Le syndicalisme français orphelin du communisme

Maurice Thorez à la tribune, lors du 1er mai 1937, à Paris. Photo Suddeutsche Zeitung. Rue des Archives

Alors que le PCF structurait par le passé les positions syndicales, son effondrement participe à diviser Force ouvrière et la CGT et pèse indirectement sur les négociations de la loi travail.

Pour comprendre le fonctionnement du syndicalisme contemporain en France, il faut faire intervenir un grand disparu : le communisme. La mise en perspective historique est ici éloquente. Quand le syndicalisme s’est véritablement construit dans notre pays, à la fin du XIXe siècle, avec les premières Bourses du travail et la création de la Confédération générale du travail (CGT, 1895), il était fait de diverses tendances et traditions, y compris de métier. Dominait alors l’anarcho-syndicalisme, si bien analysé par Jacques Julliard (dans son livre Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Seuil, 1971).

Ce moment fondateur dans l’histoire du syndicalisme français l’a marqué durablement dans son refus, aujourd’hui encore très prégnant, d’inspirer l’action politique. La célèbre charte d’Amiens, motion votée par la CGT à l’occasion de son congrès en 1906, illustre ce refus jusqu’à la caricature, affirmant l’indépendance du syndicat vis-à-vis des partis politiques – ce qui éloignera durablement le syndicalisme français de la sociale-démocratie, qui repose au contraire sur un lien fort entre le syndicat et le parti. La répression, à commencer par celle mise en œuvre en 1908 par Clémenceau (1), puis la guerre de 1914-1918 ont eu raison de ce syndicalisme. Au passage : on reste pantois devant l’admiration que professent certains socialistes à l’égard de Clémenceau !

Une nouvelle ère s’ouvre alors, dans laquelle le communisme, à partir de 1917 et surtout dans la foulée du congrès de Tours, où socialistes et communistes se séparent (1920), va jouer un rôle décisif. En 1921, une scission syndicale vient prolonger celle politique, de Tours, la Confédération générale du travail unitaire (CGTU), quitte la CGT et rassemble des syndicalistes communistes et libertaires. Elle s’aligne sur le Parti communiste français. La CGT de Léon Jouhaux demeure majoritaire.

En 1936, avec l’aval de Maurice Thorez, et dans le contexte du Front populaire, la CGT et la CGTU se réunifient, puis vient la guerre. A sa sortie, les «unitaires» – les communistes – sont majoritaires. La CGT est de fait sous l’emprise du PCF, en vertu de la théorie léniniste de la «courroie de transmission», qui confère au parti le soin de conduire le prolétariat, le syndicat devant se conformer à ses demandes. Jusqu’à la fin des années 70, la CGT, première force syndicale, fonctionne selon ce modèle ; viendront ensuite les efforts pour s’en dégager sans rompre pour autant avec le PCF, timides avec Georges Séguy, puis surtout Louis Viannet et Bernard Thibault.

Créée en 1947, née officiellement en 1948, la CGT-Force ouvrière, FO, est née avant tout du rejet du communisme et du souci de marquer l’indépendance du syndicalisme par rapport au PCF. Ce souci fédère des orientations très différentes, pouvant aller du réformisme de militants et d’adhérents plus ou moins proches des idées socialistes, jusqu’aux projets révolutionnaires de groupes trotskistes ou anarchistes. FO reçoit à sa naissance le soutien de syndicats étrangers, notamment de l’AFL-CIO américain, et celui de la CIA, qui y voit un élément important dans le contexte naissant de la guerre froide. Mais aujourd’hui, le PCF n’est plus que l’ombre de lui-même. Il ne peut plus apporter un principe de structuration à la CGT, faisant de ce syndicat un acteur souvent radical, mais toujours aussi capable de négocier et, comme avait dit Thorez, de savoir terminer une grève. La CGT est orpheline, ce principe de structuration lui manque et dès lors la laisse ouverte aux vents d’une radicalité sans rivages. Le PCF apportait symétriquement un principe d’unité à FO, permettant à des syndicalistes que tout pouvait opposer par ailleurs, réformistes, révolutionnaires, de vivre ensemble en communiant dans la même opposition au communisme. Aujourd’hui, ce principe d’unité a disparu et FO est menacée d’éclatement : ceux qui voudraient soutenir l’action du gouvernement, à commencer par son leader, Jean- Claude Mailly, ne peuvent que s’opposer à ceux qui ont été au cœur des manifestations contre la loi travail de la ministre El Khomri (adoptée finalement en août 2016). La CFDT, née en 1964 sous l’impulsion des militants du groupe Reconstruction, désireux de déconfessionnaliser la CFTC (dont ils sont sortis alors), est de gauche, démocratique, non marxiste. Elle a constamment combattu le communisme, soutenant notamment Solidarnosc dès son apparition, et appuyant donc une force syndicale qui mettait fin à un régime communiste. Contrairement à la CGT et à FO, elle n’est pas affaiblie ou menacée dans son être par le déclin historique du PCF ni par la présence de courants gauchistes ou anarchisants, qu’elle a écartés dès les années 70 et 80. Elle est devenue la première organisation du secteur privé lors des élections professionnelles de 2017, devant la CGT, qui garde la première place si l’on additionne le secteur public.

Disons-le autrement : dans les négociations en cours, et dans la période qui s’ouvre, la CGT et FO, à la différence de la CFDT, connaîtront des tensions internes et des risques de radicalisation exacerbée. Nul doute que La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon tentera de capitaliser sur ces tensions au profit d’une critique aiguë du gouvernement. Non pas, comme au temps de la splendeur du PCF, avec une capacité de mobilisation susceptible de constituer aussi une capacité de négociation, mais exclusivement dans le sens d’une opposition politique non constructive. Dans cette hypothèse, la CFDT se retrouve investie d’une responsabilité particulière : ou bien elle saura convaincre le pouvoir de la suivre sur les enjeux les plus décisifs des ordonnances à venir, ce qui pourrait faciliter la tâche des courants les plus réformistes de FO, ou bien les résultats des négociations en cours seront médiocres, lui interdisant de se reconnaître dans les choix gouvernementaux, ce qui ne pourra que conforter les acteurs radicalisés, et privera le pouvoir d’un interlocuteur responsable. Il n’y aura plus alors qu’à regretter l’âge d’or du Parti communiste !

(1) Clémenceau briseur de grève, de Jacques Julliard, éd. Julliard, 1965.

 

Tribune parue sur le site de Libération, le 27 août 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *