« Les socialistes doivent renouer avec les intellectuels »

Yann Beauson - Marche pour la VIème République

Un cycle s’achève pour une certaine gauche entrée en phase vraisemblablement terminale sous la présidence de François Hollande. Cette gauche tenait en 2012 villes, départements, régions, Sénat et Assemblée nationale, elle est devenue minoritaire à tous les niveaux. Et avec son déclin historique se sont effondrés sa base militante et le socialisme municipal qui constituait son socle.

Dans ses dernières années, elle a dirigé le pays sans vision, sans colonne vertébrale, à grands renforts de « com », de sondages et de jeux politiciens, se contredisant fréquemment elle-même, sans vergogne. Son inconstance et son inconsistance éclatent au grand jour, verticalement, dans ses relations avec la société, et horizontalement, dans sa capacité à représenter un large espace politique.

Entre le pouvoir et le peuple de gauche, une béance

Le pouvoir, formant un couple souvent obscène avec les médias, a gouverné de haut en bas, fixant l’agenda, et déterminant les catégories et même les mots du débat public –« apartheid », « guerre » par exemple. Il a cru possible d’adosser la politique sur des compétences gestionnaires, techno-bureaucratiques, plus que sur un lien exigeant avec le tissu social, et s’est abandonné à la pensée magique et aux incantations, notamment en ce qui concerne le chômage. Il a délaissé les idées et la vie proprement intellectuelle, il n’a pas su établir ou maintenir des relations consistantes avec la société civile, ses associations qui œuvrent sur le terrain, les syndicats, il a semblé plus intéressé par le monde de l’argent et de la finance, par les journalistes et par les « people ».

Le voici rejeté par une partie de cette jeunesse qu’il avait promis d’écouter, tandis que le monde du travail est tenté par une radicalité poussant les uns vers le Front national, les autres vers des syndicats portés par des logiques de rupture.

Le pouvoir est presque hors-sol, et son parti, le PS, perd jour après jour ses adhérents et militants, et d’éventuels alliés : EELV se décompose, le PCF, réduit à la portion congrue, se durcit.

Une distance jamais vue le sépare du peuple de gauche, et ce ne sont pas les pauvres manœuvres, les Hé oh la gauche ou la Belle alliance qui combleront cette béance.

La double droitisation

Après les tueries de janvier 2015, le pouvoir a accompagné l’expression des émotions et mis en scène la solidarité internationale, notamment avec la grande manifestation parisienne du 11 janvier. Mais sa politique n’a guère changé. Par contre, après le 13 novembre, il a opéré une impressionnante droitisation.

La première étape a été identitaire, sécuritaire et martiale, avec diverses annonces et mesures: déchéance de la nationalité, mesures d’urgence, état d’exception, guerre contre le terrorisme, voire guerre tout court. La deuxième a été économique et sociale, avec le premier projet de loi El Khomry qui plutôt que de conjuguer des mesures de flexibilité et des garanties pour les travailleurs s’est révélé si déséquilibré en faveur de la droite et du patronat et si mal préparé que le gouvernement s’est aliéné une CFDT qui aurait pu être pour lui un partenaire constructif.

Entre un socialisme aux affaires tourné vers la droite (Manuel Valls, Emmanuel Macron) et un autre regardant plutôt sur sa gauche (Arnaud Montebourg, Hervé Hamon), un vide sidéral s’est affiché, comme s’il n’y avait plus de gauche de gouvernement capable d’incarner une sensibilité sociale de type social-démocrate. De là le dégel de la parole citoyenne, avec en particulier l’ouverture des débats accompagnant l’appel pour une primaire des gauches et des écologistes, lancé dans Libération le 10 janvier, ou Nuit debout, le 31 mars. De là aussi le « trop c’est trop » de Martine Aubry, lancé dans le Monde le 24 février.

Mais la maire de Lille n’est en aucune façon candidate à une primaire ou à l’élection présidentielle, et aucune personnalité ne semble capable d’occuper le lieu géométrique où serait incarné un lien entre des demandes sociales, culturelles et citoyenne, et l’action proprement politique d’une gauche de gouvernement. La gauche est en son centre un astre mort. D’où les logiques de fragmentation qui la menacent, faute pour elle de pouvoir proposer un principe supérieur d’unité à partir d’un point d’équilibre.

La prochaine gauche

Si l’élection présidentielle devait avoir lieu demain, elle verrait le succès d’un homme de droite, peut-être Alain Juppé. Et lors des élections législatives consécutives, le Front national, devenu principale force d’opposition, obtiendrait plus d’élus que la gauche, même unie.

Si une autre gauche doit se reconstruire, il y faudra du temps. Elle aura besoin d’un personnel politique renouvelé, rajeuni, féminisé, diversifié socialement et culturellement, et surtout bien formé et préparé : alors que le Front national travaille énergiquement à la formation de ses cadres et militants, le Parti socialiste n’a guère fourni d’effort en ce sens depuis longtemps. Or sans une solide formation, la gauche de demain ne pourra pas s’incarner dans des figures susceptibles d’exercer le pouvoir.

La prochaine gauche devra tisser des liens avec la société civile, échanger, réfléchir avec des acteurs associatifs ou syndicaux, ou avec des initiatives comme Nuit debout, pour l’instant surtout courtisée par Jean-Luc Mélenchon ou Olivier Besancenot.

Elle devra aussi s’intéresser aux idées, renouer avec les intellectuels, et notamment ceux des sciences humaines et sociales, qui produisent des connaissances pouvant éclairer l’action. Modeste, sinon normale, elle s’efforcera de se projeter vers l’avenir plutôt que d’agir dans l’immédiateté et le temps court et de se fier en permanence aux sondages, à la « com » et à la techno-bureaucratie. Elle veillera à l’élargissement des formes de la démocratie, complémentaires de la représentative, à la délibération et à la participation, et elle aura à penser les transformations institutionnelles permettant d’en finir avec le présidentialisme et le parlementarisme actuels. Il y a là un défi qui concerne l’ensemble de notre système politique et institutionnel, et pas seulement la prochaine gauche. Mais la droite avec Nicolas Sarkozy a montré son impuissance en la matière, et c’est cette seule gauche qui est susceptible de de faire face à de tels enjeux.

Cette prochaine gauche ne pourra pas résulter de transformations internes au seul Parti socialiste, mais elle ne pourra pas faire l’impasse sur son existence. Elle se construira au fil de processus où se retrouveront ceux qui veulent l’inventer du dedans de ce parti, ou d’autres, mais aussi du dehors de toute formation partisane.

Usée jusqu’à la corde, une gauche se meurt : vivement la prochaine gauche !

 

Billet publié sur Le Monde, le 14 mai 2015

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *