Diversité et actualité du populisme en Europe

Grillo stencil  Stencil by Hogre.  Sul ponte Circonvallazione Casilina, angolo via del Pigneto. Roma. Photo CC SmeerchLa crise en Europe est économique et sociale, elle est aussi, et peut-être d’abord, politique. Dans un premier temps, les difficultés politiques ont pris, dans plusieurs pays, la forme d’un rejet des gouvernements et des partis en place, au profit de l’opposition. Ainsi, en Espagne, la gauche, avec Jose Luis Rodriguez Zapatero et le PSOE, a laissé la place à Mariano Rajai et au PP. Symétriquement, en France, Nicolas Sarkozy, et la droite, ont perdu les élections de 2012, présidentielle puis législatives, au profit des socialistes et de leurs alliés. L’alternance a été la première figure de la décomposition des systèmes politiques.

Quand la droite, ou la gauche, échouaient et qu’une éventuelle alternance ne semblait pas à la hauteur des défis lancés par les difficultés économiques et sociales, une deuxième figure est apparue, celle des gouvernements gestionnaires, extérieurs aux partis, ou plutôt se voulant au-dessus d’eux. La Grèce et l’Italie ont ainsi semblé un temps capables technocratiquement de sortir de la crise économique tout en affichant leur appartenance à l’Europe, comme si une équipe de techniciens rompus à l’économie de marché et aux mécanismes européens pouvait mettre durablement en œuvre une politique de rigueur. Le résultat des élections italiennes du 24 février dernier, avec l’échec désastreux de Mario Monti, a montré à quel point cette logique est fragile, et ne peut se substituer réellement à celle d’acteurs authentiquement politiques. Les « sauveurs » technocratiques ont échoué, les réformes douloureuses, vécues comme insupportables, ont été rejetées par la population.

Dans la débâcle des partis politiques classiques, une troisième figure est apparue, d’autant plus visible et importante que la droite et la gauche donnaient l’une et l’autre l’image de l’impuissance : celle des mouvements sociaux et culturels extérieurs au système politique classique, et exprimant des attentes fortes, en dessous ou à côté d’eux. L’Espagne, avec les « indignés » est certainement l’expression la plus spectaculaire de ce troisième cas de figure, dont la faiblesse est d’intervenir à un échelon infra-politique, et de n’avoir pas de réelle perspective d’installation au niveau politique.

Et dès lors, un espace s’est ouvert pour une autre famille d’acteurs politiques, que l’on peut qualifier de populistes, et qui correspondent à trois formes principales. La première, la plus rare, est celle du populisme de gauche, ou d’extrême-gauche, qui recycle une thématique marxisante ou de lutte des classes en tenant un discours anticapitaliste plus ou moins lesté d’écologisme. Le cas le plus significatif, ici, est donné par le « Front de gauche » de Jean-Luc Mélenchon en France. Pour qu’un tel populisme trouve un espace, même mineur, il faut en réalité qu’il puisse s’adosser sur des forces installées plus anciennes, parti communiste décomposé, syndicats, organisations d’extrême-gauche, qui lui apportent une certaine structuration.

La deuxième forme au sein de cette famille des populismes européens, qui a commencé à se mettre en place dans un grand nombre de pays d’Europe dès les années 80, est celle du national-populisme, adossé à des logiques radicales, voire d’extrême-droite. La liste est longue de ces partis xénophobes, racistes, anti-immigrés et anti-islam qui s’adaptent à la crise en lestant leur nationalisme d’un discours social flattant, selon les cas, les classes populaires, y compris les ouvriers, et les couches moyennes, voire les petits entrepreneurs et artisans, comme c’est le cas en Italie avec la Ligue du Nord.

Les droites radicales n’ont pour l’instant pas spécialement prospéré en Europe, elles ne se sont pas nécessairement non plus affaiblies. Ce serait une erreur que de prévoir à brève échéance la formation de mouvements de types fascistes dont elles seraient l’épine dorsale. Car elles sont prises dans un paradoxe qui en limite les espoirs de développement : pour toucher un électorat important, elles jouent la carte de l’antisystème, d’un nationalisme le plus souvent hostile à la construction européenne et à l’euro, elles sont portées par des pulsions racistes, mais pour espérer accéder au pouvoir politique, entrer dans le jeu institutionnel, il leur faut être respectables. C’est ainsi que l’Alleanza Nazionale de Gianfranco Fini, en Italie, a depuis longtemps choisi de jouer le jeu démocratique et institutionnel, et s’est rapproché jusqu’à s’y fondre de la droite traditionnelle. Ou que le Front national en France, sous la présidence récente de Marine Le Pen, s’efforce d’apparaître respectable, évite de se montrer antisémite, vante les mérites de la République et s’adresse aux ouvriers.

Pour l’instant, la crise ne renforce pas spectaculairement les droites radicales installées depuis trente ou quarante ans, et si celles-ci se maintiennent, c’est en se montrant précisément moins radicales que les partis d’extrême-droite ou fascisants dont elles sont à bien des égards les héritières. D’une certaine façon, le bon résultat de Silvio Berlusconi est aussi une expression de cette tension entre respectabilité et démagogie populiste qu’incarnent les droites radicales, il indique, on l’a vu aussi en France lors de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, que les droites classiques sont tentées par des propositions niant la distance qui, dans le passé, pouvait les séparer des extrême-droites.

Et dans ce paysage qui se renouvelle et se décompose en même temps, une tendance trouve un véritable boulevard pour se frayer un chemin : le populisme bouffon, troisième variante possible au sein de la famille des populismes. L’Italie, avec les scores impressionnants du mouvement des cinq étoiles de l’humoriste Beppe Grillo, surtout chez les jeunes, vient d’en donner une expression spectaculaire. Il y a là un phénomène qui n’est pas neuf, et qui en France par exemple, il y a déjà une trentaine d’années, avait failli être incarné par un autre humoriste, Coluche. Ce qui en fait la force est la critique du système politique et de la partitocratie, dans son ensemble, de la corruption, mais aussi des mesures de rigueur imposées par une technocratie aveugle et sourde aux besoins populaires. L’électorat, ici, n’est pas antipolitique, ni apolitique, il a soif de voir apparaître de nouvelles forces, de nouvelles personnalités. Il rejette l’austérité, sans pour autant se livrer aux droites national-populistes, ou à la droite de Berlusconi, dont il vomit la corruption morale et économique. Et l’humour, ici, accompagne des propositions démagogiques, anti-establishment, parfois empruntées au registre de la gauche, parfois à celui de la droite, dans la plus grande confusion idéologique.

Il y a toujours eu, il y aura d’autres mouvements antipartis comme celui-ci, avec des leaders démagogues issus du dedans, ou du dehors de la société concernée, des stars du « showbizz », des hommes d’affaires doués revenus d’immigration, comme ce fut le cas à plusieurs reprises depuis la chute du Mur de Berlin dans les pays de l’ancien bloc soviétique. Ils seront ou bien éphémères, ou bien obligés de s’institutionnaliser, et de se transformer pour rentrer dans des jeux politiques plus classiques. Mais si l’on met bout à bout les différentes figures possibles surgissant de la crise politique actuelle en Europe, et si on y ajoute l’abstention massive, il faut s’interroger : ne sommes-nous pas entrés dans une inquiétante phase post-démocratique, ne faut-il pas s’attendre à d’autres phénomènes, beaucoup plus inquiétants, dans lesquels la rage et la violence viendront se substituer à la critique sans lendemain qu’apportent les populismes en tous genres ?

Article paru dans La Vanguardia, mars 2013 et dans Golan, Irak, Kurdistan, n°920, mars 2013, p. 34-36.

Citation

Michel Wieviorka, “Diversité et actualité du populisme en Europe”, billet publié sur le carnet Michel Wieviorka le 14/03/2013, URL: http://wieviorka.hypotheses.org/135

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *