Après les attentats de 2015, la renaissance des sciences sociales françaises

L'université de la Sorbonne Paris le 18 janvier 2011 (B.Horvat/AFP)

Dans les années 1960 et 1970, quand le « Nouvel Obs » était un phare mondial de la vie intellectuelle, il accordait une place de choix aux sciences humaines et sociales françaises. Celles-ci n’étaient-elles pas elles-mêmes au cœur des grands débats du moment, les éclairant, les animant, les suscitant ?

Puis ce fut pour elles (et pour l’hebdomadaire) l’entrée dans un long tunnel, marqué par la débâcle des courants d’idées qui en avaient été les principaux moteurs : le marxisme, tout d’abord, dans ses diverses variantes, et le structuralisme qui avait pourchassé le « sujet » et en avait appelé même parfois à sa mort.

Des approches centrées sur l’individu

Les penseurs, les chercheurs n’avaient pas tous été marxistes jusque-là, certes, ni structuralistes. Mais pour paraphraser Sartre, le marxisme et le structuralisme avaient constitué des horizons qui ont commencé à cesser d’être indépassables à la fin des années 1970.

Les « nouveaux philosophes » ont mis en scène l’épuisement des projets communistes, le rejet du léninisme, la retombée du gauchisme et des idéaux révolutionnaires, et François Furet a mis fin à l’hégémonie de l’historiographie marxiste de la Révolution française.

À partir de là, les eaux se sont séparées, les sciences humaines et sociales françaises, les SHS dit-on aujourd’hui, se sont tenues à distance du débat politique – à moins que ce soit l’inverse – et même de la chose publique, en même temps qu’elles s’éloignaient des grands systèmes théoriques qui structuraient leur vie antérieure, sauf à s’y enfermer sur un mode de plus en plus provincial et répétitif.

Pour elles aussi, small semblait devenir beautiful, les approches centrées sur l’individu, « l’individualisme méthodologique » ou vouées à l’analyse d’interactions limitées ont pris pour un temps le dessus.

Une difficulté à « penser global »

Cette évolution, spectaculaire en France, n’est pas le monopole de notre pays. Ce qui est net, par contre, est que les SHS françaises ont tardé et résisté à entrer dans les transformations intellectuelles qui s’opéraient ailleurs, et en particulier à « penser global », selon le titre du colloque international que j’ai organisé pour fêter les 50 ans de la Fondation maison des sciences de l’homme, en 2013.

Ainsi, en même temps que les SHS françaises apportaient un éclairage de moins en moins intense à la vie publique, et que l’espace qu’elles désertaient était occupé par quelques intellectuels publics conservateurs ou réactionnaires, elles perdaient pied, en effet, à l’échelle internationale, en chute libre parfois, presque absentes, par exemple, si l’on considère les résultats des jurys d’allocations de bourses pour la recherche scientifique qu’organise l’Union européenne via l’European Research Council [1].

Des solutions purement institutionnelles ne suffiront pas à relancer les SHS françaises, et ce n’est pas de ces disciplines à elles seules non plus, de leurs chercheurs, de leurs équipes, que peut venir une éventuelle renaissance.

Pour qu’elles redeviennent rayonnantes et attractives à l’échelle de la planète, cessant de s’enfermer dans les versions françaises, arrogantes et inconscientes du provincialisme qu’Ulrich Beck appelait le « nationalisme méthodologique », pour qu’elles soient capables de « penser global », de prendre en compte à la fois les logiques internes et les logiques externes qui façonnent la vie sociale, culturelle, politique, pour qu’elles animent à nouveau le débat public, pour qu’elles entrent en dialogue avec l’univers de la politique, il y faut des conditions nouvelles.

Des travaux pionniers sur le terrorisme

Or paradoxalement, les attentats de 2015 ont mis en lumière les possibilités d’un renouveau.

Les tueries du 13 novembre, dont l’impact a été beaucoup plus profond que celles de janvier, ont suscité en effet une droitisation du pouvoir (déchéance de la nationalité, mesure d’urgence, état d’exception, etc.), et dans ce contexte, le Premier ministre, Manuel Valls, a affirmé qu’expliquer (le terrorisme) c’est déjà un peu excuser – d’où des réactions outragées dans les milieux des SHS.

Mais tout a très vite changé, tant il est clair qu’il ne suffit pas de faire la guerre à Daech et d’incarcérer les jeunes de retour de Syrie pour affronter l’islamisme radical. Or s’il est un domaine où la recherche française est capable de se montrer active et de qualité, c’est bien sur ces enjeux, comme l’a souligné un rapport de l’alliance Athéna sur la recherche sur la radicalisation (mars 2016).

Elle a ses figures de proue, reconnues internationalement, ses Farhad Khosrokhavar, Olivier Roy, Gilles Képel et autres – et on me permettra ici de rappeler mes travaux pionniers sur le terrorisme, publiés à partir du milieu des années 1980 –, elle a aussi ses jeunes chercheurs, qui constituent un milieu dynamique, bien formé et sachant allier exigence théorique et connaissance du terrain.

L’empirisme journalistique ne suffit pas

Les enjeux de la recherche recouvrent les préoccupations de la collectivité nationale. Ils sont véritablement globaux : pour comprendre les attentats récents et apprécier le risque ou la menace, il faut des connaissances relatives à la société française, à son travail sur elle-même, à son histoire, et d’autres sur ce qui se joue ailleurs, dans le monde à commencer par les pays musulmans.

De telles connaissances doivent être articulées pour apporter un éclairage pertinent, et l’exigence de pluridisciplinarité saute aux yeux : le psychanalyste, le psychologue doivent ici être mobilisés aussi bien que l’historien, le sociologue, le politologue ou l’anthropologue.

L’empirisme journalistique ne suffit pas, la recherche doit être orientée par des questionnements théoriques, dans leur diversité. Et l’enfermement ethnocentrique est ici impossible : qui peut croire que seuls des chercheurs français sont à même d’apporter les savoirs désirés ?

Bref, le terrorisme (et pas seulement l’islamisme radical) forme un champ où l’on voit bien comment la recherche française en SHS commence à se relancer : tous les ingrédients sont là pour encourager et marquer la vitalité retrouvée, la capacité à penser « global », l’insertion dans de vastes réseaux mondiaux, au meilleur niveau, la pluridisciplinarité, et la capacité des chercheurs à  construire des relations nouvelles avec toutes sortes d’acteurs, politiques, sociaux, économiques, etc.

Une renaissance s’esquisse

Le colloque sur le djihadisme international organisé par la FMSH et l’Institut Montaigne à Paris, les 31 mai, 1er et 2 juin derniers, sous la responsabilité scientifique de Farhad Khosrokhavar, Hosham Dawood et Pierre Conesa l’a montré de façon spectaculaire.

Participants venus du monde entier, traduction simultanée en français, anglais et arabe, jeunes et « seniors » s’exprimant à égalité, programme scientifique au contenu exceptionnel, public diversifié, comprenant des responsables économiques et de la haute administration, des dirigeants d’ONGs, des travailleurs sociaux, etc.

La reconnaissance politique n’a pas manqué : le secrétaire d’État à l’enseignement supérieur et à la recherche, Thierry Mandon, dont il faut saluer l’engagement constant en faveur des SHS, est venu ouvrir le colloque, et écouter les chercheurs de la première table ronde. La ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem a tenu à rencontrer un à un les participants lors de la première pause du colloque, et est revenue le lendemain pour, elle aussi, écouter une table ronde, consacrée au salafisme.

Le Premier Ministre a reçu les intervenants du colloque à Matignon, où malgré un agenda particulièrement chargé, il a pris le temps d’échanger avec eux, au plus loin de ses propos malheureux sur l’excuse, qui sont à l’évidence bien derrière lui. Une renaissance s’esquisse pour les SHS françaises, et bien évidemment pas seulement à propos de la violence. Mais c’est bien dans ce domaine qu’elle s’ébauche de la façon la plus nette.

—————————————————————————————————-

[1] cf. notamment mon article dans Le Monde, 11 septembre 2012 « Sciences sociales : le déclin français ». Ces carences se sont depuis encore largement accentuées.

 

Michel Wieviorka, tribune publiée sur L’Obs Plus, le 16 juin 2016



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *