2016, tout le contraire de 1936

Paris, manifestation contre la loi travail - CC Olivier Ortelpa

Les plus grands moments de l’histoire de la gauche sont ceux où l’action proprement politique est en phase avec de fortes attentes sociales.

Ses différentes composantes acceptent alors de s’unir malgré leurs divergences. C’est ce qu’évoque en France le Front populaire, victorieux en 1936 d’élections législatives dont nous célébrons, ce 3 mai, le 80e anniversaire. Mais une telle commémoration peut-elle être aujourd’hui autre chose qu’une palinodie, ou un moment de désespoir nostalgique ? Il faut ici prendre la mesure de deux phénomènes opposés.

Le premier est celui d’un effondrement proprement politique de la gauche. Il est traduit aussi bien par les sondages relatifs à la popularité du chef de l’État, au plus bas, que par les reportages sur la déliquescence d’un PS qu’abandonnent massivement les adhérents et militants. Le parti écologiste EELV ne va pas mieux. Seul prospère quelque peu Jean-Luc Mélenchon, qui incarne à lui seul le contraire de 1936, le refus d’une quelconque alliance avec les socialistes, et une logique de rupture bien plus qu’un projet de réformes comme celles qu’a apportées le Front populaire.

Dans son état actuel, la gauche n’a aucune perspective de victoire électorale. Ni à la présidentielle, ni aux législatives qui s’ensuivront. D’où la démultiplication des candidatures annoncées ou qui se profilent pour 2017. La gauche est engagée dans la double spirale d’un affaiblissement et d’une fragmentation allant bien au-delà de ce qu’affirme Manuel Valls quand il parle de deux gauches « irréconciliables ». Elle est en morceaux – au plus loin, là encore, de l’unité et de la vitalité qu’a signifiées le Front populaire pendant sa brève existence.

Une gauche désunie et presque hors-sol

Deuxième phénomène important : la libération de la parole citoyenne. Les débats inaugurés en janvier par l’appel pour une primaire des gauches et des écologistes (torpillée par les appareils des partis de gauche), ou Nuit debout, née le 31 mars, qui présente bien des faiblesses, mais aussi et surtout vient dire qu’une autre conception de la vie politique, sociale, culturelle est possible, et souhaitable.

Ce mouvement est né dans le sillage des mobilisations contre la loi El Khomri, qui traduisaient, elles aussi, le contraire de 1936 : non pas un lien puissant entre les attentes du monde du travail et de la jeunesse, d’une part, et l’action de la gauche aux affaires d’autre part, mais au contraire une opposition syndicale, étudiante et lycéenne à un projet du gouvernement complaisant vis-à-vis de la droite et du patronat.

Nuit debout, bien au-delà de ses modalités de rencontre et de son fonctionnement concret, exprime un rejet et non une proximité avec les orientations du pouvoir. Son problème sera d’ailleurs de transformer éventuellement ce rejet en contre-projet susceptible d’un traitement politique autre que gauchiste.

La droitisation du pouvoir, surtout après les tueries du 13 novembre, a fait apparaître une distance immense entre les aspirations du « peuple de gauche » et la bulle politico-médiatique qui pilote aujourd’hui notre vie collective. Il est possible que les commémorations de 1936 soient l’occasion de promesses gouvernementales et de discours bien sentis. Comme si ceux qui assureront le spectacle officiel pouvaient apparaître en héritiers du Front populaire. Cela ne résoudra pas comme par miracle les problèmes d’une gauche désunie et presque hors-sol, déphasée par rapport aux mouvements sociaux et culturels d’aujourd’hui.

Point de vue de Michel Wieviorka publié le 4 mai 2016 dans Ouest-France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *