Des Indignados à Nuit debout

Nuit Debout Paris - CC Nicolas Vigier

C’est au cours de la nuit du 31 mars 2016, dans la foulée de la mobilisation des principaux syndicats, et d’une partie de la jeunesse étudiante et lycéenne, que la Place de la République à Paris a vu naître Nuit debout, un mouvement que de nombreux observateurs ont vite comparé à celui des Indignados en Espagne. Et depuis bientôt un mois, l’action perdure.

Elle conjugue utilisation des réseaux sociaux et d’Internet, et occupation d’un territoire où les acteurs se rencontrent concrètement. Elle comporte des dimensions contestataires, une charge conflictuelle si l‘on préfère, et de forts aspect culturels –il s’agit de vivre hic et nunc, sur place, les rapports interpersonnels et sociaux que l’on voudrait mettre en place pour demain à l’échelle de la société et même de la planète. Nuit debout, qui s’est étendu à de nombreuses autres villes françaises, est également un mouvement démocratique, qui entend renouveler la pratique de la politique, par des façons de débattre, de voter, de décider.

Et si l’on analyse les conditions qui ont rendu possible son apparition, il est clair que la comparaison avec les Indignados peut être poursuivie : Nuit debout est née de la décomposition de la gauche française, qui a perdu coup sur coup les élections municipales et départementales et les élections régionales, et qui a cessé d’être majoritaire au Sénat ; de l’échec du président François Hollande ; de l’affaissement prononcé du Parti socialiste et d’Europe-Ecologie-Les Verts –tout ceci n’étant pas très différent de l’expérience de la gauche espagnole. Plus précisément, la naissance de Nuit debout correspond à une phase de l’action gouvernementale qui témoignait d’une forte droitisation du pouvoir de gauche : droitisation identitaire, avec, après les tueries du 13 novembre 2015, une tonalité martiale et guerrière, et des mesures d’exception et d’urgence faisant penser au Patriot Act de George W. Bush ; droitisation économique, avec un projet de loi sur le travail particulièrement complaisant pour le patronat et la droite. C’est dans ce contexte que la parole s’est libérée, à gauche, et que la protestation s’est développée.

Il faut donc d’abord dire que Nuit debout s’inscrit bien dans la lignée des Indignados. Mais à partir de là, plusieurs points appellent examen.

Une première question s’impose : pourquoi ce type de lutte ne vient-il en France que cinq ans après les Indignados de Madrid ou de Barcelone, les Occupy Wall Street de New York, puis d’autres au Chili, en Israël, etc., sans parler du « printemps arabe » de 2011, de la Turquie du parc Gezi (2013) ou de l’Ukraine de la Place Maidan (début 2014) ? Pourquoi si tard, alors même que le message « Indignez-vous » avait été lancé dès 2010, avec un formidable succès, par un Français, Stéphane Hessel, qui en avait fait le titre d’un livre qui a été un bestseller ? La réponse est d’abord politique : les Français, à gauche, ont voulu faire confiance à la gauche, avant l’élection présidentielle de 2012, puis ont voulu croire jusqu’à ces derniers mois, que le pouvoir allait prendre en charge leurs attentes. La parole citoyenne s’est libérée, et pas seulement avec Nuit debout, dès lors que le pouvoir et le parti qui le soutient ont perdu l’essentiel de leur crédibilité, et même ont semblé déserter les valeurs de la gauche.

Deuxième question : Nuit debout saura-t-il, comme les Indignados avec Podemos, se doter d’un prolongement politique ? Il est vrai que les liens entre le mouvement social et le parti sont, dans l’expérience espagnole, complexes et contestés, que Podemos ne fait pas l’unité au sein des Indignados, et symétriquement, qu’il donne l’image d’une forte capacité à s’en émanciper. Mais tout ceci ne doit pas masquer l’existence d’une forte continuité entre le mouvement et le parti.

En France, Nuit debout est pour l’instant bien éloigné d’une telle hypothèse. Alors que les Indignados ont souvent été sous tension, entre ceux qui recherchent une modalité d’action politique classique, et ceux qui s’y refusent entièrement, Nuit debout est dans l’ensemble au plus loin de toute perspective de transformation en une force politique. C’est ce qui fait son charme, et aussi sa grande faiblesse.

D’où une troisième question : Nuit debout ne risque-t-il pas, dès lors, d’être emporté ou bien dans la sclérose et l’impuissance, comme l’ont noté certains observateurs constatant par exemple que les débats dans les commissions que le mouvement a mis en place prennent un tour répétitif, ou bien dans le gauchisme sectaire de groupuscules trotskistes, ou bien encore, ce qui ne vaut guère mieux, dans le souverainisme anti-européen, chaviste et proto-communiste de Jean-Luc Mélenchon ? On notera d’abord que Podemos, ou certains de ses leaders, sont parfois accusés eux aussi de tropisme gauchiste ou chaviste. Mais l’expérience française est bien plus vulnérable aux perversions gauchistes que ne l’a été Les Indignados, ou que ce que l’on peut observer dans Podemos. Toute l’histoire des mouvements sociaux en France, depuis un demi siècle, l’indique clairement : lorsqu’ils s’affaiblissent ou qu’ils retombent, ils se radicalisent, et le gauchisme vient prendre en charge idéologiquement et politiquement cette radicalité. Il n’y a pas, en Espagne, cette culture politique, ou beaucoup moins nettement, et les groupes gauchistes n’y ont pas l’espace dont ils disposent en France. Il faut donc s’inquiéter, si l’on considère Nuit debout, d’abord sur ca capacité à rechercher un traitement politique des demandes et des idées qu’il met en forme, et ensuite sur sa résistance éventuelle à une prise en main gauchiste, plus ou moins révolutionnaire et antisystème, qui viendrait en réalité détruire le mouvement.

D’où une quatrième question : si la comparaison avec l’expérience espagnole ne doit pas être poussée trop loin, ne faut-il pas considérer d’autres mouvements qui relèvent de la même famille ? De nombreux observateurs comparent dès lors Nuit debout à Occupy Wall Street, qui n’a pas eu d’expression politique comparable à Podemos, mais qui quelques années après son éphémère existence, constitue par ses thématiques une source majeure d’inspiration de Bernie Sanders dans sa campagne de la primaire des démocrates. Mais pour que cette comparaison fasse sens, il faudrait qu’existe en France une force politique comparable au Parti Démocrate, ce qui n’est pas le cas, puisque, on l’a dit, le Parti socialiste est en voie de décomposition.

Ce qui pourrait nous ramener au point précédent. Est-il vraiment exclu que se constitue en France une nouvelle force politique de type Podemos ? Ce parti n’a été créé qu’en janvier 2014, près de trois ans après la naissance du mouvement des Indignados, né en mai 2011 : après tout, Nuit debout n’en est qu’à ses premières semaines d’existence. En 2018 ou 2019, la gauche aura eu le temps de commencer à se recomposer, peut-être d’inventer un ou deux nouveaux partis sur les décombres du PS et d’EELV, et rien n’interdit d’imaginer qu’une formation politique nouvelle entretienne un lien fort avec les idées et les valeurs qui surgissent avec Nuit debout. La comparaison avec l’expérience espagnole pourrait alors reprendre vigueur.

Tribune de Michel Wieviorka parue en espagnol dans La Vanguardia, 5 mai 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *