L’optimisme d’Emmanuel Macron peut-il être contagieux ?

Je voyage beaucoup et observe à l’étranger un puissant sentiment de soulagement et d’admiration  : « c’est formidable ce qu’ont fait les Français en votant Macron !» , contrairement au Brexit, à l’élection de Donald Trump et au referendum renforçant Erdogan dans son autoritarisme. Les Français sont pessimistes, ce souffle d’air frais consécutif à l’élection d’Emmanuel Macron peut avoir un impact sur le moral de la collectivité, nous redonner de la fierté. Mais le président ne peut pas ne pas avoir perçu les fractures de notre pays et l’incapacité de dialoguer dont la condensation aboutit à l’image de deux France.

Une meilleure situation économique pourrait-elle apaiser ces tensions ?

Dans les années 60, aux Etats-Unis, a été mise en place une commission pour étudier la violence, un phénomène qui dans ce pays était presque tabou jusque-là. Parmi les concepts utilisés, celui de la « frustration relative », déjà ébauché par Tocqueville, a connu alors le succès. L’idée était que ce qui pousse à la contestation collective et à la violence n’est pas nécessairement la pauvreté, l’exclusion, la misère, mais plutôt la frustration qui se développe lorsqu’avec la bonne santé économique s’accroit l’écart entre ce à quoi vous estimez mériter d’accéder et votre situation. Quand l’économie va plutôt bien, quand les ressources deviennent plus abondantes, la violence peut augmenter du fait des frustrations nées de cette évolution ! Cette théorie ne s’applique pas toujours. Son grand mérite est de rappeler qu’il n’y pas un lien direct entre les difficultés économiques et la révolte. Le progrès économique n’est pas synonyme d’apaisement social ! D’ailleurs mai 68 a eu lieu dans une France sans chômage.

Sur quoi la situation peut-elle déboucher ?

Emmanuel Macron a pris conscience ces derniers mois des tensions, des difficultés, des réalités dures de la société française. Mais il me donne l’impression de trop voir les choses de haut en bas, et pas assez de bas en haut, et de ne pas souhaiter que d’éventuelles médiations sur pèsent la préparation de son action. Il semble vouloir confiner le syndicalisme dans un rôle secondaire. Or, l’histoire du syndicalisme est celle d’un mouvement qui a toujours eu des visées générales. Certes, les leaders syndicaux ne pensent plus que les ouvriers sont le sel de la terre, et que c’est à eux de diriger la société tout entière. Mais il existe toujours l’idée qu’une revendication syndicale, même limitée, s’inscrit nécessairement dans un cadre plus large, de portée générale. le nouveau pouvoir gagnerait à développer une réflexion plus poussée sur ce qu’est une société, à accepter que les syndicats négocient non seulement dans l’entreprise, dans les branches mais aussi à propos des principaux enjeux qui balisent leur espace, à commencer par le travail. La lettre récente de Laurent Berger à Emmanuel Macron est de ce point de vue bien frappée. Notre président a à gagner, et non à perdre à reconnaître que la conflictualité, même au plus haut niveau, fait partie de la reconstruction du lien social, à condition qu’elle soit institutionnalisée. Il vaut mieux des acteurs, des mouvements apportant leur contribution aux transformations sociales, que la crise, et pour cela, il y faut aussi la reconnaissance de la part du pouvoir.

Quelles formes concrètes cela pourrait-il prendre ?

Par exemple, pour préparer une loi travail : discuter en amont,  ouvrir le débat. De façon générale, prendre en considération les réflexions qui viennent d’en bas aussi bien que celle qui vient d’en haut, échanger avec les intellectuels, les chercheurs. De nombreuses revendications ont été captées par Jean-Luc Melenchon, et pour y répondre , Emmanuel Macron a annoncé qu’il allait transformer le Conseil économique, social et environnemental (CESE) et l’ouvrir à des associations et ONGs : ce n’est pas à la hauteur de l’enjeu, c’est une reconnaissance à un niveau trop modeste et trop institutionnel.  C’est croire qu’il est possible d’apaiser la vie sociale en gratifiant les acteurs qui veulent bien s’installer à ce niveau, sans prendre la mesure de bien des contestations qui ne s’y reconnaitront pas. Ce n’est pas mettre en débat et accepter le mouvement de la société au niveau des orientations principales de la vie collective.

Craignez-vous s’il n’y parvient pas une explosion des conflits, de la violence ?

Il y a d’énormes potentialités de violence. Nous vivons depuis des années avec le terrorisme, l’islamisme radical qu’il faut bien entendu continuer à combattre. Et d’autres formes de radicalité violente émergent : les manifestations sont perverties par des casseurs ; des locaux syndicaux sont attaqués, l’extrême-droite est sous tension. Quand on écoute les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, on sent de la rage, de la colère, de la frustration, qui celle là n’est pas relative ! S’il n’y pas de réponse à toutes ces attentes, pas de traitement politique, la violence en est l’horizon. Heureusement, il n’y a pas de lieux significatifs de conception idéologique et d’organisation concrète de la violence qui pourraient canaliser la colère pour la transformer en violence politique, comme dans l’Italie des années 70. Aujourd’hui, aucun intellectuel important ne fait l’apologie de la violence, ou ne la légitime comme Sartre avec sa fameuse préface aux Damnés de la terre de Fanon. Mais on ne transformera pas la colère en apaisement, sans passer par une longue phase de débats.

 

Article paru dans L’Opinion, 14 mai 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *