Le populisme, l’autoritarisme et le nationalisme ne sont pas nécessairement notre avenir !

Les commentateurs de la vie collective, journalistes, chercheurs en sciences sociales, essayistes, sans parler des responsables  politiques,  quoi qu’ils en croient, courent toujours le risque majeur d’être en retard sur le réel, de penser le présent et le monde qui se fait à la lumière du passé et du monde qui se défait. Et, autre risque, quand d’aventure l’histoire semble bégayer, de ne pas voir, comme le dit une formule célèbre de Karl Marx, que si, selon Hegel,  « les grands événement et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois, il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce ».

Il pourrait bien en être ainsi à propos des grandes tendances contemporaines, qui nous font en permanence nous inquiéter à propos des populismes, nationalismes, autoritarismes et autres radicalités qui fleurissent dans nombre de pays : ne sommes-nous pas aveugles et sourds, insuffisamment à l’écoute, en tous cas, des contre-tendances, qui nous invitent plutôt à considérer ce qui nait, résiste, innove, conteste de façon constructive des pouvoirs effectivement inquiétants ? 

Les Etats-Unis ne se réduisent pas à la figure si désespérante de Donald Trump, la Turquie à la synthèse de l’islam, du nationalisme et du consumérisme qu’incarne Recep Tayyip Erdogan, la Hongrie à l‘autoritarisme de droite, vaguement antisémite, d’un Viktor Orban triomphant, etc.

Plus précisément, dans le monde entier, nous assistons à l’expression, sur au moins trois axes, de forces sociales, culturelles et politiques qui mettent en cause les images dominantes de la réaction, de la radicalité et de la fermeture des nations sur elles-mêmes.

Sur un premier axe, la contestation est défensive, sociale, ou socio-économique : un pouvoir autoritaire est ébranlé de manière inattendue par des mobilisations qui mettent en avant des revendications touchant au pouvoir d’achat, au niveau de vie, à l’accès à un revenu décent. En Turquie, où Erdogan semblait capable d’interdire toute manifestation, la hausse des prix de l’essence et des denrées alimentaires de base a  suscité des protestations répétées dans l’espace public, une « crise de l’oignon », comme disent certains observateurs -il faut savoir que dans ce pays, l’oignon est incontournable dans la consommation des ménages, et que la pénurie, et la hausse des prix en sont vécues comme insupportables. En Hongrie, la récente loi sur le travail, qui entre autres dimensions, accorde au chefs d’entreprise la possibilité d’attendre trois ans avant de payer les heures supplémentaires, est qualifiée d’ « esclavagiste » par une forte protestation qui dénonce aussi les carences du système hospitalier.

Sur un deuxième axe, la contestation est civique, et demande plus de démocratie, la capacité de faire entendre la parole de citoyens plus ou moins interdits d’expression. En Turquie, les « mères de Galatasaray », un peu à l’image des « folles » argentines de la place de mai à Buenos Aires au temps de la dictature militaire, demandent tous les samedis que justice soit rendue et lumière soit faite sur les morts et les disparitions des années 80 et 90. En Hongrie, les mêmes qui mettent en avant des demandes sociales y ajoutent la critique de la corruption et l’autoritarisme, ainsi que celle de la manipulation de l’information par un pouvoir jusqu’ici peu contesté.

D’une certaine façon, mais il est vrai dans un contexte qui ne peut être qualifié d’autoritaire, le mouvement des Gilets jaunes en France exprime lui aussi ces deux axes d’une contestation qui est sociale –contre la hausse du prix des produits pétroliers, pour un niveau de vie décent- et citoyenne –pour l’instauration d’une démocratie directe symbolisée par la possibilité de « RIC », -référendums d’initiative citoyenne.     

Considérons maintenant les Etats-Unis de Donald Trump : un troisième axe s’y affirme, dominé par des demandes qui font entrer le pays dans une nouvelle ère culturelle. Dans ce pays où les armes à feu incarnent, comme Donald Trump, des valeurs  et une conception  traditionnelles de la sécurité et de l’ordre, un mouvement de jeunes pour le contrôle des armes à feu s’est affirmé, puissant, à la suite de terribles tueries, des « school shootings ». Le samedi 22 mars 2018, il a organisé une marche qui a réuni plusieurs centaines de milliers de manifestants à Washington (DC) –la prise de parole d’Emma Gonzalez, la jeune porte-parole des adolescents rassemblés alors est restée un moment particulièrement fort de cet événement. Lors des élections « midterms » (de mi-mandat) de 2018, le plus marquant a été l’affirmation d’une présence inouïe de femmes démocrates dans l’espace public, qu’il s’agisse des 106 d’entre elles élues au Congrès –un score inédit-ou des quelque 2000 élues dans d’autres instances, parlements d‘Etat par exemple. Ces femmes sont souvent jeunes, elles représentent la diversité américaine – d’origine nationale, de religion -, elles donnent à penser que l’Amérique de Trump n’est pas éternelle.

L’égalité des hommes et des femmes, et le refus du harcèlement et des violences sexuelles que représente le mouvement Me Too, le contrôle des armes à feu, la sensibilité aux migrants, celle aussi à la protection de l’environnement : est en jeu, ici, non pas l’action défensive de ceux qui ne veulent pas faire les frais du changement ou du fonctionnement d’un système politique réduit à l’autoritarisme et à la fermeture de la nation sur elle-même, non pas l’appel à plus de citoyenneté et à l’élargissement civique de la démocratie, mais l’entrée dans une nouvelle ère, dans une nouvelle culture, de nouveaux rapports entre les personnes, à la nature, à la vie et à la mort.  

Nous pouvons donc faire –un peu !- preuve d’optimisme. Dans les années 80 et 90, un vent puissant soufflait, semblant devoir assurer dans de nombreux pays le triomphe du progrès et de la démocratie. Des chefs d’Etat comme Bill Clinton, Tony Blair et Gerhard Shroeder donnaient le ton, promettant en quelque sorte l’alliance d’une économie de marché efficace, et d’une social-démocratie ouverte –on a alors beaucoup parlé de social-libéralisme.

Puis ce fut l’affaissement des systèmes politiques dominants, à gauche comme à droite, la grande crise des partis politiques classiques, et corrélativement la poussée des populismes et national-populismes, et le doute sur la démocratie –d’où les appels à l’autoritarisme. Nous ne sommes pas sortis de cette phase, et peut-être même allons-nous nous y enfoncer encore plus. Mais comment ne pas voir aussi que des mouvements culturels et sociaux, plus ou moins teintés de civisme et de références aux droits humains, nous invitent, souvent de l’intérieur même des pays les plus atteints par la crise politique, à penser, agir et espérer autrement ?

Article paru en espagnol dans la Vanguardia le 4 janvier 2019