Secret, sécurité et vie privée

Le 6 juin dernier, Edward Snowden révélait dans les colonnes du Guardian et du Washington Post l’existence du programme PRISM utilisé par la NSA, un programme voué à la surveillance des ordinateurs et des télécommunications à l’échelle mondiale. Affaibli par ces révélations, le président Obama s’est justifié en parlant d’un « équilibre entre la nécessité de faire en sorte que les Américains soient en sécurité et nos inquiétudes pour la protection de la vie privée […]. Il y a des compromis qui sont nécessaires ».

Cette ligne de défense fait du scandale une pièce supplémentaire dans le déjà lourd dossier contentieux qui semble, à première vue, simplement opposer sécurité et vie privée. L’administration américaine proposerait donc en la matière un « équilibre » ou un « compromis » : d’un côté, la lutte contre le terrorisme, et d’un autre côté la vie personnelle. Une telle présentation passe à côté de bien des aspects de la question.

Elle témoigne tout d’abord d’un mépris total des citoyens d’autres pays que les États-Unis. La protection de la « vie privée », en effet, ne concerne que les Américains, alors que les écoutes téléphoniques, le piratage des ordinateurs et l’espionnage d’internet concernent aussi, à coup sûr, l’Europe et vraisemblablement d’autres pays qui sont surveillés sans la contrepartie proclamée de la moindre sécurité complémentaire. L’hégémonie américaine est ici comme normale, naturelle. L’équilibre mis en avant par le président Obama fonctionne pour les seuls Etats-Unis, alors que le scandale est global, mondial.

Le président Obama n’esquisse pas la moindre réflexion sur la complexité du face-à-face sécurité/vie privée. Pourtant, l’affaire Snowden, venant après celle suscitée par l’association WikiLeaks dévoilant en novembre 2010 le contenu d’un grand nombre de télégrammes issus de la diplomatie américaine, met en cause la transparence et le secret sur deux registres, et non pas sur un seul. D’une part, en effet, elle fait apparaître l’incapacité d’un pouvoir d’Etat, en l’occurrence américain, à fonctionner sur le mode du secret, comme si le secret d’Etat lui aussi était aujourd’hui intenable durablement dans les démocraties.

Edward Snowden n’était pas au cœur du système, c’était un consultant, peu diplômé, un sans grade, dont les orientations idéologiques, libertariennes, auraient pu être connues aisément de ses employeurs. Les révélations qu’il a pu faire suggèrent des carences dans la façon dont la NSA assure sa propre sécurité électronique. Les Etats-Unis surveillent le monde entier, mais cette surveillance ne résiste pas elle-même à l’intrusion et à la divulgation.

Cette affaire conduit aussi à examiner le modèle d’Etat qu’elle illustre. Ce modèle ne correspond pas à un régime totalitaire visant à contrôler jusqu’aux consciences individuelles, et il ne faudrait pas pousser trop loin la comparaison avec 1984 de George Orwell – un livre publié en 1949 dont les ventes viennent d’être relancées par cette affaire. Il s’agit plutôt de voir, en fouillant dans Google, Face Book, etc., comment se forment les idées, y compris au niveau d’une personne qui envoie des mails, des SMS, des images qui sont analysés dans leur éventuelle évolution. Au delà d’un hypothétique savoir sur le terrorisme en préparation, le pouvoir ne vise pas à imposer aux consciences sa vision du monde, mais à savoir en temps réel comment pensent les individus.

Les Etats-Unis aiment à se présenter comme une démocratie, elle-même au service de la démocratie dans le monde. Or ici, ils ont recours à des moyens non-démocratiques pour selon eux préserver la démocratie, la défendre, la protéger. Mais est-il efficace d’utiliser un moyen qui soit le contraire des fins proclamées,  et est-ce moralement acceptable ? A ces deux questions, il faut répondre de manière négative. L’existence du programme qui fait scandale aujourd’hui date de l’administration Bush, elle est indissociable de la « guerre contre le terrorisme » et du « Patriot Act ». Il est durablement dommageable pour son image que le Président Obama n’ait pas su mettre fin à des pratiques lourdes de mensonges et d’immoralité -la guerre en Irak ne fut-elle pas lancée sur la base de déclarations mensongères relatives ?- et de surcroit inefficaces -elles n’ont par exemple pas empêché le double attentat de Boston le 25 avril dernier.

Cette affaire suggère aussi qu’un nouveau complexe vient compléter le classique complexe industrialo-militaire, et peut-être même en partie lui succéder. L’administration, en effet, est ici en liaison non pas avec des entreprises du secteur de l’armement, au sens large, mais avec des opérateurs comme Google, Facebook, Microsoft, Yahoo, etc., elle est branchée sur le monde économique du numérique, d’internet, de l’offre des réseaux sociaux. Cet univers est lui-même en phase avec la société civile, il en relève assez largement, il l’anime, il est en son cœur, comme en témoignent les travaux de Manuel Castells: le nouveau modèle américain témoigne d’un effort de l’Etat pour maintenir son pouvoir et sa capacité d’action en s’articulant au savoir et à des ressources qui proviennent en bonne part de la société civile. Et une caractéristique de cette nouveauté tranche avec celles des industries du complexe classique, toutes inscrites dans le cadre de l’Etat-nation américain, ou en dépendant entièrement : au contraire, les opérateurs d’internet et des réseaux sociaux fonctionnent à l’échelle globale, leur espace n’est pas national, mais supranational.

Tournons-nous maintenant du côté de la « vie privée » et de ces citoyens qui découvrent par la presse qu’ils sont sous surveillance. C’est là encore un raisonnement trop court que de se contenter d’évoquer le contrôle qui s’opère à travers les téléphones portables, les cartes de paiement ou les technologies biométriques et autres de reconnaissance ou de localisation. La « vie privée » n’est pas un espace défini une fois pour toutes, et qui serait plus ou moins menacé par ces instruments du pouvoir, c’est une réalité changeante, et dont les transformations contribuent elles-mêmes à rendre plus facile l’observation et la surveillance.

Ainsi, les réseaux sociaux, en quelques années, sont-ils devenus autant d’univers relativement faciles d’accès où se raconte la « vie privée », auparavant contenue pour l’essentiel dans les seuls territoires des relations interpersonnelles. De même, bien des secrets conservés dans la « vie privée » sont-ils, depuis une quarantaine d’années, entrés dans la sphère publique. Il en est ainsi, en particulier, pour des formes de violence hier encore contenues au sein de la famille, de l’école, des Eglises, des institutions, etc., et désormais sont reconnues publiquement, évoquées dans les médias, traitées par la justice. Les auteurs de violence subies par les femmes, les enfants, les vieillards, les handicapés ne peuvent plus bénéficier du huis-clos qui les protégeait, le « personnel » est souvent devenu politique, ou public.

Ou bien encore, avec les progrès de la génétique, les aspects éventuellement secrets de la filiation sont mis en cause, on peut par exemple distinguer le père biologique du père juridique, et bien des débats qui s’organisent autour de l’adoption ou de la procréation médicalement assistée témoignent de changements dans nos conceptions de l’opposition privé/public.

Enfin, la possibilité de disposer de « Big Data », de banques de données gigantesques ne concerne pas seulement l’Etat et la sécurité militaire ou l’anti-terrorisme, mais aussi d’innombrables domaines de la vie collective : assurances, santé, comportements d’achats, etc. Avec un paradoxe, qui est que ces « Big Data » permettent de proposer non pas tant des moyennes ou des lois statistiques, mais des connaissances relatives à des individus, un par un : on peut chiffrer, par exemple, la probabilité pour une personne d’avoir ou de transmettre une maladie génétique, ou d’acheter un véhicule automobile dans les six mois, etc.

Tout ceci, qui mériterait bien d’autres développements, indique qu’à partir du scandale suscité par Edward Snowden et ses révélations, la réflexion mérite d’aller bien au-delà des justifications idéologiques proposées par le chef d’Etat américain promettant de concilier les droits fondamentaux de ses concitoyens et leur sécurité.

Ce texte est également publié en espagnol dans le journal La Vanguardia.

Citer ce billet

Michel Wieviorka, « Secret, sécurité et vie privée », billet publié sur wieviorka.hypotheses.org le 15 juin 2013, URL : http://wieviorka.hypotheses.org/191.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search