Le capitalisme financier n’a pas mis fin à l’exploitation des travailleurs!

DR Photo by Andrew Biraj for ReutersLe capitalisme moderne est souvent décrit comme dominé par la finance et la spéculation, de plus en plus coupé de la production, de l’industrie, de la vie réelle. Ce serait un univers à part, fonctionnant en lui-même, ce dont rend compte aussi l’idée de « bulles » éclatant périodiquement. Quand il faut en proposer des images, les plus fréquentes sont celles de Wall Street, des salles de marché, de la circulation instantanée, virtuelle et planétaire de l’argent, et assurément pas celles d’usines fabriquant des biens matériels. Les meilleures analyses de la crise actuelle insistent généralement sur cette disjonction du capital et de l’économie concrète – une disjonction qui a pour effet de faire de l’exploitation des travailleurs un thème presque archaïque, la question sociale de l’ère industrielle, et assurément pas celle des temps présents. D’ailleurs, n’est-il pas bien plus dramatique d’être chômeur, et donc de ne pas être exploité ?

Ces représentations dominantes ne devraient pas empêcher de constater l’existence d’autres modalités du capitalisme. C’est ainsi que le drame du Rana Plaza, au Bangladesh, le 24 avril dernier, a mis en lumière une tout autre face des logiques globales du capitalisme contemporain. Ce jour-là, un immeuble de huit étages abritant des ateliers de confection de vêtements s’effondrait, causant plus de mille morts, et quelque 2500 blessés. La construction du bâtiment n’avait pas respecté les règles en vigueur, les quatre étages supérieurs avaient été construits sans permis. Le Rana Plaza était en principe destiné à des commerces et des bureaux, et non voué à la fabrication de vêtements, une industrie qui implique des machines lourdes et sources de vibrations.

La veille du drame, des fissures avaient été signalées, des inspecteurs de sécurité avaient demandé l’évacuation et la fermeture de l’immeuble, les boutiques et la banque situées au rez-de-chaussée avaient fermé immédiatement. Mais le management des ateliers, affirmant que la sécurité était assurée, avait obligé les travailleurs d’y revenir, sans quoi un mois de salaire leur serait supprimé.

Conditions de travail indignes, rémunérations misérables (moins d’une quarantaine d’euros par mois), absence de sécurité, tout ceci fait d’un tel drame l’illustration de ce qu’est l’exploitation au Bangladesh, un pays dont l’économie repose largement sur ce type d’industrie – c’est le deuxième exportateur de vêtements au monde, après la Chine.

Le Rana Plaza n’est qu’un immeuble parmi d’autres, qui font du quartier de la confection à Dhaka un « triangle de feu », selon l’expression qui circule. Sur place, de nombreux acteurs ont leur responsabilité dans ce qu’a révélé la tragédie, directe (propriétaires du bâtiment, patrons d’atelier) ou indirecte (autorités plus ou moins corrompues) – ce modèle de production est au Bangladesh la règle bien plus que l’exception. Mais le modèle sur lequel repose ainsi l’exploitation et l’extrême vulnérabilité des travailleurs bangladeshis – en l’occurrence aussi des femmes, en grand nombre – est global, il ne se limite pas à un seul pays.

La production textile est récente au Bangladesh et doit beaucoup, à l’origine, à des capitaux coréens. Les vêtements fabriqués dans les ateliers comme ceux du Rana Plaza sont exportés, en partie pour des marques connues, comme Camaïeu, ou pour des chaînes de la grande distribution comme Walmart. Depuis longtemps, des ONG et des associations de consommateurs dénoncent cette exploitation éhontée, de nombreux blogs exhortent les entreprises concernées à participer aux efforts pour imposer des conditions de travail et de sécurité décentes au Bangladesh. Les entreprises en question n’ont jamais fait preuve d’ardeur en la matière. Elles évoquent les intermédiaires, nombreux, qui seraient responsables bien plus qu’elles, elles se présentent comme des donneurs d’ordre et non des acheteurs directs, elles ne se donnent guère la peine de vérifier si les codes de bonne conduite et autres règles éthiques qu’elles prétendent avoir adoptés sont respectés. Et dans certains cas, il est établi qu’elles sont de bonne foi, qu’elles ignoraient par exemple que des étiquettes de leur marque étaient apposées sur des vêtements sortant du Rana Plaza.

Les organisations internationales ont elles aussi leur part de responsabilité dans la situation actuelle. Les unes, parce qu’elles semblent peu capables d’exercer une influence dans leur domaine. L’Organisation Internationale du Travail, par exemple, n’a jamais obtenu de résultats significatifs au Bangladesh, un pays où la corruption est considérable. D’autres, parce qu’il n’est pas simple du point de vue moral d’entraver les maigres capacités de se développer d’un pays comme celui-ci. Ainsi, la Commission Européenne, dans les années 90, a accordé au Bangladesh le libre accès au marché européen pour sa production textile, lui permettant un début de développement –l’exploitation des travailleurs bangladeshis est aussi une conséquence de cette autorisation. Mais sans cette ouverture, où en serait ce pays ? La confection n’y est elle pas un secteur où les conditions de travail et de sécurité, toutes proportions gardées, sont moins abominables que dans d’autres domaines, comme l’agriculture ou la briqueterie, où l’on signale que des enfants sont amenés à travailler  ?

Dans d’autres domaines, où ont été révélées des formes d’exploitation extrêmes, la mobilisation internationale a exercé dans le passé des effets considérables, surtout lorsqu’elle a pu être portée par le mouvement altermondialiste et ses intellectuels organiques, tels Naomi Klein avec son ouvrage retentissant No Logo : la tyrannie des marques (Actes Sud, 2001). Cela s’explique, notamment, lorsque de grandes marques sont sensibles, plus que d’autres, à une image qui comporte des dimensions éthiques, ou parce qu’elles visent une clientèle capable de s’enflammer pour une cause comme celle de l’exploitation des enfants. Une marque d’articles de sport, par exemple, qui consacre un budget important à sa publicité en direction de la jeunesse, peut bien moins se permettre d’être mise en cause pour des raisons éthiques que celle d’un industriel produisant des poutrelles métalliques.

Le cas du Bangladesh est ici complexe. Les biens en question ne sont pas nécessairement commercialisés par des marques, et encore moins par des marques hypersensibles à leur image éthique. Ce peut l’être, mais pour une partie limitée seulement. Pour les autres entreprises concernées, et notamment la grande distribution type Walmart, ce qui prime est le prix de vente, elles sont tournées vers une clientèle soucieuse surtout d’acheter au moindre coût. Les menaces de boycott, les pressions, la mobilisation dans les médias et sur le Net sur une base éthique ou morale pèsent moins. C’est pourquoi une fois l’émotion suscitée par le drame retombée, chassée par d’autres actualités, l’espoir que s’exerce sur le système bangladeshi une pression soutenue et efficace ne peut être que faible.

Ainsi, une tragédie localisée, l’effondrement d’un immeuble entraînant morts et blessés en très grand nombre, fait apparaître une autre face du capitalisme contemporain que celle des traders, des circuits financiers et de la déconnexion d’avec l’économie réelle. Cette autre face est globale, elle aussi, avec pour caractéristique de disjoindre les lieux de la production de ceux de la distribution et de la consommation. Elle repose sur des formes de surexploitation qui profitent à des capitalistes et aux intermédiaires qui travaillent avec eux, mais aussi aux consommateurs, qui ont leur part de ce qui s’appelait dans le passé la « plus-value ». Ce capitalisme est lui aussi sans frontières, ou presque, et les États ne font pas beaucoup d’efforts pour le contrôler, qu’il s’agisse du Bangladesh, ou des pays où sont distribués les vêtements.

Une tendance importante des débats actuels porte sur la capacité des États non seulement à mettre au pas le capitalisme financier, mais aussi à lui faire retrouver le chemin de la production et de l’investissement. Encore faut-il que dans une telle perspective, l’effort des États soit conjugué à une action pour contrôler aussi le capitalisme industriel et commercial, le moraliser, et éviter qu’il fasse régresser les rapports sociaux au point, dans les cas extrêmes, de faire penser aux pires excès de l’ère industrielle naissante dans l’Europe du XIXe siècle.

(Tribune de Michel Wieviorka à paraître en espagnol dans La Vanguardia en août 2013)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *