La sociologie trouve « dans les inquiétudes contemporaines face au terrorisme et à l’islamisme une occasion de se relancer »

Dans Le Monde, en date du 31 août (« Burkini : il faut combattre le prosélytisme extrémiste et le sexisme »), Nathalie Heinich se présente comme sociologue, et me fait l’honneur de commenter longuement un article que je viens de publier dans The Conversation (26 août). Elle me reproche d’enterrer le débat sur le « burkini », d’être un attardé des causes post-soixante-huitardes, d’être parmi les fossoyeurs de valeurs que je crois défendre, d’attiser l’embrasement, etc.

Son article pose sans qu’elle en ait conscience la question de la place des sciences sociales dans le débat public. Il est vrai que ces disciplines, en France, trouvent dans les tensions et les inquiétudes contemporaines face au terrorisme et à l’islamisme une occasion de se relancer, et d’apporter leur contribution à la vie de la cité, je l’ai montré récemment sur mon blog (« Le Plus de L’Obs », le 22 juillet dernier, sous le titre : « Après Nice : la fin de l’arrogance du pouvoir et le retour des sciences sociales »).

Mais on peut ne pas être l’« attardé » que stigmatise Nathalie Heinich et souhaiter que les sciences sociales retrouvent une aura française et planétaire comparable à celle des années 1960 et 1970 ! Encore faut-il que plusieurs conditions soient remplies.

Les plus décisives concernent ces disciplines elles-mêmes – la sociologie pour ma part. Afin de pouvoir légitimement intervenir dans le débat public, il me semble nécessaire de respecter au moins quatre principes essentiels.

Au mieux un essayiste non plus un analyste

Le premier tient aux connaissances mobilisées pour développer des idées, des analyses. Le sociologue qui s’exprime sur le « burkini », puisque c’est le dossier qui nous occupe ici, devrait s’appuyer sur des recherches portant directement sur ce phénomène, ou sur des phénomènes proches – burqa, par exemple (je dirige des travaux de doctorantes sur ce thème) : que signifie le port de ce vêtement islamique pour les femmes concernées ? Quelles sont ces femmes, qu’ont-elles à dire ? Quel est le sens du refus énergique du burkini : républicain ? féministe ? nationaliste ? islamophobe ? Quel est celui de la tolérance à son égard : républicain, féministe, naïf… ? Chez qui ? Etc.

Faute de s’appuyer sur des travaux solides, le sociologue perd une bonne partie de sa légitimité à intervenir, pour devenir au mieux un essayiste et plus vraisemblablement un acteur, ou l’intellectuel organique d’une cause, et non plus un analyste.

Le second principe tient à l’approche des faits d‘actualité qui justifient éventuellement l’intervention. Dans le dossier du burkini : la rixe de Sisco, la présence effective de burkinis sur les plages, les modalités possibles d’application de la législation, etc., ont suscité des prises de position bien mal documentées, et à bien des égards démesurées par rapport aux faits, d’où l’expression que j’ai utilisée, celle de « panique morale » – je renvoie ici, pour ce concept, au livre fondateur de Stanley Cohen, Folk Devils and Moral Panics (1972, réédité par Routledge en 2005), qui montre comment s’est construite dans les médias de l’Angleterre des années 1960 l’image inquiétante des Mods et des Rockers.

Nathalie Heinich n’apprécie pas qu’on se réfère à un concept qui date de cette époque « post-soixante-huitarde », qu’elle semble vomir, et qui renvoie à sa propre histoire personnelle et intellectuelle (je pense à son livre Pourquoi Bourdieu, Gallimard, 2007). Mais que faire alors des travaux qui ont depuis fait référence à la « panique morale », y compris en français, par exemple sous la plume, en 2004, de Ruwen Ogen (La Panique morale, Grasset, 2004) ?

La « guerre des deux France »

Un troisième principe concerne la posture du sociologue. S’agit-il de prendre parti, de faire des recommandations, de livrer un combat sans merci ? Ou de chercher à comprendre comment le débat de société se construit et se développe, et sur quelles bases, quelles sont les positions qui l’animent, avec quels arguments – ce qui est au cœur de ma démarche ?

Je suis à dire vrai stupéfait de constater que Nathalie Heinich distord mon analyse de ce qui se passe en France au point d’y voir une machine de guerre obscurantiste, alors que mon texte cherche à montrer la façon dont s’ébauche une nouvelle « guerre des deux France » – un thème que j’ai précisé dans le même contexte dans un article de Libération (16 août 2016, « Vers une deuxième guerre des deux France ? »).

Ce qui me conduit au quatrième principe : pour que la parole des sociologues soit pertinente, il convient que les médias qui veulent bien leur faire confiance apportent à leurs lecteurs tous les éléments dont ils ont besoin pour élever leur propre niveau d’analyse (ou de perplexité !).

Mon article de The Conversation est devenu sous la plume de Nathalie Heinich un brûlot réactionnaire et partisan : j’espère avec ces quelques remarques avoir apporté au lecteur du Monde de quoi se forger un jugement mieux fondé.

 

Billet publié sur Le Monde, le 3 septembre 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *