Ce que le Brexit dit de l’Europe, et à l’Europe

Brexit (CC NC BY threefishsleeping)

Brexit : après le vote historique du 23 juin dernier, les commentaires partent dans tous les sens.

Analyses et supputations

Les uns insistent sur l’erreur des électeurs britanniques ayant choisi la sortie de l’Europe, et annoncent qu’ils auront tôt ou tard la gueule de bois. Effondrement économique, affaiblissement irrémédiable de la Cité…les prévisions vont ici bon train. D’autres, à l’inverse, minimisent l’impact négatif de ce choix, expliquent que des négociations aboutiront à maintenir les liens entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, ou affirment qu’il n’y a rien de si catastrophique, voire même que ce sera mieux pour le Royaume-Uni, et pour l’Union.

Certains s’intéressent surtout aux conséquences économiques du Brexit, d’autres à ses implications politiques, au Royaume-Uni (demandes de referendum à propos de l’indépendance en Ecosse et en Irlande du Nord, par exemple), mais aussi en Europe, où les pulsions souverainistes sont ragaillardies, il suffit pour s’en convaincre d’écouter par exemple Geert Wilders exigeant aux Pays-Bas un « Nexit » ou en France Marine Le Pen demandant un Frexit ou Jean-Luc Mélenchon parlant « de la sortie des traités » pour s’en convaincre.

Certains encore chargent le Royaume-Uni (en voie peut-être de devenir un Royaume désuni) de tous les péchés : les Britanniques ne regardent-ils pas constamment du côté des Etats-Unis, n’ont-ils pas perverti l’idée européenne dès leur entrée en 1973 en se comportant comme des négociateurs soucieux de leurs seuls intérêts économiques ? D’autres adressent leurs reproches plutôt aux autorités européennes, qui n’ont pas su trouver les mots et les gestes qui auraient pu convaincre les Britanniques de rester dans l’Union.

La raison contre le peuple

Et au-delà des analyses de circonstance, un sentiment plus profond se fait jour : une page est tournée dans l’histoire de la modernité occidentale, nous sommes entrés désormais de plain-pied, avec ce vote, dans une nouvelle ère, qui s’est ébauchée dès la fin des années 70, avec la fin de ce que les Français ont appelé les « Trente Glorieuses » – les trente années d’une après-guerre caractérisée par le plein emploi, la croissance, la confiance dans la science et dans l’idée de progrès. Tout ceci semble terminé.

Le Brexit constitue un évènement complexe. Il nous parle tout à la fois du Royaume-Uni, et de ses problèmes internes, que je laisserai de côté ici, et de l’Europe toute entière. Ce qu’il nous dit de nous, et à nous, Européens profondément attachés aux valeurs fondatrices de l’Union, ne peut que susciter des sentiments complexes, un mélange d’étonnement et d’accablement. La lucidité veut que nous réfléchissions au message qu’adressent les électeurs britanniques à ceux qui croient encore possible de faire vivre ou renaître le projet d’une Europe unie.

Ce projet s’est éloigné de ses intentions initiales. Au départ, après les horreurs de la Deuxième guerre mondiale, il reposait sur des valeurs universelles, profondément humanistes, il voulait rendre la guerre impossible en Europe, y imposer la paix. Il s’appuyait sur la raison et relevait très largement de l’idée de progrès. Ceux qui le portaient croyaient au dépassement des égoïsmes et des passions, c’étaient les héritiers des Lumières. Ils considéraient qu’en mettant en place une solidarité économique, la convergence politique s’imposerait, ce fut le premier pari des années 80. Qu’en instaurant des barrières communes, il assurerait la sécurité de tous les citoyens tout en maintenant une réelle ouverture au monde, ce fut l’espace Schengen, le deuxième pari des années 80.

Et pendant un temps, au-delà des vicissitudes de la vie politique propre à chaque pays membre, l’Union européenne trouvait son dynamisme dans des dispositifs institutionnels qui lui permettaient d’avancer en mobilisant en sa faveur des pans importants des électorats concernés. Les peuples étaient en phase avec leurs représentants, en tous cas suffisamment pour que la construction européenne soit sinon largement voulue, du moins majoritairement acceptée. D’ailleurs, en particulier du fait de l‘éclatement de l’Empire soviétique de nombreux pays, frappaient à la porte de l’Union, signe de son attractivité et de son rayonnement.

Mais les temps ont changé. Le vote britannique nous le dit : la raison économique et la volonté populaire se sont séparées, sauf en Ecosse et en Irlande du Nord, et ceux qui incarnent l’Europe constituent en fait des élites que leur mode de domination éloigne des milieux populaires. Ces élites n’ont plus qu’à se prévaloir du monopole de la raison et de la modernisation, comme toujours le font les acteurs dirigeants, et à parler de déraison voire de folie pour ceux qui ne pensent pas comme eux. Rien n’est plus spectaculaire ici que la distance séparant le vote des habitants de Londres, capitale mondiale de la finance prospérant autour de la Cité, favorable au maintien dans l’Europe, de celui pour le Brexit de l’hinterland londonien désindustrialisé, souvent appauvri et du mauvais côté d’inégalités qui n’ont cessé de croître ces dernières années.

Le renouveau : par le haut, ou par le bas ?

La gestion techno-bureaucratique de Bruxelles a été rejetée, comme insuffisamment démocratique, et les pouvoirs qui l’incarnent ou s’en réclament à l’échelle nationale, à Londres, sont eux aussi mis en cause.

Ce vote n’est pas seulement le fait de l’extrême-droite, d’une droite dure, plus ou moins raciste et xénophobe, parfois aussi d’une gauche radicalisée, mais il leur doit beaucoup. Il suscite beaucoup d’espoirs, partout en Europe, au sein des partis nationalistes et extrémistes, mais il est également porteur d’attentes qui n’ont rien de raciste ou de xénophobe. Il vient de ce point de vue signifier le déclin des partis politiques classiques, déjà patent en Espagne (avec les succès de Podemos), en Italie (avec le triomphe de Cinq étoiles aux élections municipales de Rome et Turin) ou en Autriche (avec l’effondrement de la droite et de la gauche lors de l’élection présidentielle où le deuxième tour a vu s’affronter un écologiste et un leader d’extrême droite).

La crise des systèmes politiques dans nombre de pays européens n’a suscité que bien peu d’innovations institutionnelles constructives, que ce soit au sein de ces pays, ou à l’échelle de l’Union, où il n’a été proposé que des changements mineurs (relatifs par exemple à l’élection du président du parlement européen) là où il faudrait renouveler de fond en comble le fonctionnement institutionnel de façon à retrouver le contact avec les peuples.

Un changement de cap radical ne peut s’opérer de haut en bas, il ne viendra qu’accessoirement de l’intérieur du système politico-médiatique actuel, et les appels de personnalités pour une renaissance du projet européen sonnent étrangement : c’est de bas en haut que le retour aux valeurs fondatrices pourra éventuellement s’opérer, à partir de la mobilisation des citoyens, dans leur village, leur ville, leur quartier, dans leurs associations, leurs entreprises, leurs universités, dans leurs contestations et leur capacité éventuelle à susciter la naissance de nouveaux acteurs politiques. Le vote pour le Brexit est un refus dont la logique ne sera enrayée qu’à partir du moment où des forces culturelles, civiques, sociales renoueront avec l’esprit des Lumières, et mettront fin à l’alliance de la techno-bureaucratie et du néo-libéralisme qui a éloigné la construction européenne de ses fins initiales. Pour l’instant, ce n’est pas de telles forces que l’on entend, ou bien peu, et dans l’ensemble, il faut s’attendre au contraire à la montée en puissance des tenants du repli souverainiste ou nationaliste.

 

Tribune de Michel Wieviorka, paru en espagnol dans La Vanguardia.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *