Terrorisme : que dit la société civile ?

CC Nicole Mason

Après les tueries de « Charlie » et de l’Hyper Cacher, en janvier 2015, les Français ont voulu croire dans leur État et dans leurs institutions. Et puisque celles-ci tenaient bon et bénéficiaient d’une solidarité internationale fortement affichée, le chef de l’État est monté haut dans les sondages, avant de retomber au plus bas, plombé par ses médiocres résultats contre le chômage.

Après le 13 novembre 2015, un tournant guerrier et sécuritaire a été amorcé : il a été question de « guerre » et de mesures d’exception. Introduite solennellement au Congrès de Versailles, mais gérée bien maladroitement par le pouvoir, la « déchéance de nationalité » a fait long feu. Des débats ont commencé à naître alors par le bas, à partir d’un appel pour une primaire de la gauche et des écologistes, puis avec Nuit debout, mais ce n’est guère au terrorisme que se sont généralement consacrées les rencontres citoyennes.

Dans un contexte quasi électoral (primaire à droite, présidentielle prochaine), le carnage de Nice et le meurtre du prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray ont fait voler en éclat tout rêve d’union nationale et, au-delà de polémiques misérables sur la police, ont suscité un phénomène paradoxal : la gauche et l’extrême droite en appellent, chacune à sa façon, au respect de l’État de droit ; et la droite classique se livre à des surenchères sécuritaires qui font presque déborder l’extrême droite… sur sa droite !

Dans ce contexte, la société semble perdue. Les uns se disent accablés ; quelques-uns défient Daech, virtuellement, sur Internet. Une violence visant l’islam et les musulmans se profile, contresens ignominieux, car se projetant sur les premières victimes de la barbarie. Mais aussi, un élan de solidarité s’est mis en place, les associations humanitaires sont mobilisées. Et si la société civile s’active, c’est avant tout du fait des religions.

Seules les autorités religieuses…

Depuis Saint-Étienne-du-Rouvray, aux Journées mondiales de la jeunesse, à Cracovie, et hier encore au pèlerinage de Lourdes, l’espace public a été rempli de paroles religieuses et par les appels au refus de la haine, de la violence ou de l’esprit de vengeance ; par l’idée, aussi, que du dialogue interreligieux et du respect de la foi, musulmane ou chrétienne, peut venir la meilleure réponse à la violence sans limites des terroristes.

Les Églises viennent au secours de la République. Comme si le secours, dans la mesure où il doit venir de la société civile, ne pouvait provenir que des croyants et de leurs représentants.

Un pouvoir en quête de crédibilité, un système politique déchiré et tenté dans l’ensemble par une droitisation qui banalise les propositions du Front national, une institution policière épuisée d’être constamment sur la brèche et contestée… On sent bien qu’une réponse efficace et décisive ne viendra pas seulement du haut, de l’État et de ceux qui le dirigent. Mais s’il s’agit du bas, de la société, comment ne pas s’étonner du fait que les premiers, les plus visibles, les plus efficients sont non pas des acteurs sociaux, des syndicats, des associations et des intellectuels organisant le débat citoyen, mais des prêtres, des imams, des pasteurs ou des rabbins ?

La société civile est-elle à ce point anesthésiée, anéantie ou affaiblie, qu’elle laisse à ces acteurs, aussi respectables qu’ils soient, un quasi-monopole de la parole publique ?

Tribune de Michel Wieviorka, parue dans Ouest France, le 16 août 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *