Les systèmes politiques dans l’entre-deux

Janus CC BY djenzar

Existe-t-il aujourd’hui ne serait-ce qu’une expérience nationale au monde où l’on pourrait dire que le système politique fonctionne de façon satisfaisante, avec deux ou trois forces principales incarnant chacune une orientation claire, une vision s’opposant à une ou deux autres ?

Et d’abord, à quoi devons-nous une telle idée, celle de la représentation démocratique dans laquelle s’affrontent deux ou trois acteurs politiques assurant chacun le traitement d’attentes sociales et culturelles conflictuelles ?

La réponse est ici plutôt claire : en premier lieu, à la façon dont les sociétés industrielles ont conçu le traitement politique du conflit social structurel dans lequel s’y opposaient les maîtres du travail, d’une part, et le mouvement ouvrier, d’autre part. La droite représentait le patronat, l’organisation éventuellement « scientifique » du travail et l’ordre économique, la gauche, les travailleurs, et le projet de mettre fin à la domination qui s’exerçait dans le travail, dans l’usine, dans l’atelier.

D’autres oppositions, entre d’autres groupes ou classes sociales ont pu également mettre face à face des visions ou des intérêts contradictoires dans le passé, et bien d’autres enjeux, par exemple religieux, ont aussi contribué à structurer les systèmes politiques nationaux. Et si a pu primer dans l’imaginaire des sociétés du XXe siècle l’image d’un conflit né des rapports sociaux industriels dans l’industrie, il faut admettre que dans la réalité, la politique a assuré simultanément le traitement de ce conflit central, mais aussi celui de conflits plus anciens, et déclinants, et de conflits nouveaux, émergents, voire balbutiants.

Dans les sociétés industrielles du XXe siècle, de vastes parties de la population relevaient encore de la paysannerie et des campagnes, il existait aussi un monde marchand, assez largement urbain, et ces populations pesaient largement sur la vie politique, même si l’exode rural a vu progressivement la paysannerie régresser, et si les villes ne sont pas dominées par la bourgeoisie marchande.

Et depuis la fin du XXe siècle, il est clair que nous sommes sortis de l’ère industrielle classique, et entrés dans un nouveau type de société, où les acteurs se définissent par leurs orientations culturelles, la communication, la consommation, et non plus tant ou principalement par l’exploitation dans le travail.

Disons-le nettement : nos systèmes politiques se sont construits dans un type de société, industriel, qui est derrière nous, et là où ce type de société n’existait guère, ou bien peu, en s’inscrivant dans des imaginaires qui en provenaient. Ils sont aujourd’hui inadaptés aux attentes sociales et culturelles qui caractérisent l’ère actuelle, et celles-ci ne parviennent pas pour autant, ou bien peu, à donner vigueur à des forces politiques qui pourraient les représenter.

Du coup, il arrive très souvent que le discours politique, et les acteurs qui l’expriment, les partis, leurs responsables, leurs activistes, demeurent prisonniers du passé industriel et de ses modes de pensée, ce qui soumet ces acteurs aux risques du sectarisme ou de la radicalisation. Cela vaut à gauche, lorsque ce qui subsiste du communisme et de la radicalité ouvrière anime le combat politique, ou lorsque des acteurs se réclament d’une social-démocratie devenue onirique ; cela vaut tout aussi bien à droite, lorsque les acteurs croient possible d’incarner un capitalisme national industriel et son ordre, alors que le capital est aujourd’hui avant tout global et financier.

Ceux qu’inquiètent le déclin des systèmes politiques classiques, propres à l’ère industrielle, sans qu’ils puissent accepter ni même souvent imaginer l’entrée dans une ère nouvelle se réfugient ou bien dans l’abstention, ou bien dans une radicalité défensive. Ils se retrouvent alors plutôt bien dans les discours qui en appellent à une société fermée et à une nation homogène, susceptibles de les protéger socialement, croient-ils, et d’assurer le maintien de leur intégrité culturelle ou nationale, aussi mythique et inventée qu’elle soit. Cela alimente l’essor des partis « anti-systémiques », nationalistes, populistes.

Ceux qui inventent un monde nouveau, et qui entendent entrer de plain-pied dans une société de communication, inventer de nouveaux modes de consommation, vivre et penser « global », et relever d’une société ouverte, qu’il s’agisse pour eux d’être au cœur de l’économie mondialisée et de l’innovation culturelle, d’imaginer des façons renouvelées de débattre et de décider, de produire autrement, ceux-là sont parfois quelque peu représentés par des forces politiques qui n’existaient pas dans un passé récent. C’est ainsi qu’à partir du début des années 70, dans plusieurs pays, sont apparus des partis écologistes qui ont pu dans certains cas s’installer durablement, comme en Allemagne. Ou qu’en Espagne, Podemos et Ciudadanos ont pu jusqu’à un certain point porter les espoirs d’un renouveau politique en phase avec les attentes d’une société espagnole atteinte de plein fouet par la crise, et désireuse de se transformer. Mais le plus souvent, la capacité des vieux systèmes politiques à absorber les thématiques nouvelles se révèle plus forte que la capacité de nouveaux acteurs politiques à se constituer, et les questions nouvelles, d’environnement par exemple, ou d‘égalité hommes-femmes, sont comme prises en charge par des forces classiques, qui n’y ont pas pour autant trouvé matière à se régénérer.

C’est pourquoi les nouveaux acteurs sociaux et culturels sont réticents dès qu’il s’agit de confier leurs espoirs et leurs attentes à une force politique, quelle qu’elle soit. Dans un monde globalisé, ils savent que les partis politiques classiques, nationaux, peinent à sortir du « nationalisme méthodologique » que critiquait le sociologue allemand Ulrich Beck, pour agir et même simplement penser au niveau supranational, européen, global. Ils constatent, s’il s’agit d’acteurs contestataires, que leurs demandes sont traitées dans des catégories qui demeurent celles du vieux monde. Ou bien, s’il s’agit d’acteurs dominants ou dirigeants, en particulier dans la sphère économique, qu’ils peuvent se passer de partis qui finalement sont incapables de leur résister. Certains veulent croire à la capacité des partis politiques existants à se transformer pour entrer dans l’ère actuelle, ils sont généralement déçus.

Et finalement, il peut arriver ce qui vient de se produire en Autriche : à l’occasion d’une élection, les partis classiques soudain disparaissent, tandis que s’imposent des dirigeants politiques venus d’ailleurs que du système traditionnel, un écologiste et un nationaliste.

Il est peu probable que les partis qui ont constitué l’ossature de systèmes politiques dépassés soient capables par eux-mêmes de se transformer au point de devenir incontournables dans l’ère nouvelle. Et les processus qui pourraient conduire à l’émergence et à la stabilisation de forces nouvelles peuvent être lents et chaotiques. Nous sommes dans l’entre-deux, et nous en avons certainement pour longtemps avant que soient constitués les nouveaux systèmes politiques dont notre vie collective a besoin.

Tribune de Michel Wieviorka, paru en espagnol dans La Vanguardia, 23 juin 2016.

 Crédits photo : Janus CC NC SA BY djenzar


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *