Élections en Autriche : en Europe, l’extrême-droite est partout. Un succès qui s’explique

Le représentant de l'extrême droite Norbert Hofer, le soir de l'élection Présidentielle autrichienne, le 22 mai. (Ronald Zak/AP/SIPA)

Cet article est écrit quelques heures avant la programmation des résultats de l’élection présidentielle autrichienne. Et quel que soit ce résultat, les choses sont claires : l’extrême droite en Autriche représente à peu près la moitié des électeurs.

En fait, deux perspectives balisent l’espace des commentaires ou analyses que l’on peut proposer ici. Elles sont éloignées, mais pas contradictoires.

L’extrême-droite progresse partout

La première souligne l’unité du phénomène, à l’échelle européenne, voire au-delà : l’extrême-droite progresse partout, avec ses thématiques fort semblables d’un pays à l’autre, hantise des migrants, de l’islam, appel à l’homogénéité de la nation et à la fermeture de la société. Et minoritaire, la seconde perspective insiste au contraire sur la spécificité des expériences nationales, et, puisque l’Autriche est à l’honneur, sur le caractère singulier du positionnement du FPÖ et de son leader.

On signale alors le caractère apaisant de ce dernier, la campagne modérée qu’il a conduite, on rappelle les alliances passées de son parti avec le pouvoir, y compris de gauche, on produit un reportage sur une région où la collaboration du FPÖ et de la social-démocratie est harmonieuse…

Traditionnel à l’Est, moderne à l’Ouest

En fait, un examen pays par pays oblige à nuancer l‘idée d’une logique uniforme, mais n’autorise pas à la récuser : les mouvements d’extrême-droite qui se développent aujourd’hui en Europe présentent d’importants points communs, et caractérisent une époque, la même pour tous, qui s’est ouverte dans les années 80. Ils n’en sont pas mois différents. Une première distinction sépare l’Est et l’Ouest.

À l’Est, les droites radicales sont davantage dans la continuité avec les mouvements de type nazi ou fasciste d’avant-guerre ; l’antisémitisme demeure une valeur sûre et les références culturelles sont très traditionnelles.

À l’Ouest, la rupture avec l’antisémitisme est affichée, au point que l’UKIP, au Royaume-Uni, tient à marquer ses distances avec le Front national qu’il juge encore trop perméable à la haine des Juifs, alors que Marine Le Pen s’efforce de se démarquer de son père sur ce registre.

De même, une modernité culturelle s’observe à l’Ouest, impensable à l’Est : ainsi, Pim Fortuyn, le leader du Leefbaar Nederland, assassiné en 2002, affichait son homosexualité. Une ouverture culturelle que l‘on retrouve, toujours aux Pays-Bas, chez Geert Wilders, le leader duPartij voor de Vrijheid.

En Europe centrale, les extrêmes-droites semblent se situer dans l’entre-deux.

Extrême-droite et violence

Une autre distinction a trait au rapport que celles-ci entretiennent avec la violence.

Dans certains cas, ce rapport est simple, direct, et les succès électoraux n’excluent nullement une violence meurtrière. Aube dorée, en Grèce, peut illustrer ce cas de figure.

Dans d’autres cas, l’extrême-droite joue une carte démocratique, exclue tout recours à la violence. Il en est ainsi avec le Front National.

Ce qui débouche sur un dilemme : si la violence surgit en dehors du parti qui tente de se rapprocher électoralement du pouvoir, ou de passer des alliances, tout en véhiculant des idées assez largement proches de celles de ce parti, celui-ci doit marquer son refus de la voir ainsi apparaître, ce qui n’est pas aisé.

En Norvège, le Progress Party a ainsi du prendre une distance absolue avec Anders Beiring Breivik, l’auteur d’une tuerie impressionnante (près de 80 morts, le 22 juillet 2012) dont l’idéologie était proche de la sienne.

L’explication économique est un peu courte

Diversité des extrêmes-droites européennes ? Certes. Mais comment expliquer le caractère concomitant de leur poussée ? L’idée d’une continuité historique ou d’un poids de l’histoire n’est guère pertinente : on a longtemps affirmé que l’Allemagne, du fait de son passé nazi et de son travail sur elle-même pour le faire passer, ne risquait guère de voir l’extrême-droite réapparaître – ce que démentent les résultats récents de l’Alternative für Deutschland, l’AfD.

L’explication économique est elle aussi un peu courte : des pays échappant plus ou moins à la crise connaissent de fortes expressions d’extrême-droite. La Norvège, la Suisse notamment, et pas d’autres pourtant massivement impactés par la crise, l’Espagne, le Portugal en particulier.

Il faut donc se tourner vers une troisième famille d’explication : au-delà des spécificités nationales, la montée en puissance des extrêmes-droites en Europe doit beaucoup à l’évolution de l’Europe elle-même.

Une dimension planétaire 

Celle-ci a d’abord connu depuis le début des années 1980 l’élargissement et l’approfondissement, et des transformations internes à certains pays qui ont pu être liées à cette transformation, mais sans peser directement sur le premières affirmations significatives de l’extrême-droite.

Ensuite, la relative stagnation du projet européen, la façon dont les peuples ont pu se sentir ignorés ou méprisés par Bruxelles ont alimenté bien des critiques, auxquelles les extrêmes-droites ont d’autant plus commencé à concourir qu’avec la fin de la guerre froide, elles n’avaient plus à faire preuve d’anti-soviétisme et d’anticommunisme.

Enfin, l’entrée dans la crise de l’Europe, les difficultés financières d’abord, dès 2007-2008, puis sociales, et enfin les questions de terrorisme et de migration ont contribué aux succès et à la poussée des extrêmes-droites.

Mais celle-ci n’est pas le monopole de l’Europe, il suffit de lancer le nom de Donald Trump pour devoir s’interroger aussi sur les dimensions planétaires, du phénomène. Ce qui veut dire aussi que la crise de l’Europe est également celle d’un projet qui peine à répondre à des défis qui sont globaux.

Michel Wieviorka, tribune publiée sur L’Obs Plus, le 23 mai 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *