Europe et Amérique latine à fronts renversés

Lorsque le cardinal Wojtyla fut élu pape en 1978, il fut aisé d’y voir un signe fort en direction de la Pologne soumise encore au joug de Moscou et, plus largement, un message clair : l’Eglise catholique entendait prendre une part singulièrement active dans le déclin du communisme.

bananes35 ans plus tard, le cardinal argentin, Bergoglio est à son tour élu pape, et un message clair est adressé par cette élection : le centre de gravité du catholicisme se déplace. Du coup, une question mérite d’être posée : cette élection n’est-elle pas une expression, parmi beaucoup d’autres, peut-être même plus significatives, du déclin de l’Europe, et de la montée en puissance de l’Amérique latine ?

Cette question prend tout son sens si on considère que sont en cause deux grandes régions du monde, susceptibles chacune d’apporter sa réponse à la mondialisation qui est économique, mais aussi culturelle. Susceptibles donc chacune de proposer une autre réponse que celle qu’offrent les Nations, leurs États et leurs relations dites, précisément, internationales.

L’Europe est une construction récente – un demi siècle – dont le sens initial est moral. Il s’agissait, pour ses promoteurs, de mettre en place des dispositifs communs qui permettraient de rendre la guerre impossible. C’est dans cet esprit que fut créée la première pièce de l’édifice, la CECA, Communauté européenne du charbon et de l’acier, qui rassemblait six pays choisissant d’organiser de concert la production de ces deux ressources si décisives en tant de guerre. Mais quand le mur de Berlin est tombé, en 1989, et que le thème de la mondialisation a commencé à s’imposer, l’Europe n’a pas été mise au cœur de la réflexion générale sur le défi que constituait la globalisation économique néo-libérale. Il n’a pas été dit, ou faiblement, qu’elle constituait le meilleur barrage possible face aux logiques mondiales de l’argent et des marchés, et on a surtout entendu alors, tout au long des années 90, des voix pour leur opposer les Nations et leurs États. Les national-populismes qui ont fleuri dans nombre de pays d’Europe à partir des années 80 et surtout 90 ont dénoncé la mondialisation et, disait en France Jean-Marie Le Pen, le mondialisme avec plus de vigueur qu’ils ne s’en prenaient à la construction européenne, et de nombreuses analyses ont insisté, sans s’intéresser particulièrement à l’Europe, sur les dégâts du néo-libéralisme lié à la globalisation. Les uns ont souligné son impact social et économique, l’accroissement des inégalités, les pertes d’emploi, les délocalisations des industries basées jusque-là en Europe ; les autres se sont davantage intéressées à ses implications culturelles, à la fragmentation des identités, aux tentations communautaires, y compris dans d’éventuelles références à l’idée de nation. Ils ont aussi, pour certains d’entre eux, associé l’immigration à la globalisation, l’afflux d’immigrés à des logiques qui en procèdent, et qui, pour les plus nationalistes, auraient pour effet de miner l’intégrité de la nation.

L’Europe pouvait certes être critiquée, voir refusée, mais le défi semblait se jouer avant tout dans le conflit entre les Nations et le monde.

Puis est venue la crise financière de 2008, extension en Europe, et ailleurs dans le monde, de la crise américaine née du système des subprimes et des dérives du crédit à la consommation. Et en l’espace de deux ans, cette crise, avec ses prolongements économiques et sociaux, est devenue une crise spécifique à l’Europe, et à ses États-Nations. Une crise en Europe, et de l’Europe.

Cette crise de et dans l’Europe n’est pas seulement le fruit de la crise financière de 2008, elle s’origine en fait, plus profondément, dans la formidable mutation inaugurée par le premier choc pétrolier, en 1973. Une mutation qui marque la fin de ce que l’économiste Jean Fourastié avait appelé, pour la France, les Trente Glorieuses, les trente années immédiatement consécutive à la Deuxième Guerre mondiale, et qui avaient été marquées par la croissance et le développement, le plein emploi, la confiance dans le progrès et dans la science. Ce sont les modèles mêmes des sociétés européennes qui semblent épuisés, les façons de penser, d’organiser le travail, de concevoir les orientations culturelles de la vie collective, de permettre à l’État de jouer un rôle autre que celui, minimal, que théorisent les promoteurs du néo-libéralisme. Et en même temps que s’accélère cette crise totale de l’Europe et en Europe, il semble qu’ailleurs, on ne soit pas en crise, et même que l’on construise avec un certain optimisme des modes de pensée, des formes de développement, des orientations culturelles. Il en est ainsi, notamment, de l’Amérique latine, et c’est cette image d’une région en difficulté – l’Europe – face à une région qui se projette vers l’avenir – l’Amérique latine – que cet article entend commencer à explorer, en examinant trois registres principaux, culturel, politique et économique, et en s’intéressant à leur intégration.

Culture et histoire

Comment faire face culturellement aux défis lancés par la mondialisation, qui est économique, certes, mais aussi religieuse et culturelle ? L’Europe se caractérise ici avant tout par ses débats inquiets sur l’immigration, et sur l’islam, par son refus croissant du multiculturalisme, mis en cause ou rejeté y compris dans des pays qui lui étaient plutôt favorable, comme les Pays-Bas. Les identités minoritaires, parfois même très minoritaires, qui se propulsent en avant, régionales, nationales surtout, religieuses, ethniques, sont, à tort ou à raison, perçues par les opinions publiques comme communautaires, et même tentées par le communautarisme. Les nationalismes fleurissent et prospèrent, mais sans pour autant d’ailleurs connaître un essor spectaculaire du fait de la crise : le Front national en France n’a pas retrouvé son plus haut niveau, la Ligue du Nord italienne non plus. L’idée de nation, bien au-delà des nationalismes radicalisés, est mise en avant pour opposer une histoire, une langue, une culture, non seulement à la mondialisation, mais aussi à l’Europe, qui dans cette perspective devient non plus une façon d’agir dans la mondialisation, mais un instrument de cette dernière. Non plus un obstacle à lui opposer, de manière constructive, mais son cheval de Troie. L’idée européenne ne repose que sur de faibles références historiques, l’idée d’une culture commune, d’un passé commun, d’une langue commune ne correspond que faiblement à la réalité, et ceux qui mettent en avant les valeurs chrétiennes de l’Europe sont trop liés à des secteurs politiquement de droite pour qu’un consensus puisse se constituer autour d’elles. Du point de vue historique et culturel, l’Europe est une idée bien plus faible que les nations qui la composent, et qui aujourd’hui tendent plutôt à s’en détourner.

Tournons-nous maintenant vers l’Amérique latine. Celle-ci, tout en reconnaissant l’existence d’autres langues, indiennes notamment, est très largement unie par l’Espagnol, ou, en ce qui concerne le Brésil, le Portugais. Son histoire est celle, partagée, de la lutte contre la colonisation, puis contre la dépendance, elle rapproche les nations actuelles bien plus qu’elle ne les oppose, même si guerres et tensions internationales en font aussi partie. Le catholicisme y est une réalité massive, que vient de signifier aussi l’élection du pape François, et l’essor de nouvelles églises protestantes ne met pas en cause le caractère profondément chrétien de cette partie du monde. La notion même d’Amérique latine peut susciter diverses interrogations, en particulier relatives à l’unité de l’Amérique latine. Le Mexique n’est-il pas de plus en plus un monde à part, plus proche des États-Unis et donc inscrit dans des logiques nord-américaines ? Le Brésil, dont l’affirmation comme puissance mondiale est chaque jour plus évidente, n’est-il pas lui aussi bien plus « brésilien » que latino-américain ? Les Caraïbes ne constituent-elles pas un ensemble hétérogène, sans la moindre unité, chaque île, par exemple, ayant son propre tropisme international en dehors de l’Amérique latine : hollandais, britannique, états-unien, français… Toutes ces questions sont légitimes, elles n’empêchent pas l’existence d’une réelle conscience collective latino-américaine, bien plus forte que la conscience européenne, même si elle fonctionne à un niveau symbolique et imaginaire, culturel et historique, et bien peu institutionnel. Dans la formation d’ensembles régionaux susceptibles de peser dans le sens d’une autre globalisation que celle, « triste » comme dit Daniel Cohen, du néolibéralisme, l’Amérique latine dispose d’atouts puissants, bien plus que l’Europe.

Politique

L’Europe est une construction économique et politique bien plus avancée que l’Amérique latine, et elle s’est débarrassée en deux temps des régimes autoritaires qui entachaient son image de continent de la démocratie. Au milieu des années 70, elle a mis fin aux dictatures espagnole, portugaise et grecque, et à partir de la fin des années 80, elle a vu s’effondrer le communisme réel, soviétique ou yougoslave, le mur de Berlin tomber, les Balkans s’émanciper politiquement, parfois dans les horreurs de la purification ethnique. Mais les systèmes politiques qui assurent le fonctionnement des États-nations européens semblent sans souffle, sans imagination, souvent épuisés. À droite, la crise économique a ébranlé les idéologies néo-libérales, sans que de réels modèles soient inventés, et à gauche, les partis en place se cherchent, hésitant entre des formules sociales-démocrates de plus en plus difficiles à mettre en œuvre, l’alignement sur des politiques de rigueur, ou l’appel incantatoire à des politiques de relance. La crise politique atteint gravement plusieurs pays de la zone euro, et on a vu divers scenarii révéler la profondeur de cette crise.

En Espagne, ou en France, notamment, on a cru qu’en changeant de bord, on apporterait un coup d’arrêt à la crise, on est passé de gauche à droite, de Jose Luis Zapatero à Mariano Rajoy, ou de droite à gauche, de Nicolas Sarkozy à François Hollande, avec l’idée non pas tant de soutenir une nouvelle vision, que celle d’en finir avec un pouvoir perçu comme impuissant. Un deuxième scénario a consisté à renvoyer dos-à-dos la gauche et la droite classiques, et à mettre en place des gouvernements de techniciens, rompus aux pratiques et aux raisonnements de Bruxelles ou du FMI. En Grèce, ce scénario n’a pas tenu longtemps, et en Italie, il a tenu un temps, jusqu’aux élections récentes, où celui qui incarnait le gouvernement des techniciens, Mario Monti, a fait un score désastreux.

Dès lors, un troisième scénario se profile, celui des populismes en tous genres, dont là encore l’Italie donne une expression originale, avec Beppe Grillo. Ces populismes, qui ailleurs peuvent être incarnés par des leaders surgis du néant politique, venus éventuellement de l’étranger, et dotés d’une fortune personnelle importante, on l’a vu en Europe centrale, ne sont pas nécessairement nationalistes. Ils sont surtout anti-système, et ne permettent pas d’envisager une relance constructive de la démocratie. Si l’on y ajoute l’abstention électorale, devenue forte y compris dans des milieux éduqués qui connaissent le sens et l’importance du vote, il faut bien parler de crise de la démocratie, et peut-être même de post-démocratie, pour reprendre une expression utilisée par des auteurs comme Colin Crouch. Ajoutons que les mouvements du type « indignados », fort surtout en Espagne s’il s’agit de l’Europe, n’apporte pas de réponse politique aux questions qu’ils portent, et semblent même se développer dans le vide politique, et l’incapacité ou le refus des partis en place à prendre en charge le traitement des demandes qu’ils peuvent porter.

Tournons-nous maintenant vers l’Amérique latine. Certes, tout n’est pas brillant, la démocratie, après l’ère des dictatures, est fragile. Mais c’est de Porto Alegre au Brésil que nous est venu l’exemple de démocratie participative à partir duquel s’est diffusée cette thématique y compris en Europe, c’est dans toute la région que s’inventent, quel que soit le jugement que l’on peut porter sur elles, des conceptions nouvelles ou renouvelées de l’idée de gauche, qu’il s’agisse de l’Équateur de Rafael Correa, du Brésil de Lula puis de Dilma, du Vénézuela de Hugo Chavez, du Chili de Michèle Bachelet – dont tout indique qu’elle devrait remporter la prochaine élection présidentielle pour un deuxième mandat, ou de la Bolivie d’Evo Morales.

En Europe, nous aimons bien rejeter le multiculturalisme, y compris dans des pays d’inspiration anglo-saxonne, qui lui est beaucoup plus ouverte, mais nous ignorons la façon dont des formules de type multiculturaliste, dans toute l’Amérique latine, assurent l’inclusion politique et sociale et la reconnaissance culturelle de populations jusque-là non ou mal reconnues, Indiens, descendants d’Africains notamment. La démocratie, en Amérique latine, a été d’abord la victoire contre la dictature, mais aussi un succès sur les idéologies révolutionnaires. Elle demeure menacée par la violence, et le crime organisé, mais elle a presque mis fin aux guérillas – restent pour l’essentiel les FARC, en Colombie, pour lesquelles plusieurs pays de la région, et pas seulement, tentent d’apporter une contribution à une solution négociée – et elle n’est pas soucieuse de se doter du feu nucléaire. Et pour sortir véritablement de l’ère des dictatures, l’Amérique latine est devenue un espace de combat actif pour les droits de l’homme, ce dont témoignent en particulier ses efforts pour promouvoir la vérité et la réconciliation.

Elle est aujourd’hui un espoir, une dynamique, et ne donne assurément pas l’image de l’épuisement, elle relève d’un certain optimisme politique.

Économie

C’est une banalité que de dire de la crise économique en Europe qu’elle est majeure. On parle de récession pour 2012 et 2013, et le continent connaît la pauvreté et l’explosion du chômage, qui touche 11,9% de la population active dans la zone euro, soit 19 millions de personnes et 10,8% dans l’ensemble de l’Union, soit 26 millions de personnes. Le chômage des jeunes atteint 25 % dans la zone euro, et 24% dans l’Union. Ce désastre n’atteint pas toute l’Europe, ou pas avec la même intensité : l’Allemagne connaît le plein emploi, les Pays-Bas (5,3%) et l’Autriche (4,9%) s’en sortent plutôt bien, et même le Royaume-Uni (7,7%) ou la Suède (8,1%). Partout, en Europe, on s’inquiète des difficultés du Welfare State, et ce qui est vécu comme difficile au niveau des États-Nations renvoie à des difficultés au niveau de l’Union européenne, et à son incapacité à proposer une autre politique que de rigueur.

L’économie latino-américaine n’est pas au niveau de celle de l’Union européenne, la pauvreté y est bien plus criante, l’emploi y est bien moins protégé, et il ne faudrait pas faire de cette région un paradis. Elle aussi se caractérise par de grandes disparités économiques d’un pays à un autre – le PIB par habitant peut aller de 18 000 dollars (Chili, Argentine, Uruguay) à 500 dollars (Haïti). Mais, et c’est l’essentiel ici, l’Amérique latine connaît un développement soutenu de son économie, une réduction significative de la pauvreté. Elle a assez vite encaissé le choc causé par la crise financière mondiale en 2008, et dès 2009, elle s’est relancée économiquement. Certains critiquent ce qui est une source de cette relance, les exportations vers la Chine de matières premières et de soja : ne vaudrait-il pas mieux veiller à une transformation productive, et à un développement devant davantage à la recherche, à l’innovation et à l’enseignement supérieur ? L’Amérique latine a l’expérience récente des crises financières, et elle a appris à y faire face, en renforçant le rôle de l’État, en régulant les finances et, dans certains pays, en mettant en place des politiques contra-cycliques, qui consistent à investir et prendre des mesures de relance au moment où la crise bat son plein, et donc à préparer dans contexte un avenir confiant et dynamique.

Il en est en matière économique comme en matière culturelle et politique : l’Amérique latine, avec certes des disparités et des difficultés, regarde l’avenir avec un certain optimisme, avec confiance en elle-même, et n’a pas peur de prendre des dispositions qui permettent de construire le futur sur une base dynamique et confiante, et pas seulement, comme en Europe, sur une base essentiellement défensive et dans un climat de peur et d’inquiétudes.

Mais il y a plus. L’Europe aujourd’hui doute d’elle même, et de sa capacité d’intégration. Les citoyens trouvent que le pouvoir y est lointain, technocratique, ignorant de leurs attentes, de leurs difficultés et de leurs espoirs. Les sondages font apparaître un recul de l’idée européenne dans l’opinion. Entre les critiques de gauche, qui demandent des politiques de relance de la croissance, et les critiques centrées sur l’idée de nation, qui envisagent la sortie de l’Europe, et de l’euro, l’espace de la confiance et de l’optimisme cède du terrain. Au contraire, en Amérique latine, l’intégration économique progresse, à travers des accords comme ceux de l’UNASUR et de l’embryonnaire CELAC. Les chefs de gouvernements se rencontrent régulièrement, avec le souci d’améliorer le fonctionnement du vaste marché que constitue l’Amérique latine.

Ne déduisons pas de cette comparaison que l’Amérique latine se préparerait à réussir là où l’Europe entamerait une phase de déclin. Mais acceptons l’idée que l’Europe a beaucoup à gagner à rompre avec un ethnocentrisme qui l’empêche de voir que d’autres parties du monde apportent une contribution régionale originale et constructive aux réponses qu’elle tente elle-même d’apporter face aux grands défis contemporains.

Citation

Michel Wieviorka, “Europe et Amérique latine à fronts renversés”, billet publié sur le carnet Michel Wieviorka le 18/03/2013, URL: http://wieviorka.hypotheses.org/142

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *