Nous sommes en guerre ? Pas seulement !

Le traitement du terrorisme dans les médias, trop souvent, endort l’esprit critique au profit de toutes les outrances, toutes les simplifications.

Le terrorisme, dans sa relation symbiotique avec les médias, endort l’esprit critique au profit de toutes les outrances, toutes les simplifications. Il installe le débat public – lorsqu’il lui laisse un espace – dans l’excès et dans le défaut. Alors, ne nous laissons pas emporter par les émotions qu’il génère, tentons de raisonner : cela implique de résister au discours de la guerre.

Les attaques récentes (Paris, en janvier et en novembre 2015, Bruxelles le 22 mars2016), comportent des dimensions internes à la société – française, belge – et d’autres externes – moyen-orientales notamment. En interne, elles appellent un traitement policier et judiciaire, par exemple : une amélioration du renseignement, des moyens accrus pour assurer la pénétration des milieux à risques, une meilleure collaboration internationale, notamment mais pas seulement à l’échelle européenne. On ne fait pas la guerre à ses propres citoyens, et d’ailleurs, on ne les tue pas, on les arrête le cas échéant, si on peut, et on les juge.

Et si considère le long terme, nous savons bien qu’il faut aussi nous interroger sur les processus qui ont rendu la radicalisation islamiste possible. Il faut procéder avec rigueur, par exemple en étudiant les trajectoires personnelles et collectives de ceux qui sont passés à la barbarie, en essayant d’établir une typologie, et en examinant avec précision les diverses hypothèses qu’une telle étude appelle : transformation de l’immigration depuis les années 70, intégration difficile, familles décomposées, passage de la délinquance à l’islam radical, rôle des mosquées, de la prison, appartenance ou non à une communauté concrète, échec scolaire, mais aussi perte de sens, absence de repères, de perspectives, etc. Là aussi, la musique martiale et guerrière qui nous est servie est inadaptée. Elle est même malsaine, sauf à déclarer la guerre aux carences du travail social, au chômage, à l’exclusion et à la précarité, aux inégalités scolaires, etc.. Et elle est susceptible de renforcer le malaise de ceux à qui le mal est imputé, les musulmans dans leur ensemble, même si les propos officiels ou les plus médiatisés demandent que l’on évite l’amalgame : l’ islamisme radical n’est pas l’islam, dit-on alors, tout en ajoutant dans le même souffle : mais…. Un mais qui en dit long.

Et s’il s’agit de l’extérieur, le terme de guerre, là encore, est bien trop simpliste. La cible ici est avant tout dessinée par le quasi-Etat que constitue Daesch. Mais réglerons-nous la question de façon militaire ?  S’il s’agit du Moyen-Orient, la solution ne doit-elle pas être d’abord politique, et donc diplomatique ? La France, avec Laurent Fabius aux affaires étrangères, a longtemps voulu régler en priorité la question du pouvoir syrien, en finir avec la dictature de Hassad, ce qui s’est révélée une impasse : toujours est-il que le règlement du chaos en Syrie et dans une bonne partie de l’Irak passe peut-être d’abord par des négociations où toutes les parties concernées, y compris donc la Syrie, accepteraient de se mettre d’accord.  Dire : nous sommes en guerre, c’est accorder le primat à l’hypothèse d’une solution militaire, sans tenir compte des efforts déployés par la diplomatie de nombreux pays, y compris aujourd’hui de la France, pour aller vers une solution politique au Moyen-Orient.

Ce n’est pas parce que la situation est grave qu’il faut la réduire à l’image univoque de la guerre.

Point de vue de Michel Wieviorka publié le 29 mars dans Ouest-France.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *