploi reviennent avant 2017, le Président a perdu une bonne part du capital de confiance qui était le sien en 2012, il est devenu moins crédible, et on voit mal comment il pourrait susciter une dynamique électorale reposant sur la confiance, sur un certain optimisme, sur une vision de l’avenir, ou comment il pourrait être porté par un charisme comme magiquement trouvé. Ses soutiens se définiront de façon négative, en creux, par le rejet de l’extrême-droite et de la droite, plus que par une quelconque adhésion à un projet. François Hollande a perdu le soutien de nombre de ses électeurs de 2012, il n’en a pas gagné de nouveau et la campagne, dans cette hypothèse, se fera pour lui au forceps, sans enthousiasme ni ardeur de la part de troupes qui peineront à faire croire à des lendemains qui chantent, et avec l’appui d’un parti lui-même déconsidéré et singulièrement affaibli.

Un deuxième scénario consiste à envisager une large primaire à gauche, à laquelle François Hollande accepterait de se plier. Les avantages d’une telle formule seraient considérables. Le candidat retenu aurait la légitimité et une large assise pour enclencher une nouvelle dynamique, puisque tous les autres candidats, et leurs partis, seraient ensuite tenus de se mobiliser pour lui. Aujourd’hui, Marine le Pen semble devoir être présente au deuxième tour, et tout se jouera donc au premier, car on peut penser qu’elle n’est pas en mesure de l’emporter au second : ouverte à un large spectre de candidats de gauche, la primaire donnerait la possibilité de débats, d’échanges et finalement d’un choix évitant les affrontements mortels d’un premier tour de présidentielle où la seule chance de succès passe par une unique candidature pour toute la gauche.

Rêvons un instant : Cécile Duflo, Dany Cohn-Bendit –puisqu’il est français maintenant-, Jean-Luc Mélenchon, Manuel Valls, François Hollande, et pourquoi pas Ségolène Royal, Marine Aubry, Arnaud Montebourg … tous d’accord pour soutenir ensuite le vainqueur d’une primaire où ils se seraient opposés ! La campagne présidentielle proprement dite se ferait avec espoir, et non à reculons, contrairement à ce que laisse présager l’hypothèse précédente.

Ce deuxième scénario se heurte malheureusement au légitimisme, qui rend difficile d’envisager que le Président en exercice se prête au jeu d’une primaire ; il est rendu peu probable aussi du fait des tendances centrifuges qui poussent certains acteurs politiques à préférer aller seul au combat –et bien entendu à interdire la victoire d’une gauche sinon unie, du moins mobilisée au sein d’un seul et même mouvement.

Il y a là, on le voit facilement, un débat démocratique, verrouillé aujourd’hui, volens nolens, par le chef de l’Etat, mais dont l’issue dépend aussi de la façon dont les électeurs de gauche peuvent vouloir peser. Plus ils seront passifs, plus le choix d’un scénario leur échappera, au profit de jeux politiciens. Plus ils feront savoir, au sein du PS et des autres partis concernés, qu’ils veulent avoir leur mot à dire dans cette affaire, qu’ils ne veulent pas être prisonniers de logiques d’appareils et de calculs stratégiques, et plus pourraient s’ouvrir des échanges sur le fonds, à partir desquels un choix mobilisateur pourra être effectué. Ajoutons qu’un tel choix pourrait être in fine favorable à François Hollande, qui trouverait dans cette procédure de quoi se parer d’une légitimité retrouvée. Libération s’honorerait d’ouvrir ce débat dans ses colonnes.

Article paru dans Libération, le 25 août 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *