La gauche en panne

Partout, dans le monde, les partis et les personnels politiques qui pourraient incarner l’idée de gauche sont à la peine, tandis que fleurissent non pas tant leurs adversaires classiques de droite, que diverses modalités du populisme, du nationalisme ou de l’extrême-droite. Le phénomène est impressionnant, aucune partie du monde n’y échappe. Il transite généralement par la démocratie électorale, et non par des processus révolutionnaires plus ou moins brutaux, ou par des coups d’Etat, il relève du choix des citoyens. Ce phénomène véhicule des logiques de ressentiment et de haine, de xénophobie, de racisme, de rejet, de fermeture des sociétés sur elles-mêmes. Il témoigne d’une crise profonde des valeurs universelles et de l’humanisme, sans qu’on puisse dire, du moins pour l’instant, qu’il s’apparente au fascisme ou au nazisme des années 30, qui furent lourds de violences extrêmes et débouchèrent sur une guerre mondiale.
La description est relativement aisée, la compréhension l’est beaucoup moins : à quoi tient l’effondrement planétaire des gauches classiques, alors même que leurs valeurs leur assuraient il y a quelques années à peine une forte adhésion parmi les électeurs ?
L’étonnement devrait être à son comble là où le revirement a été spectaculaire, rapide et massif. En voici deux illustrations.

En Pologne, le mouvement Solidarnosc, apparu en août 1980, a mobilisé de larges pans de la population, qui se reconnaissaient dans une opposition totale et fraternelle au pouvoir communiste : imposé de l’étranger, celui-ci était l’adversaire tout à la fois de la nation, privée de liberté, de la démocratie, qu’il interdisait, et des ouvriers, qui n’avaient pas le droit de se défendre par la grève ou au sein de syndicats. Solidarnosc a été profondément émancipateur, il a mis fin au communisme sans en appeler au départ au capitalisme ou au libéralisme. Dans un pays où l’antisémitisme était encore bien vivant, Solidarnosc l’a combattu avec courage, et mis à mal –j’ai le souvenir personnel d’un moment particulièrement émouvant de son Congrès de 1981 à Gdansk, quand son président, Lech Walesa, a demandé aux congressistes de saluer le héros survivant de l’insurrection du ghetto de Varsovie, Marek Edelman, présent en tant que membre de la délégation de la ville de Lodz, et véritablement ovationné. Et voici qu’à peine un tiers de siècle plus tard, le même pays, débarrassé de la domination soviétique et du communisme, se donne à un pouvoir peu démocratique, qui bafoue la séparation de l’exécutif, du judiciaire et du législatif et promeut un nationalisme agressif et antisémite.
Comment la Pologne en est-elle arrivée là ? Deux explications peuvent être avancées, complémentaires. L’une renvoie à la politique récente du pouvoir polonais actuel, qui tout en développant une idéologie et des pratiques néo-libérales, a mis en place des mesures résorbant la pauvreté (versement aux familles de 500 zlotys chaque mois par enfant à partir du deuxième enfant) : une redistribution peu coûteuse, et efficace politiquement, va de pair avec un autoritarisme anti-démocratique tirant sa force d’une dénonciation populiste des élites classiques. Et, deuxième explication, la fraternité généralisée au moment de Solidarnosc s’est dissoute dès la répression brutale enclenchée en décembre 1981 lors du coup de force du Général Jaruzelski, et encore plus à partir du traitement de choc qu’a constitué le plan néo-libéral de Leszek Balcerowicz, ministre des finances dès 1989 : les dégâts sociaux de ce plan ont produit des frustrations et de l’agressivité massive vis-à-vis de ceux qui l’avaient voulu ou permis, parmi lesquels bien des responsables ou anciens responsables de Solidarnosc, ce qui a brisé la solidarité et mis fin au mythe qui avait cimenté la contestation de 1980-1981 et qui avait quelque peu perduré dans les années 80. Autrement dit, et comme le démontre superbement Karol Modzelewski (dans son livre Nous avons fait galoper l’histoire. Confessions d’un cavalier usé, éd. de la FMSH, 2018), la violence de la répression en décembre 1981 et, dans les années suivantes, puis une fois le communisme évincé, le néo-libéralisme destructeur de l’Etat-providence, et un populisme vaguement redistributeur s’acoquinent avec la bénédiction d’une partie des anciens contestataires pour façonner la situation actuelle. Ceux qui avaient contribué à Solidarnosc et qui ont soutenu la thérapie de choc, y compris parfois en s’enrichissant personnellement, en tous cas en s’en sortant bien, ont laissé sur le bord de la route tous les autres, les perdants amers d’une mutation.

Deuxième exemple, celui de l’Etat d’Israël. A sa fondation, en 1948, cet Etat portait les espoirs d’un peuple qui venait de subir les terribles destructions perpétrées par le nazisme, et nombre de ses fondateurs entendaient qu’il incarne des valeurs humanistes et démocratiques, et permette à tous ses citoyens de vivre ensemble, au-delà des différences d’identité. Israël était un pays de pionniers, ouvert au socialisme avec sa formule originale du kibboutz ; son combat face aux pays arabes était perçu, avec la guerre des six Jours (1967), comme celui de David affrontant Goliath, et il symbolisait la possibilité de voir la démocratie fleurir au Proche-Orient.
Le même Etat, aujourd’hui, fait de l’hébreu la seule langue officielle, alors que l’arabe bénéficiait auparavant d’un statut identique ; une loi récente indique que « le droit d’exercer l’auto-détermination au sein de l’Etat d’Israël est réservé uniquement au peuple juif » et le gouvernement avait même, lors de sa préparation, envisagé de créer des localités exclusivement réservées aux Juifs. Les critiques qui accusent Israël d’être un pays colonial et raciste ne sont pas désormais sans quelque fondement. Son gouvernement est rendu possible par l’alliance d’une droite très dure et de partis religieux ultra-orthodoxes et/ou nationalistes.
Les principaux soutiens américains à son chef de gouvernement, Benjamin Netanyahou, sont apportés par des Eglises évangéliques professant par ailleurs un antisémitisme explicite, et sa stratégie vis-à-vis de l’Union européenne l’associe à des pouvoirs nationalistes et antisémites, à commencer par ceux de la Pologne, déjà évoquée, ou de la Hongrie. Comment, là aussi, en est-on arrivé là ? Il faut certainement ici encore envisager le processus historique des dernières décennies, et entre autres : les changements démographiques, avec l‘arrivée massive de Juifs venus de pays arabes et/ou musulmans dans les années 60, 70 et 80, puis d’Union soviétique ; la violence terroriste ayant interdit la poursuite du processus de paix et des accords d’Oslo, avec notamment l’assassinat de Yitzhak Rabin en 1995 par un ultranationaliste juif; les succès militaires et la réussite scientifique, donnant le sentiment d’une réelle sécurité. La bonne santé d’une économie néo-libérale ne laisse que peu d’espace aux voix de gauche, et beaucoup plus au messianisme associé à un nationalisme de combat, s’accommodant bien de cette économie sans frontières. Ce qui reste de la gauche s’indigne, certes, mais ne mobilise guère : ce qu’elle propose envers les Palestiniens est perçu comme naïf et plus risqué que ce qu’apporte la sécurité actuelle, et les chiffres de la croissance ou des revenus ne semblent pas justifier une politique sociale de forte redistribution.

On pourrait préciser ces analyses, à peine ébauchées ici, y introduire davantage de facteurs externes ou géopolitiques, et les étendre à bien d’autres pays. L’essentiel est ce qu’elles suggèrent : l’effondrement planétaire de la gauche résulte de processus différents, certes, selon les contextes nationaux, mais dans lesquels les succès de l’économie néo-libérale associés à la violence ont porté des coups terribles aux valeurs de solidarité sur lesquelles repose toute idée de gauche. Quand en plus la corruption est massive, et qu’elle concerne visiblement certains de ceux qui ont porté les espoirs de progrès, d’émancipation et de justice, le ressentiment est à son comble – il ne reste plus aux perdants qu’à se confier à ceux qui savent capitaliser sur leurs peurs, et qui deviennent leurs porte-paroles autoritaires, revanchards et racistes. Les laissés-pour-compte, ceux qui craignent la chute sociale ne veulent plus qu’on leur parle de valeurs universelles, d’altruisme, d’ouverture, de fraternité. Ils ont quelques bonnes raisons de ne pas y croire.

Tribune à paraître en espagnol dans la Vanguardia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.