Où va la France ?

Les actes terroristes qui viennent à nouveau de frapper Paris condensent un immense faisceau de problèmes. Penser l’événement, selon la belle expression de Hannah Arendt, c’est d’abord décomposer ce qu’il amalgame.

Cette série d’attentats coordonnés conjugue des logiques internes à la société française, et des logiques venues d’ailleurs. Et la réflexion doit hiérarchiser ces deux aspects: l’urgence invite à accorder la primauté à la géopolitique.

Partons néanmoins des logiques propres à la société française, de la longue histoire qui a façonné certains au moins des terroristes qui viennent d’agir. Dans l’attente d’informations à venir, et en s’appuyant sur ce que l’on sait d’expériences antérieures, on peut distinguer deux processus principaux ayant pu contribuer à fabriquer la radication islamiste en France –et ailleurs, en Belgique notamment. L’un relève de l’échec de l’intégration pour des enfants de migrants ayant connu le chômage, l’exclusion sociale, la précarité, la crise des banlieues, le racisme, les discriminations, la délinquance aussi, le trafic de stupéfiants, la prison, et qui faute d’avoir trouvé une place dans la modernité occidentale lui vouent une haine inextinguible. L’autre processus relève de la quête de sens, il peut concerner des convertis des deux sexes, venus de secteurs intégrés de la société désireux de donner un sens à leur existence, en rupture avec la culture de la consommation qui est la marque de l’Occident là aussi détesté et rejeté.

Des demandes se sont ainsi cristallisées à partir de l’expérience vécue en France, ou toute autre société de départ. Et ces demandes, là est l’essentiel,  rencontrent une offre en provenance du Moyen-Orient, et qui trouve ses relais en Europe, dans le chaos qu’ont accentué l’aventure américano-britannique de 2003 en Irak, et plus récemment diverses interventions occidentales, par exemple française, en Libye. Le manque ou la perte de sens en cause dans des sociétés européennes, mais aussi musulmanes, Tunisie par exemple, sont pris en charge par l’islamisme radical de groupes terroristes (Al Qaeda) et du proto-Etat qu’est Daesch sur un mode fanatique. L’idéologie est ici non négociable, et elle est instrumentalisée en fonction des intérêts stratégiques des commanditaires.

Les processus qui ont débouché sur le manque et la perte de sens relèvent de la longue durée, ils ont été inauguré au milieu des années 70, avec le passage de l’immigration de travail à l’immigration de peuplement, et les politiques publiques qui tentent de les affronter ne peuvent avoir des résultats qu’au bout d’un certain temps. L’offre terroriste, elle, relève d’une autre temporalité, et elle est en constante transformation. Daesch est une invention récente, et une mobilisation militaire concertée et conséquente pourrait peut-être rapidement venir à bout de ce proto-Etat et le priver de ses territoires – ce qui pourrait le conduire à se transformer en un pur réseau terroriste, sur le modèle inauguré par Al Qaeda. Une telle évolution dépend des orientations diplomatiques de nombreux Etats : une coalition peut-elle inclure aussi bien l’Arabie saoudite que l’Iran, les Etats-Unis, la Russie ? La Turquie peut-elle accepter l’affirmation d’un puissant Kurdistan irakien, la France peut-elle en finir avec un certain « occidentalisme », comme disent les experts, qui l’a jusqu’ici conduit à refuser toute perspective de négociation avec la Syrie de Assad, etc. ?

La classe politique française est dominée par les appels à la guerre, mais des voix affirmant que la France n’a pas les moyens d’une telle guerre, demandent qu’elle se retire de toute coalition. Il n‘y a pas consensus en faveur de la poursuite et de l’intensification des opérations armées en Syrie et Irak.

Le recours au vocabulaire de la guerre a plusieurs implications. D’abord, le terme même n’est pas parfaitement adapté, car malgré sa dénomination (l’Etat islamique) l’ennemi n’est pas un Etat, mais une force non étatique. La question est sémantique, elle est également juridique, car il existe un droit de la guerre, des conventions, qui n’entrent pas en jeu pour Daesch. Ensuite, si guerre il y a, des mesures d’exception doivent être prises. En France, le pouvoir présidentiel est grand, il suffit d’un décret pris en conseil des ministres pour instaurer l’état d’urgence, là où d’autres démocraties doivent passer par leur Parlement. Mais le prix à payer sera élevé comme ailleurs chaque fois que le terrorisme frappe fortement, on l’a vu aux Etats-Unis avec le Patriot Act : les mesures exceptionnelles court-circuitent ou affaiblissent les pouvoirs législatif et judiciaire –il faut s’attendre à de telles mesures, par exemple à propos des centaines de jeunes partis en Syrie et revenus en France, de façon, quand ils sont connus des services de police, à les neutraliser avant qu’ils commettent des actes criminels.

Les actes terroristes de ce vendredi noir témoignent d’une haine de l’Occident, mais visaient spécifiquement la France. Daesch est bien informée, elle compte dans ses organes de direction des Français, liés par exemple à ce que l’on appelle parfois le « groupe des Buttes-Chaumont » qui déjà en 2004 organisait  des départs de France pour combattre les Etats-Unis en Irak. Et les terroristes ont un fonctionnement européen, ils circulent dans un espace qui ne se limite pas à un seul Etat-nation. Du coup, l’Union Européenne apparaît dans ses carences et sa faiblesse, comme au moment de la crise grecque et à propos des migrants. La guerre, la diplomatie ne sont guère une affaire européenne, et le fait qu’un des auteurs des tueries de ce vendredi soit entré en Grèce dans le contexte des récents flux migratoires ne peut qu’alimenter les tendances à la fermeture de chacun des Etats européens sur eux-mêmes.

Pendant un demi siècle, la France comme l’Europe ont pu se vivre hors de l’histoire, loin du feu et du sang. Depuis la guerre d’Algérie, les Français n’avait plus connu la guerre, et pour toute l’Europe en construction, la paix était la norme, ce qu’est venu couronner le prix Nobel de la paix en 2012. Avec 129 morts (au moment où j’écris), la France et l’Europe rentrent dans l’histoire, ce qui met fin aux affirmations fantaisistes de Francis Fukuyama pour qui la chute du mur de Berlin signifiait le triomphe généralisé de la démocratie et du marché. Après les tueries de janvier 2015, et les terribles épisodes terroristes de Madrid (mars 2004) et de Londres (juillet 2005), nous commençons à savoir que nous sommes entrés dans l’ère des nouvelles formes de la néo-guerre, avec ses méthodes spécifiques et notamment le recours à de « petites armes », des ceintures d’explosifs, des grenades, des kalachnikovs qui aujourd’hui, comme hier, laissent aux calculs sophistiqués des « experts » les hypothèses du recours à des armes plus  lourdes, chimiques, biologiques par exemple. Les acteurs agissent avec sang-froid et détermination, en sachant que la mort est pour eux la conclusion de la séquence armée. Leurs cibles font sens pour eux –et pour nous : en janvier 2015, c’étaient les journalistes de Charlie, figure extrême de la liberté d’expression, et les Juifs, clients de l’hypermarché kasher –les Juifs, qui sont toujours au cœur de la haine islamiste. En novembre 2015, c’est la France toute entière qui est visée, mais c’est surtout une partie de sa jeunesse qui est atteinte, celle qui veut croquer dans la vie à pleines dents, qui aime sortir, qui fréquente les bars, les restaurants des nouveaux quartiers « branchés », les salles de concerts; une jeunesse éduquée, plutôt aisée, en tous cas qui trouve sa place dans la culture contemporaine, faite d’ouverture, de créativité. Une culture qui va de pair avec la liberté et la démocratie et que vomit l’islamisme.

Le discours de la guerre et la déclaration de l’état d’urgence nécessitent pour être réalistes l’union des citoyens. Mais ils se heurtent aux réalités de la vie politique, et même politicienne. Si guerre il y a, alors, les divisions politiques internes devraient être suspendues au profit d’une unité, comme ce fut le cas en 1914 avec l’Union sacrée, les partis politiques devraient taire leurs divergences, se mettre derrière le chef d’Etat. Or d’importantes élections, régionales, sont prévues pour les 6 et13 décembre prochains, et la présidentielle se profile pour 2017. Et l’opposition critique le pouvoir, se démarque de sa politique, qu’il s’agisse du Front national, qui demande des mesures internes très dures vis-à-vis notamment de l’islam et de l’immigration, ou de Nicolas Sarkozy et de son parti, Les Républicains, qui plaident pour une autre politique internationale.

Disons-le en ne phrase : les Français ne savent pas vraiment où ils vont, et ne sont pas prêts à intérioriser pleinement l’idée que leur pays pourrait être en guerre.

Tribune publiée lundi 16 novembre dans la Vanguardia.

Photo : Un pájaro vuela con la torre Eiffel de fondo evocando una imagen de paz después de tres días de máxima exaltación tras los atentados ocurridos en Paris – Daniel Ochoa de Olza – AP


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *