America First : Donald Trump sait ce qu’il dit

Tout au long des mois ayant précédé l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis, l’establishment, et, dans le monde entier la plupart des médias et des observateurs de la scène politique américaine ont refusé de croire à la possibilité de son succès. Pour eux, le candidat républicain n’était même pas un outsider : il était inacceptable, et donc improbable.

Puis l’impensé est devenu réalité, et un autre discours s’est mis en place, là aussi à l’échelle de la planète : Donald Trump vivrait dans l’univers du mensonge, des « Fake news », de la post-vérité. Son discours, ses comportements et ses attitudes relèveraient de la santé mentale ou presque. Dans un premier temps, sa destitution prochaine a été rêvée et même annoncée comme probable, comme si un empeachment devait être la conclusion la plus immédiatement prévisible et réaliste de son élection. Toutes sortes d’informations et de récits, souvent vrais, parfois aussi relevant de la rumeur ont circulé, et circulent encore, jour après jour, pour attester du caractère pathologique de son comportement politique. Il a été dit de lui, par exemple, qu’il est incapable de voir plus loin que les cinq ou six minutes à venir et par conséquent de se projeter vers le futur. Les médias soulignent aussi à l’envi la valse de ses conseillers, ministres et autres proches, qui serait une marque supplémentaire de son incapacité à organiser autour de lui un environnement prévisible, stable et fiable ; ils évoquent également son sens excessif des intérêts de certains membres de sa famille, et donc une tendance à confondre les affaires et l’action publique. Ils notent que son souci de faire le contraire de Barak Obama prend l’allure d’une opposition infantile et obsessionnelle, on le dit capricieux.

Bref, puisqu’il était impensable qu’un tel personnage soit élu, il faut bien, maintenant qu’il est installé aux affaires, montrer à quel point il est déplacé, indigne d’endosser les vêtements de Président de la première puissance mondiale.

Mais est-il aussi piètre acteur politique qu’on le dit ? Faut-il s’en tenir aux images d’un menteur sans vision ni cohérence, totalement incapable de se projeter au-delà de l’instant présent, et dont le sens du débat et de l’analyse se limiterait à ce qui ressort de son compte twitter ? Faut-il se contenter de souligner sa grossièreté et sa moralité douteuse, notamment s’il s’agit des femmes ? Ce serait ignorer l’autre face de la médaille : tout ceci est vrai, à l’évidence, mais ne doit pas pour autant empêcher de constater une réelle cohérence dans son action.

Donald Trump met en œuvre une politique économique qui, sans avoir jusqu’ici donné de résultats convaincants, n’empêche pas non plus la croissance et les créations d’emploi. Il promet des mesures fiscales et une dérégulation qu’il n’est pas seul à promouvoir. Il entend éviter les délocalisations, relancer l’industrie à commencer par les vieux bastions de la « Rust Belt » au nord-est du pays – ce n’est pas absurde. Si la bonne santé de l’économie américaine ne doit pas grand-chose pour l’instant à son action, au moins elle n’est pas non plus entravée par elle.

Donald Trump a été élu par un électorat dans l’ensemble désireux d’une revanche après huit années de présence d’un noir, Obama, à la tête de l’Etat ; un électorat assez largement misogyne, y compris s’il s’agit des femmes ayant voté pour lui; un électorat pour qui, aussi, l’immigration est un fléau : il est attendu de lui qu’il mette au pas les migrants latino-américains et notamment mexicains. Il a évité de se mettre à dos les suprématistes blancs et la frange la plus explicitement raciste de son électorat lors des évènements de cet été à Charlottesville, où un contre-manifestant antiraciste a été tué dans le contexte d’un rassemblement d’extrême-droite ; il est coutumier des remarques sexistes, et il n’a de cesse de relancer les mesures anti-immigration, qu’il s’agisse de restreindre l’entrée sur le sol américain de réfugiés en provenance d’Asie, du Moyen-Orient ou d’Afrique, ou de revenir à la charge à propos du mur qu’il souhaite voir se dresser tout au long de la frontière américaine avec le Mexique.

En matière de politique internationale, il est possible, là aussi, de voir une réelle cohérence dans les choix de Donald Trump, là où les commentaires et analyses se plaisent généralement à souligner ses incohérences. On le voit notamment s’il s’agit du Moyen-Orient, où les États-Unis ont clairement adopté une stratégie reposant sur un axe où Israël, l’Egypte, la Jordanie, l’Arabie saoudite et les Émirats agissent en phase pour endiguer l’Iran et ses alliés régionaux, Hezbollah notamment. On notera au passage qu’en envisageant des sanctions vis-à-vis de Téhéran, accusé de ne pas respecter ses engagements sur le nucléaire, Trump adresse à l‘Europe un signal fort, puisqu’il menace aussi de fait les entreprises européennes qui continueraient de travailler avec l’Iran.

Au-delà de ses contradictions, revirements, incohérences et autres engagements de campagne non tenus, comme sur l’Afghanistan où il envoie des troupes au lieu d’en retirer, sa politique étrangère, dans l’ensemble suit un cap. Il s’agit pour l’essentiel de déconstruire une bonne part de ce qui enserrait les États-Unis dans un tissu d’alliances et de relations internationales pour mettre en avant, au plus loin de la « soft diplomacy » d’Obama, une Amérique imposant ses vues sans devoir travailler avec d’autres puissances à améliorer l’ordre du monde. Qu’il s’agisse du changement climatique -, Trump refuse de ratifier l‘accord de Paris-, du nucléaire iranien –il met en cause les accords internationaux de Vienne- , de l’UNESCO -dont les États-Unis viennent de se retirer en même temps qu’Israël-, ou bien encore de bruits de botte dès qu’il est question de la Corée du Nord et de son programme nucléaire et balistique, les options militaires et diplomatiques de Donald Trump ont leur logique. Elles peuvent être critiquées, jugées dangereuses ou irresponsables, elles n’en suivent pas moins une ligne, celle de l’ « America First », et avec elle un certain isolationnisme, et la conformité d’une part aux intérêts idéologiques des néo-conservateurs, et d’autre part à ceux, économiques, des industries d’armement et pétrolières.

Il est possible que mises bout à bout, les politiques publiques internes et la politique étrangère de Donald Trump débouchent sur des blocages politiques, sur une rupture avec le Parti républicain qui lui offre une majorité de plus en plus réduite, et sur la catastrophe pour les États-Unis que serait son échec total. Mais ce serait une erreur que de réduire son action aux images psychologiques voire pathologiques qui circulent : au delà, effectivement, des éléments qui fondent de telles images, et si on veut bien faire la part de certaines de ses gesticulations, Trump est cohérent, et sait être en phase avec les attentes de son électorat. Rien ne dit qu’il lui sera impossible de briguer un deuxième mandat.

 

Article à paraître dans la Vanguardia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *