Réfugiés : les deux France aujourd’hui

Une femme tient une pancarte « Ouvrez les frontières », le 8 septembre 2015, place de la République à Paris (KENZO TRIBOUILLARD/AFP)

Une femme tient une pancarte « Ouvrez les frontières », le 8 septembre 2015, place de la République à Paris (KENZO TRIBOUILLARD/AFP)

Le monde entier a désormais conscience du sens que revêtent les migrations en provenance du Moyen-Orient, ainsi d’ailleurs parfois que d’Afrique – Erythrée notamment : elles ne se réduisent pas au projet de vivre mieux ailleurs que dans son pays d’origine, elles ne sont pas, comme on dit souvent, uniquement « économiques ». Elles sont avant tout le fruit de la guerre et de la guerre civile, des persécutions, de la violence.

Avec elles, se confirme la nécessité intellectuelle de produire un grand écart dans nos façons de penser, puisque nous devons tout à la fois prendre en compte les logiques globales, régionales, sinon planétaires, qui façonnent l’exil, et, au plus loin d’elles, les processus de subjectivation et de « désubjectivation » qui font des migrants des sujets, et de ceux qui sont appelés à les accueillir, mais qui peuvent s’y refuser, des sujets, ou des antisujets.

Le sociologue Ulrich Beck, récemment disparu, avait proposé, pour affronter ce grand écart, de parler de « cosmopolitisation du monde ». Non pas pour dire que nous devenons tous cosmopolites, mais pour dire qu’où que nous soyons, même dans les endroits les plus reculés de la planète, nous devons être, et nous devenons de plus en plus capables de penser notre expérience la plus personnelle, la plus subjective, en considérant les éléments qui la façonnent aussi de très loin, les risques globaux par exemple, comme le changement climatique, le terrorisme ou les dangers liés au nucléaire civil.

Ce qui se passe avec les réfugiés encourage certains d’entre nous à suivre cette voie, à produire le grand écart, dans mon vocabulaire (Retour au sens, Paris, éd. Robert Laffont, 2015), à participer à la « cosmopolitisation du monde ».

Mais d’autres ne l’entendent pas de la sorte, et voient dans l’exil et les demandes d’accueil et d’asile non pas la nécessité de « penser global » et de s’intéresser à la subjectivité blessée des personnes concernées, mais au contraire une occasion de plus pour refuser cette double orientation, pour freiner des quatre fers dès qu’il s’agit des catégories de la globalisation, ou de la référence à la subjectivité des victimes, qu’il convient pour eux de rejeter, de refouler ou de contenir dans des camps.

La plupart des discours politiques et intellectuels que nous entendons aujourd’hui peuvent se lire à l’aune de cette opposition élémentaire, qu’il s’agisse d’être ou non favorable à l’accueil des réfugiés, ou de propositions d’ordre géopolitique sur ce qu’il conviendrait de faire au Moyen-Orient : un engagement dans la guerre, au sol ou non, une politique de contention des migrants dans les pays de départ, etc. Il se dessine ainsi une opposition que je vais formuler d’abord dans un vocabulaire d’un autre temps : ce sont deux France qui s’opposent aujourd’hui, au point que l’on peut tenter des comparaisons avec la « guerre des deux France » de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe, période pour laquelle on a souvent employé cette expression.

Nation homogène ou société ouverte

D’un côté, donc, aujourd’hui, les tenants d’une société fermée et d’une nation homogène, pour qui le cadre de l’Etat-nation est le seul qui puisse protéger les Français, et leur apporter les ressources pour affronter les difficultés économiques et culturelles des temps présents.

Cet ensemble véhicule diverses variantes du souverainisme, il est hostile à la construction européenne, à sa monnaie commune, aux dispositions de la convention de Schengen. Il a ses versions de gauche, qui en appellent à des politiques économiques et sociales antilibérales, redistributrices, et ses versions de droite et d’extrême droite, qui y ajoutent des thématiques anti-immigrés, racistes, nettement islamophobes et plus ou moins antisémites. Il a ses sympathies géopolitiques, en particulier hostiles à l’Allemagne, et favorables à la Russie. Il est dominé par la méfiance, la peur, et de tels sentiments, avec d’autres tout aussi négatifs, pourraient fort bien se transformer en pulsions autoritaristes, voire pire encore.

Et d’un autre côté, les partisans d’une société ouverte, d’une nation accueillante diverse en son sein, pour qui l’Etat-nation, tout en continuant à constituer un cadre essentiel de la vie collective, n’a pas le monopole des institutions et de l’action politique.

Cet ensemble demeure plus ou moins favorable à la construction européenne, à l’Euro ou à l’espace Schengen, et il a confiance dans la participation de la France à une économie ouverte, mondialisée – ce qui n’exclut évidemment pas diverses critiques, qui peuvent viser aussi bien Bruxelles et ses politiques, que le capitalisme notamment financier. Il a lui aussi ses variantes de gauche, sous tension dès qu’il s’agit d’économie, et ses versions de droite, les unes et les autres pouvant inclure une fibre religieuse, d’inspiration chrétienne. Et ce n’est certainement pas vers la Russie de Poutine que vont ses sympathies géopolitiques.

Zone grise

Dès lors, la question qui se pose est celle du rapport de force entre ces deux France, et des conditions qui pourraient faire que la société ouverte et la nation accueillante puissent l’emporter. Le contexte est bien connu : le système politique classique est à bien des égards à bout de souffle, et ses acteurs largement disqualifiés, tandis que le Front national prospère et que l’abstention est l’horizon de bien des électeurs pour qui aucune offre politique ne semble plus satisfaisante.

La France n’a cessé de se « droitiser » idéologiquement, et cette droitisation s’opère dans le sens de la société fermée et de la nation homogène.

Par ailleurs, les frontières ne sont pas toujours tranchées entre les deux France d’aujourd’hui, et nombre de nos concitoyens circulent à l’intérieur d’une zone grise où ils hésitent, ou bien encore combinent des éléments qui relèvent de l’une et de l’autre. C’est pourquoi aussi le même argument peut être utilisé à des fins opposées. Par exemple, on a pu entendre dire par l’ex-président Nicolas Sarkozy, qu’il faut distinguer entre immigrants et réfugiés, ce qui lui permet de proposer une politique spécifique pour ces derniers sans pour autant faire preuve d’ouverture à leurs égards, alors que c’est en imposant la même distinction, notamment à partir de la diffusion de la photo du petit Aylan Kurdi, qu’a pu progresser la mobilisation générale dans le sens de l’ouverture donc, dans les médias, dans l’opinion et au sein de la classe politique.

Mobilisation par le bas

Il faut néanmoins faire un constat encourageant : les sondages d’opinion, à quelques jours d’intervalle, ont fait récemment apparaître un début de mouvement de bascule de l’opinion en faveur de l’accueil des réfugiés, et donc de la société ouverte et de la nation accueillante. Cette évolution doit peu au pouvoir en place, ou à son parti, qui l’ont plus accompagnée qu’impulsée – je n’aurai pas la cruauté de rappeler les déclarations d’il y a quelques semaines de la part de nos principaux dirigeants. On a même le sentiment que le peu qui est fait ou annoncé relève plus de la pression de l’Europe et de la façon dont agit l’Allemagne, que d’un engagement politique clair et net. Par contre, et là est l’essentiel, cette évolution relève certainement d’une mobilisation par le bas, de la démultiplication d’initiatives locales, ou associatives, de la position forte de l’Eglise catholique, derrière un pape qui joue ici un rôle décisif, de l’action d’élus aussi, n’ayant pas attendu les instructions d’en haut pour mettre des ressources à la disposition de l’action humanitaire, et aussi d’un foisonnement de gestes individuels, qui sont concrets – accueillir un réfugié par exemple – et non virtuels – clamer son indignation sur les réseaux sociaux.

Cet élan, dont il faut espérer qu’il ne se démentira pas, doit également peu aux médias, et peu aux intellectuels, ce qui a suscité des admonestations, ou des comparaisons peu flatteuses avec l’époque du comité Un bateau pour le Vietnam », en 1979. Mais à l’époque, je peux en témoigner car j’ai fait partie du comité, il ne s’agissait pas seulement d’un engouement pour une cause humanitaire ; il fallait, dans le contexte de l’apparition des « nouveaux philosophes », montrer, de la part de nombreux ex-marxistes, ex-gauchistes ou ex-communistes, qu’ils en avaient fini avec leurs idéologies et leurs engagements antérieurs – le caractère humanitaire de cette action était peut-être même secondaire, pour certains de ses promoteurs, par rapport à cette dimension qu’a symbolisée le triomphe de Raymond Aron sur Jean-Paul Sartre. Ce qui nous indique que la mobilisation actuelle, pour trouver tout son sens et s’inscrire dans une dynamique de longue durée, doit être politique, et pas seulement humanitaire.

L’initiative de Fleur Pellerin et Benjamin Stora qui nous invitent ce samedi à « changer de regard » sur les migrations tombe donc à pic, au moment où, d’une certaine façon, ils pourraient faire coup double : conforter l’engagement de tous ceux qui œuvrent, très concrètement, à l’accueil et au soutien des réfugiés, d’une part, et d’autre part endiguer la droitisation de la société française, au profit de la société ouverte et de la nation accueillante. Peut-être même une accentuation du soutien à la mobilisation par le bas pourrait-elle sinon permettre un temps d’arrêt dans le rejet de l’opinion vis-à-vis du pouvoir, voire une inflexion favorable, du moins fonder une revitalisation, une « relégitimation » de l’idée de gauche. Il se passe quelque chose dans la société française qu’a peut-être, quoi qu’en dise Emmanuel Todd, inauguré l’élan moral suscité par les abominations de janvier dernier. Nous devons y être sensibles, et attentifs.

Intervention à Migrations :  12h pour changer de regard (Musée de l’histoire de l’immigration, 12 septembre 2015), publié Chez Michel Wienviorka, Rue89 les blogs, 12 septembre 2015.

migrations_paysage_bd


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *