Terrorisme, réfléchir sur le fond

Terrorisme lié à la guerre d’Algérie (OAS, FLN), puis d’extrême gauche (Action directe), régionaliste (FLNC), international (cause palestinienne) et désormais islamique : notre expérience du phénomène est considérable. Comment ne pas voir le caractère répétitif des problèmes qui jaillissent chaque fois que le terrorisme nous frappe, comme s’il était difficile de dépasser l’émotion et d’aller au-delà d’une actualité qui ne traite que de l’urgence ? En voici trois aspects.

Plus cette violence est meurtrière et fréquente, plus les demandes d’action efficace sont fortes, au détriment de tout souci de connaissances sur le fond : en pleine tourmente, le Premier ministre Manuel Valls alla jusqu’à dire qu’« expliquer, c’était déjà un peu excuser ». Seuls valent, dans cette perspective, les savoirs policiers ou militaires. Et dès que la terreur cesse d’occuper l’actualité, les études précises, qui elles-mêmes nécessitent du temps pour être documentées, n’intéressent plus qu’un public limité.

Entre le déluge d’informations sans distance, à chaud, et le manque d’intérêt, à froid, il y a, en matière de terrorisme, bien plus qu’un simple décalage : un déficit structurel, une incapacité à être ailleurs que dans le défaut ou l’excès.

Depuis les dernières attaques, alors même que le Premier ministre dispose, placé auprès de lui, d’un Conseil scientifique sur les processus de radicalisation (décret n° 2017-693 du 3 mai 2017), ce Conseil n’a été ni convoqué ni consulté. La réflexion, l’apport des sciences sociales, ce sera au mieux pour plus tard. Peut-être.

Au-delà des a priori

Deuxième point : le terrorisme affaiblit la démocratie. Soucieux de montrer qu’il fait le maximum pour assurer la sécurité des personnes, l’État prend des mesures à l’efficacité souvent contestable, toutes allant dans le sens du renforcement de l’exécutif au détriment des pouvoirs judiciaire et législatif. L’État de droit recule alors au profit de mesures d’exception.

C’est ainsi que l’état d’urgence, en principe limité dans sa durée, est installé depuis bientôt plus d’un an et demi, apportant bien peu à l’action antiterroriste, comme le soulignent divers rapports et documents officiels. Source d’abus, il sert surtout à rassurer l’opinion, au risque de stigmatiser certaines personnes, voire certains groupes.

Enfin, le terrorisme pervertit la vie intellectuelle en favorisant les passions, les émotions ou l’idéologie bien plus que le raisonnement rigoureux adossé sur des connaissances éprouvées. La parole des experts ?

Comme a dit un jour Gilles Kepel (qui évidemment s’excluait lui-même de ce jugement à l’emporte-pièce), en matière de terrorisme, « ceux qui parlent ne savent pas, et ceux qui savent ne parlent pas ».

Chaque attaque ne sert souvent qu’à cultiver des a priori. Ainsi, de bons esprits, pour défendre le multiculturalisme, expliquent depuis Londres que le terrorisme serait en France le fruit de la crise du modèle républicain d’intégration ; ce à quoi leurs homologues à Paris répondent en expliquant les attentats de Manchester ou de Londres par l’existence d’un multiculturalisme débridé.

Dans les deux cas, l’explication est plutôt courte. Face au terrorisme, nous avons besoin de sécurité, bien sûr, et d’efficacité de la part de ceux qui en ont la charge. Mais nous devons aussi envisager la longue durée, réfléchir sur le fond et mener des échanges raisonnés.

 

Tribune parue dans Ouest France, le 23 juin 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *