Le retour de l’histoire

Mémorial aux Victimes du Communisme de Prague

Il y a un quart de siècle, Francis Fukuyama nous annonçait la fin de l’histoire, et plus précisément le triomphe généralisé du marché et de la démocratie. Force est de dire nettement qu’aujourd’hui, on est loin de pouvoir lui donner raison. En matière économique, non seulement les utopies refleurissent, souvent concrètes, mais aussi se développent de façon non négligeable des pratiques solidaires et des formes d’échange non marchandes. Et surtout, partout, la démocratie montre ses limites et suscite des propositions d’alternative.

Elle semble impuissante face aux inégalités économiques et à la toute puissance du capitalisme financier. Mal à l’aise pour répondre à des revendications d’indépendance de la part de régions à l’intérieur d’un Etat-nation, ou à des demandes de reconnaissance émanant de minorités. A bout de souffle s’il s’agit de la représentation politique, qui est au cœur de la démocratie libérale, tandis que les espoirs que beaucoup mettaient dans la démocratie participative ou délibérative sont pour l’instant plutôt déçus. La démocratie directe, qui entend court-circuiter toute médiation entre le peuple et le pouvoir exécutif donne quant à elle des résultats inquiétants, on vient de le voir au Royaume-Uni, où le Brexit a été décidé par référendum à l’issue d’une campagne déplorable, ou en Colombie, où là encore un référendum a abouti à un résultat catastrophique, le refus d’entériner un accord de paix entre le gouvernement les FARC. Les systèmes de partis, longtemps structurés pour l’essentiel autour d’une opposition entre deux forces principales, semblent avoir perdu une bonne partie de leur sens, on vient de le voir en Espagne, où finalement une gauche décomposée s’est couchée devant une droite pourtant bien faible, et plus encore aux États-Unis, où une campagne présidentielle hallucinante a donné le spectacle de la bassesse et de la médiocrité, du mensonge aussi, comme si les partis concernés, dont la principale fonction est pourtant de préparer les élections, n’avaient eu pas d’autre choix que ceux qui ont abouti à Hilary Clinton et Donald Trump.

Nous sommes loin de l’après-guerre, quand il s’agissait de reconstruire un monde que beaucoup voulaient démocratique, y compris et d’abord là où avaient régné le fascisme et le nazisme. Observons la Hongrie d’Orban ou la Pologne de Duda : nous sommes loin aussi, s’il s’agit de l’ancien Empire soviétique, de la sortie démocratique du communisme qu’ont laissé espérer par exemple l’existence de Solidarnosc en 1980-1981 puis la chute du mur de Berlin en 1989. Et si nous tournons nos regards du côté de l’Amérique latine, nous voyons qu’est retombé le souffle démocratique qui a accompagné la fin des dictatures, à partir de la fin des années 70. Enfin, en dehors de la Tunisie, nous devons reconnaître que les révolutions dans le monde arabe et musulman ont tourné court, laissant la place selon les cas à l’autoritarisme, au chaos, à la guerre et à la violence.

Le tableau mériterait certainement d’être plus nuancé, mais l’essentiel est d’admettre que les évolutions récentes éloignent de l’idéal démocratique et suscitent un certain engouement pour mettre en place d’autres formes de régime.

Les uns jouent la carte du populisme anti-systémique et de forces politiques qui tout en s’efforçant de conquérir démocratiquement le pouvoir, par la voie électorale, préparent pour le jour où elles y accèderaient des lendemains peu démocratiques, racistes, xénophobes, plus ou moins autoritaires. D’autres, adossés à de fortes demandes populaires de sécurité, surtout si rode le spectre du terrorisme, demandent un pouvoir exécutif renforcé, au détriment du législatif et du judiciaire, on l’a vu avec le Patriot Act aux États-Unis, ou avec certaines mesures d’exception ou d’urgence prises en France : oubliés, ici, Montesquieu et son principe de séparation des pouvoirs, pourtant au cœur de la démocratie ! Parfois encore, beaucoup semblent se contenter d’une perspective post-démocratique, où la liberté de conscience ou d’opinion n’est pas menacée, mais où la vie politique devient le monopole de quelques-uns, tandis que le reste de la population s’en désintéresse. Et il arrive que renaisse le fascisme, c’est-à-dire la mobilisation populaire orchestrée par un pouvoir répressif, autoritaire et plus ou moins charismatique : c’est ce que l’on observe aujourd’hui en Turquie.

A quelle condition l’idée démocratique pourrait-elle être relancée?

Il n’y a évidemment pas de réponse simple, ou de recettes plus ou moins pratiques à proposer : les processus à envisager ne se décrètent pas, et prendront nécessairement du temps.

Mais il est possible d’imaginer les chemins que devront emprunter les sociétés désireuses de renouer avec la démocratie. Ces chemins seront bottom up.

Pour transformer la crise de la démocratie en débats et en conflits institutionnalisables, négociables politiquement, il faut que des citoyens le demandent activement, discutent, se mobilisent, que naissent des mouvements sociaux, culturels ou politiques, que des demandes de droits soient affirmées collectivement. Le conflit n’est pas le contraire de la démocratie, du moins s’il ne tourne pas à la violence et à des conduites de rupture, à l’inverse, il l‘alimente. C’est dans des sociétés capables de produire des conflits importants que les acteurs proprement politiques, sommés de cesser d’être hors-sol, verront leur pratique informée par des attentes, des visions, des projets, aussi contradictoires ou conflictuels qu’ils puissent paraître.

L’avenir de la démocratie passe aussi par une autre exigence : que ceux qui fonctionnent au niveau politique soient capables d’associer l’éthique et la morale à leur action. Cela peut être dit de façon négative, en soulignant les méfaits de la corruption, ce peut être dit de façon constructive, en attendant des acteurs politiques qu’ils se constituent en opérateurs de valeurs ou de principes éthiques, et de demandes de droits. Enfin, puisque bien des grands problèmes se posent de nos jours à plusieurs niveaux, global, régional (l’Europe), national, local, il faudra que soient inventées des modalités d’articulation de la vie démocratique, de telle sorte que même le traitement des enjeux les plus globaux puisse être perçu comme concernant les électeurs. Lorsque ces conditions seront réunies, nous pourrons reparler de la prophétie de Fukuyama !

 

Tribune parue en espagnol dans la Vanguardia, le 10 novembre 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *