L’autonomie du politique

Le monde entier est entré dans des turbulences qui sont dominées, entre autres phénomènes, par des logiques de droitisation, et de décomposition des partis et des systèmes politiques classiques.

Ces phénomènes prennent éventuellement l’allure du populisme, avec alors la montée en puissance de forces qui sont plus des mouvements que des partis structurés, et qui se dotent de leaders plus ou moins charismatiques incarnant un lien direct entre la direction et le peuple.

Quand ils approchent du pouvoir, ou qu’ils y accèdent, les mouvements populistes se transforment, nécessairement. Car une chose est de protester, et de démultiplier les promesses y compris les moins réalistes, une autre chose est d’exercer des responsabilités dans la conduite de l’action publique, ou tout au moins de proposer une vision claire et réaliste de ce qu’elle exige. C’est alors qu’on observe une mutation du populisme. Celle-ci peut revêtir la forme de l’autoritarisme répressif –on le voit actuellement au Venezuela-, ou celle de la crise – on l’a observé en France avec le Front national, dont la candidate s’est effondrée au moment de débattre de son programme économique entre les deux tours de l’élection présidentielle récente, et au sein duquel les tensions sont devenues aigües. Parfois aussi, le populisme se transforme en force plus classique.

La grande mutation mondiale des systèmes politiques revêt bien d’autres formes que le populisme. Peuvent s’y conjuguer alors, par exemple, et selon des modalités variées, la poussée des radicalismes nationalistes, et celle des pulsions religieuses. C’est ce que l’on observe en Turquie, où Erdogan propose à sa population une synthèse qui lui est propre de nationalisme, d’islam et d’autoritarisme, ou en Israël, où le sionisme religieux est devenu une force particulièrement agissante.

Il arrive aussi que contrairement aux mauvais augures, un pays résiste à ces logiques de décomposition et de raidissement ; dans le monde entier, de nombreux démocrates ont ainsi salué l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de l’État français, expression d’un refus du pays à se livrer aussi bien à la droite classique, mal en point, qu’au populisme de Jean-Luc Mélenchon ou à celui de Marine le Pen.

Et dans tous les cas, une question mérite d’être posée : ces évolutions sont-elles des phénomènes proprement politiques, autonomes, que l’on peut analyser comme tels, dans leur spécificité et dans le cadre habituel de l’État-nation, ne sont-elles plutôt pas l’expression de transformations qui opèrent sur un autre registre, social, culturel, économique, et à des échelles qui ne se limitent pas nécessairement au cadre de l’État-nation ?

Il faut d’abord écarter les explications simplistes. Ainsi, on observe des scores électoraux importants des forces d’extrême-droite dans des situations où il y a beaucoup d’immigrés, ce qui pourrait fonder une explication élémentaire. Mais on en observe aussi là où il n‘y pas d’immigrés ! De même, ces scores se rencontrent dans des pays qui connaissent de grandes difficultés économiques, ce qui pourrait là aussi suggérer un lien de causalité : mais ils sont élevés aussi en Suisse ou en Norvège, dont l’économie va plutôt bien, et ils ne le sont pas en Espagne, qui a pourtant connu le choc terrible de la crise économique !

Ce n’est donc pas en se mettant en quête d’un quelconque déterminisme élémentaire – la présence d’immigrés, la violence de la crise économique… – que l’on trouvera une réponse satisfaisante à la question de l‘autonomie, ou non, du politique.

Mais écoutons les électeurs, et les réponses qu’ils apportent dans les sondages d’opinion. Beaucoup le disent : la classe politique de leur pays, tous acteurs confondus ou presque, leur semble hautement critiquable, elle est disqualifiée à leurs yeux. Les principaux reproches touchent à la corruption, ce qui débouche sur des appels à une moralisation de la politique ; vient ensuite celui d’impuissance, face notamment au chômage. Les demandes de sécurité (existentielle) et de sûreté (face au terrorisme) constituent aussi un thème important, en même temps que les électeurs, sans pour autant trop s’y arrêter, constatent qu’aucun acteur, aucun parti ne leur proposent une vision à long terme, un avenir, ou une quelconque utopie. Les attentes des électeurs, pour le dire autrement, existent, clairement, essentiellement défensives et morales, et le jeu politique se présente comme l’effort, de plus en plus vain et de plus en plus artificiel pour y répondre. La mondialisation réduit la capacité d’action interne, domestique, des dirigeants nationaux. Ceux-ci ne peuvent, pour simplifier que promettre ou bien de tenter l’ouverture accrue au monde, ce qui ne s’assortit généralement pas de réponses aux attentes des plus fragiles, et renforce les inégalités sociales, ou bien de mettre en place des politiques de fermeture accentuée, ce qui apporte des gratifications symboliques, nationalistes notamment, mais ne règle pas davantage les difficultés.

En même temps, les sociétés civiles peinent à produire les contestations proprement sociales et culturelles qui pourraient déboucher sur de nouvelles réponses politiques. Il n’y a plus, par exemple, l’équivalent des puissantes grèves et mobilisations qui ont caractérisé l’ère industrielle durant un siècle et demi.

Ces remarques peuvent nous permettre d’ébaucher une réponse à la question de l’autonomie du politique : en fait, la plupart des systèmes politiques actuels n’ont pas su ou pas pu passer de l’ère industrielle, avec ses grands conflits structurants qui remontaient au niveau politique et qui ont permis, notamment, de construire la démocratie chrétienne, le communisme ou la social-démocratie. Faute de traduire des aspirations et des espoirs populaires, incapables de proposer des réponses adaptées aux demandes économiques et sociales, certains partis se sont ossifiés et radicalisés, d’autres ont disparu, d’autres encore ont laissé la place au populisme, aux religions et aux nationalismes, ou bien encore à l’autoritarisme.

L’apparente autonomie de leur fonctionnement et de leurs évolutions tient au fait qu’ils fonctionnent au dessus d’une sorte de vide social et culturel, au-dessus de sociétés civiles peu capables de développer les conflits qu’ils pourraient avoir à traiter. Mais en étant ainsi éloignés d’une vie sociale et culturelle elle-même déstructurée, en devenant presque hors-sol, ils perdent leur âme, leur sens, d’où les perversions que nous avons évoquées, à commencer par la corruption, la radicalité des extrémismes ou le populisme qui permet de dire d’un même mouvement tout et son contraire. L’autonomie du politique en fait n’existe pas, puisque lorsqu’elle semble se mettre en place, c’est qu’en réalité le politique se distord, se perd ou débouche sur des modalités négatrices de la démocratie.

 

Article à paraître dans la Vanguardia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *