La France est, à nouveau, une exception

Mais le gouvernement mesure-t-il réellement l’occasion unique créée par les Gilets jaunes ?

Nulle part ailleurs les difficultés d’une large partie de la population ont pris l’allure d’un mouvement social comme celui-ci : refusant de faire les frais de la libéralisation économique, pointant du doigt de réelles inégalités sociales, actif sur tout le territoire, résolument moderne dans son utilisation des réseaux sociaux et d’Internet, et largement compris de l’opinion publique. Nulle part ailleurs une crise de cette ampleur n’a été traitée par le pouvoir sous la forme d’un « grand débat national » avec la participation directe — et souvent en direct, à la télévision — du chef de l’état.

Mais voici qu’après quatre mois de mobilisation, alors que le grand débat, lancé le 15 janvier, était censé se clore ce vendredi, les Gilets jaunes semblent être en perte de vitesse, autour des ronds-points et dans les sondages. La cote du Président Emmanuel Macron, quant à elle, a remonté ; celle du Premier Ministre Édouard Philippe, plus encore. Et la semaine dernière, M. Philippe, justement, prévenait qu’il ne fallait pas trop attendre de la concertation et que beaucoup risquaient d’être déçus.

Que voulait-il dire ? S’il souhaitait simplement ménager les attentes de certains, le propos ne révélait-il pas aussi l’envergure stratégique, voire cynique, du soi-disant grand débat ?

Celui-ci aura eu une portée politique considérable — surtout en permettant à M. Macron de respirer un peu, puis de remonter la pente et finalement de reprendre la main. Le peuple qui a été invité à dialoguer avec le pouvoir n’est pas exactement le peuple des Gilets jaunes. Et reste à voir si les demandes qui ont émergé de cela seront vraiment prises au sérieux.

Les Gilets jaunes — et la France dans son ensemble, qui les a largement soutenus — ne méritent pourtant pas moins. Leur contestation n’a tourné ni au nationalisme, ni au populisme, contrairement à ce qui s’observe un peu partout en Europe. Le mouvement a certes connu un tropisme vers les extrêmes, surtout l’extrême-droite, ainsi que quelques dérives, notamment antisémites. Et les violences de certains participants, ou profiteurs — tout comme celles commises par les forces de l’ordre — ont de plus en plus occulté le contenu des demandes sociales, fiscales et de changement institutionnel à l’origine de l’action. Mais sur le fond, les Gilets jaunes ont continué de souligner de vrais problèmes et de faire des propositions qui devraient être considérées par le pouvoir : la revalorisation des bas salaires et du salaire minimum, le retour des services publics dans les villes et régions sinistrées, l’indexation des retraites sur l’inflation, la mise en place d’un référendum d’initiative citoyenne, entre autres.

Mi-décembre, après un long flottement, M. Macron annonçait des concessions à la fois importantes et coûteuses, et dans plus d’un sens. Un train de mesures sociales — allant jusqu’à 10 milliards d’euros — aurait aussi pour effet de plomber le budget national et de faire de la France un mauvais élève de l’Union européenne. Cédant à un mouvement réagissant en partie à une hausse des taxes sur les produits pétroliers, il parut aussi reculer en matière de transition écologique — alors même que la France se veut la championne de la lutte contre le réchauffement climatique.

Vint ensuite le grand débat. Après un début chaotique, des milliers de rencontres ont eu lieu. Référence oblige à la Révolution française de 1789, de nombreuses municipalités ont collecté des Cahiers de doléances. Dès la fin février plus d’un million de propositions avaient été soumises en ligne sur un site dédié. Des robots, algorithmes et autres outils de traitement numérique devaient permettre d’analyser ces données.

De multiples critiques ont visé ce dispositif. Certaines ont mis en cause la qualité des instruments d’analyse envisagés. D’autres reproches, plus politiques, ont dénoncé une machine de guerre au service d’une campagne pour les prochaines élections européennes en mai.

Mais deux points sont beaucoup plus préoccupants.

Le premier est que le grand débat n’aura pas apporté aux Gilets jaunes l’occasion de s’exprimer réellement.

Il est vrai que ceux-ci ne représentaient, même à leur apogée, qu’une partie de la population : habitants de villes et régions en cours de désertification ; couches moyennes ou populaires en chute, ou menacées de l’être, ou tout simplement peinant à finir le mois ; automobilistes pour qui le prix du carburant est une donnée vitale. Et non pas, par exemple, les chômeurs, les habitants des grandes villes et des banlieues populaires, ni les lycéens ou les étudiants.

Toujours est-il que prévaut l’image d’un dialogue de sourds, entre un mouvement et le pouvoir qui aurait refusé de le reconnaître comme partenaire central, comme s’il n’avait pas perçu la gravité de la crise. Le soi-disant grand débat n’aura-t-il pas surtout servi le chef de l’Etat ?

Sans aller jusque-là, et risquer de confondre peut-être effets et intentions, on notera qu’il n’y a guère eu d’échanges construits directement pour permettre aux Gilets jaunes, en tant que tels, de dialoguer avec le pouvoir. M. Macron n’est vraiment allé à leur rencontre, privilégiant plutôt les élus locaux ou plus généralement des citoyens sans qualité particulière.

Le grand débat n’aura pas non plus été l’occasion de voir apparaître des acteurs, politiques ou sociaux, représentant les Gilets jaunes, compliquant toute négociation concrète. La nature même du mouvement rendait cela peu probable, puisque les Gilets jaunes ont passé leur temps à détruire toute tentative de structuration. S’il y eu brièvement une velléité de créer un parti ou de laisser émerger des leaders parmi eux, par exemple en vue de participer aux prochaines élections européennes, elle semble maintenant n’avoir plus de crédibilité.

Face à une décomposition profonde du système politique français, M. Macron privilégie encore un traitement des problèmes du moment du haut vers le bas, et sans médiation. Plutôt que de tenter de mettre fin à cette verticalité sans intermédiaires, M. Macron en a joué — pour ne trouver pratiquement en face de lui plus que des extrêmes, de gauche (La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon) ou de droite (Le Rassemblement National de Marine Le Pen). Et le parti du président est en tête dans les intentions de vote pour les européennes.

Était-ce un calcul stratégique ? C’est très vraisemblable. En tout cas, on est bien loin d’une renaissance d’un système politique démocratique. Tout au plus voit-on émerger, émanant de la société civile, des propositions programmatiques faites récemment comme celle, jointe, sur l’écologie de Nicolas Hulot, ancien ministre de l’environnement, et de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, premier syndicat de France (et réformiste).

Contrairement à d’autres pays, la France a eu la chance de voir naître des contestations populaires qui ont formulé de sérieuses questions économiques, sociales et institutionnelles. Ailleurs — au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Italie, en Pologne, en Hongrie — d’emblée on a choisi de s’abandonner au populisme et au nationalisme ou au repli sur soi. Le risque, maintenant, est qu’un traitement insatisfaisant des demandes légitimes, ou au moins raisonnables, des Gilets jaunes ne les pousse eux, et d’autres aussi, vers ces écueils que la France avait pour l’instant réussi à éviter.

Cet article a été publié dans The New York Times, le 15 mars 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.