La CFDT est la nouvelle victime de la vague de violence qui secoue notre pays

Les locaux de la CFDT ont été incendiés à Bordeaux, dans la nuit du 30 juin. (M. Fedouach/AFP)

L’atmosphère en France est étrange, et plutôt déprimante. De tous côtés se manifestent la défiance, la radicalité parfois aussi, la haine même.

Du coup, beaucoup se concentrent sur leur vie privée, la famille, la consommation, les relations de voisinage ; d’autres donnent une tonalité politique à leur ressentiment, et leur critique des acteurs en place les propulse droit dans les bras d’un Front national qui capitalise l’angoisse, la colère, le sentiment d’être méprisé, ignoré ou oublié des partis politiques classiques.

Aucune parole n’est recevable

La méfiance se diffuse, et avec elle le « complotisme », cette paranoïa qui doit beaucoup à la perte de légitimité de toutes les élites, politiques, bien sûr, mais aussi médiatiques, intellectuelles, voire éducatives. Ceux pour qui aucune parole n’est recevable, pas plus celle du chef de l’État que celle des journalistes, pas plus celle de l’enseignant que celle des parents. Ils se forgent leurs opinions par eux-mêmes, en circulant sur Internet, avec la conviction que l’on a le droit soi-même de penser et d’exprimer ses opinions sans le moindre filtre, sans frontières.

La communication directe tient lieu d’auto-éducation et d‘auto-formation, un peu comme le référendum, et donc la démocratie directe tient lieu de vie politique – avec les résultats que l’on vient d’observer au Royaume-Uni.

De vifs espoirs

Cette atmosphère a cessé d’être lourde durant quelques semaines, après les fêtes, quand il a semblé possible d’ouvrir l’espace de la parole citoyenne, de susciter et de développer des débats, de ne pas tout attendre de logiques top down, qui font que la parole vient d’en haut, des dirigeants politiques, ou de leur opposition, des médias.

On a vu, à partir du projet d’animer une primaire de la gauche et des écologistes, s’organiser dans plusieurs villes de France des débats citoyens, relayés par « Libération », le quotidien qui a véritablement joué le jeu de cette ouverture.

La loi sur le travail, dont le premier projet flattait la droite et le patronat, a suscité une mobilisation inédite depuis plusieurs années à gauche, y compris au départ de la part de la CFDT, qui a fait le constat d’une impréparation de la part d’un gouvernement n’ayant pas jugé bon ou utile de réellement discuter avec les syndicats. Nuit Debout, avec ses débats, a suscité de vifs espoirs, et un début de contagion dans d’autres villes que Paris.

Le souffle de Nuit debout est retombé

Puis notre pays a été comme saisi par deux logiques contradictoires. L’une est celle, après quelques semaines de respiration et d’ébauche de débats citoyens, de ce que Sartre appelait le « pratico-inerte » – l’inertie, la soumission à la matérialité, l’incapacité d’agir et même de débattre.

Le sport apporte ici sa contribution, il fonctionne alors comme les jeux du cirque à l’époque romaine – avec le tennis à Roland Garros, l’Euro de football, demain le Tour de France puis bientôt les Jeux Olympiques. Le souffle de l‘appel à la primaire à gauche ou de Nuit debout semble être retombé.

L’autre logique à l’œuvre est celle de la radicalité, de la violence, et il ne s’agit pas seulement ici de l’islamisme terroriste. Les logiques de la haine et de la rupture se développent aussi, en effet, sur d’autres registres, sans médiations qui semblent capables de les ralentir ou les arrêter.

Place à la haine et aux violences

On les a vues se déployer, certes sans violences meurtrières à ce jour, à l’occasion des matchs de l’Euro de football, avec les « hooligans », en marge de Nuit debout, ou à l’occasion des mobilisations sur la loi travail, avec les « casseurs ».

L’intransigeance d’un gouvernement qui a su céder dans un passé récent sur d’autres registres, face aux Bonnets rouges par exemple, a rendu hystérique le débat, nourrissant la radicalité qui anime les  acteurs de l’intersyndicale, qui l’alimentent en retour – d’où le blocage d’autant plus obtus que les acteurs ici sont faibles : le pouvoir politique est au plus bas dans les sondages, discrédité, et la CGT, qui n’est plus la courroie de transmission du Parti communiste lui-même réduit à bien peu, est pénétrée par divers courants gauchistes ou libertaires qui la poussent au plus loin de tout dialogue.

Le patronat, lui-même incarné par une organisation qui n’est guère puissante, attend le retour de la droite avec impatience, tandis que dans les entreprises, le Front national progresse de façon parfois spectaculaire. L’espace de la négociation, de l’échange, du conflit institutionnalisé se réduit, s’ouvre celui de la haine et des violences.

Le tour de la CFDT

Dans ce paysage peu engageant où rode la violence, un acteur collectif incarne véritablement autre chose : la CFDT. Et voici que cette organisation démocratique, attachée au dialogue et à la négociation, profondément humaniste et pacifique subit elle aussi la violence – une quinzaine de saccages, dégradations et incendies de ses locaux en quelques jours.

Cette nouvelle dimension de la spirale catastrophique dans laquelle notre pays est engagée mérite notre attention, et notre indignation,  alors que les médias n’en parlent que bien peu, et que les intellectuels pour l’instant sont restés plutôt silencieux.

Car enfin : la CFDT incarne ce que l’action collective en France a produit de meilleur depuis sa naissance, en 1964. Acteur syndical, elle a aussi été souvent l’opérateur de nouveaux mouvements sociaux, ouverte aux questions d’environnement, au féminisme, à la lutte contre le racisme et les discriminations. Elle a été au cœur du soutien au mouvement Solidarnosc, qui a joué un rôle décisif dans la fin du communisme « réel » au début des années 80. Elle a constamment maintenu des liens avec les intellectuels, et si elle a pu être qualifiée de « deuxième gauche » dans les années 70, elle n’est en aucune façon affectée par le discrédit qui entoure la gauche au pouvoir aujourd’hui.

Son combat actuel peut être discuté, critiqué – et ses militants et responsables se prêtent volontiers à l’exercice. Par contre, les violences dont elle est l’objet actuellement doivent être dénoncées avec vigueur : nous ne pouvons être indifférents ou silencieux face aux tentatives d’intimider, d’affaiblir et finalement de détruire le fleuron de notre démocratie.

 

Tribune publiée sur L’Obs, le 4 juillet 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *