Les avancées de la démocratie

Feb11_VICTORY_Planting_Democracy_in_Tahrir_Square_2Il y a quelques mois à peine, la cause, pour beaucoup d’observateurs, semblait entendue : l’ère ouverte par les révolutions démocratisantes, dans les pays arabes ou musulmans, ou par les mouvements du type « indignados » dans de nombreuses sociétés occidentales touchait à sa fin. Les dimensions démocratiques des révolutions récentes n’avaient-elles pas été comme dissoutes par le triomphe de partis islamistes, ou par le passage à la violence et à la guerre civile ? Les « indignados », et autres « Occupy Wall Street » n’étaient-ils pas déclinants ?

C’était en réalité faire trop peu de cas de la vitalité de l’élan démocratique, partout sur la planète. Et ce qui se passe aujourd’hui dans le monde entier apporte un démenti à l’idée d’un affaissement systématique des mouvements conjuguant appel à la dignité des individus, rejet des pouvoirs politiques autoritaires, désir d’une société ouverte.

En Iran, le pouvoir des mollahs n’a pas pu contredire à nouveau le vote de citoyens soucieux de réformes et de sécularisation, comme il l’avait fait en 2009 en réprimant le « mouvement vert » qui s’était levé contre les falsifications ayant permis à Mahmoud Ahmadinejab de se faire reconduire à la tête du pays. C’est un religieux certes, mais modéré et, toutes proportions gardées, relativement ouvert qui a été élu le 14 juin 2013, dès le premier tour de la présidentielle, Hassan Rohani.

Au Brésil, le puissant mouvement « Passe livre » dénonçant les dépenses excessives du « Mondial » de football, les hausses du coût des transports en commun et la corruption du parti soutenant la présidente, Dilma Rousseff, témoigne du dynamisme de la société civile, et met en cause sur un mode profondément démocratique le système politique brésilien.

En Égypte, la révolution a été relancée, avec les manifestations de la fin du mois de juin et du début juillet du « mouvement Tamarrod » qui demande le départ du chef d’État, Mohamed Morsi, représentant des Frères musulmans. A l’évidence, le pays n’a donc pas basculé dans un islamisme radical. Il s’était donné, lors de l’élection présidentielle, à la seule force politique structurée, il s’en distancie et en appelle à une autre formule politique.

En Turquie, les manifestants de la place Taksim ont fait bien plus que dénoncer à partir du 31 mai la décision de détruire un jardin public d’Istanbul, le parc Gezi. Ils ont mis fin à la façon dont depuis des années s’était structuré, et en fait bloqué le débat politique dans ce pays. Pendant quinze ou vingt ans, en effet, la Turquie a vécu à l’heure de l’opposition entre un islamisme modéré et un républicanisme laïc, se réclamant du kémalisme. D’un coup, cette structuration a volé en éclat, les manifestants ne choisissant pas un camp contre l’autre, mais exigeant, là encore, de la démocratie et du respect.

Ces mobilisations présentent de nombreux traits communs. Dans ce qu’elles ont de meilleur, mais aussi il est vrai de fragile, elles sont intensément démocratiques, hostiles à la violence. Elles mettent en cause les pouvoirs en place, qu’ils soient autoritaires ou non, elles soulignent la crise de confiance qui existe vis-à-vis des acteurs politiques, elles témoignent d’un épuisement de la démocratie représentative, qui semble avoir atteint ses limites. Elles jouent à un niveau infra-politique, mais ne sont pas anti-politiques. Elles rejettent les forces politiques qui incarnent une société fermée, ou qui sont incapables ou corrompues.  Elles contribuent à imposer l’idée d’une crise politique et morale. Leur principale limite est qu’elles ne semblent pas capables d’inventer un mode de traitement politique de leurs demandes, ou de trouver la force politique qui pourrait l’incarner.

Autre point commun : ces mobilisations utilisent un « répertoire », pour reprendre la formule de l’historien Charles Tilly, qui comporte un usage intelligent des moyens modernes de communication, Internet, les téléphones mobiles, ils recourent massivement aux réseaux sociaux. En même temps, ils marquent et occupent l’espace public, à commencer par les grandes places les plus symboliques des métropoles où ils s’expriment. Leur action est une synthèse du virtuel et du spatial.

Dans d’autres expériences, les acteurs s’élèvent davantage au niveau politique, pais c’est alors de façon plutôt inquiétante. En Italie, le mouvement « Cinq étoiles »  de Beppe Grillo aurait ressemblé aux luttes des « Indignados » s’il n’avait pas choisi de se hisser au plan politique, et même électoral, sur un mode populiste –un effort qui s’est soldé dans un premier temps par le triomphe (élections sénatoriales et législatives de février 2013), mais qui a pris l’allure d’un échec cuisant lors des élections municipales de mai suivant. En France, les maladresses de la gauche au pouvoir au moment de rendre possible le mariage des homosexuels ont donné naissance à de puissantes manifestations qui ont pris très vite un tour politique, marqué à droite. Les débats qui auraient pu être intéressants, sur l’adoption, les mères porteuses, la procréation médicalement assistée ont été comme noyés par la radicalisation et la politisation d’un mouvement qui est finalement apparu comme réactionnaire et très à droite.

Ainsi, les mobilisations contemporaines les plus décisives sont celles qui ne tentent pas de s’installer au niveau politique, et en tous cas pas directement, tout en portant en elles de vives aspirations à la démocratie. Ces mobilisations ne débouchent pas politiquement, mais elles nous disent clairement que d’autres systèmes politiques, d’autres formes de vie démocratiques sont nécessaires.

Il est toujours possible que leurs significations les plus ouvertes, les plus démocratiques soient débordées, affaiblies, renversées par d’autres significations, par la violence, la guerre civile, qu’elles se laissent envahir par le sectarisme religieux. Mais les évènements récents nous montrent que si la démocratie est fragile, elle a aussi une réelle capacité de résistance, elle sait aussi faire preuve de vitalité.

Article paru dans La Vanguardia, juillet 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *