La droitisation de la politique, et ses prolongements

Front National 2010-05-01 n03, par Marie-Lan Nguyen, CC wikimpedia commonsLa France est emportée dans une droitisation qui n’épargne ni la droite classique, ni la gauche. C’est ainsi que François Fillon, qui fut premier ministre du président Sarkozy, a fait savoir à la mi-septembre, au moment où le Front National tenait ses universités d’été, qu’il pouvait y avoir des situations où ce parti serait moins sectaire que le parti socialiste – ce qui revient à accepter l’hypothèse d’un vote pour cette force extrémiste et à consacrer l’idée d’un rapprochement au moins idéologique. De même, le ministre de l’Intérieur de François Hollande, Manuel Valls, vient de tenir des propos sur les Roms qui ne sont guère différents de ceux que tenait la droite la plus dure quand elle était aux affaires. La différence est ténue, en effet, entre le discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy dénonçant en juillet 2010 les Roms et leurs « implantations sauvages », et trois ans plus tard les déclarations de Manuel Valls critiquant lui aussi ces implantations et expliquant qu’une minorité de Roms seulement était disposée à s’intégrer, la majorité ayant selon lui vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie. Précisons que comme en 2010, les propos tenus ainsi au sujet des Roms ont valu à la France de se faire rappeler à l’ordre par Viviane Reding, la commissaire européenne à la justice, et par le porte-parole de la Commission, Olivier Bailly, menaçant la France de sanctions pour ne pas respecter les Traités européens.

Mais le paysage politique français ne se réduit pas à la seule image d’une droitisation. En fait, trois processus distincts doivent être examinés.

Le premier est celui qui affecte aussi bien la droite classique que la gauche au pouvoir, avec la montée en charge d’une tension croissante entre deux logiques opposées au sein de chacune de ces forces. Car dans les deux cas, on assiste à l’existence d’une opposition entre une ligne humaniste, antiraciste, tolérante, soucieuse du respect des droits de l’homme, et une ligne davantage favorable à des idées de fermeture, de critique et de rejet des minorités, quitte à la limite à adopter ou préconiser des mesures extrêmement dures d’expulsions et de reconduites aux frontières, sans ménagement, de stigmatisation, de répression. Les tensions sont si vives qu’elles semblent pouvoir mener, du moins à droite, jusqu’à l’éclatement, et on a pu entendre par exemple des figures comme Jean-Pierre Raffarin ou Alain Juppé se démarquer nettement des propos de François Fillon et lui reprocher d’avoir franchi une ligne jaune. On a surtout pu constater que l’UMP a cessé d’être une réalité politique crédible.

À gauche, le gouvernement semble plus qu’embarrassé, entre par exemple Manuel Valls incarnant la droitisation, et Cécile Duflot ou Christiane Taubira, marquées en sens inverse. Le chef de l’État, quant à lui, donne l’image, sur ce registre comme sur d’autres, d’un homme s’imprégnant de ces logiques opposées et cherchant à naviguer entre elles, à surfer sur les vagues.

Le deuxième processus, marginal, concerne le centre. Plus la droite se divise entre ceux qui sont « décomplexés » et ouverts à des alliances avec le Front national, et ceux qui s’y refusent, mais sans vouloir rompre avec leur parti, et plus le centre se renforce, mais sans lignes de fracture, au contraire. C’est ainsi que les deux principaux leaders du centre, Jean-Louis Borloo et François Bayrou jusque-là opposés, opèrent actuellement un rapprochement sur la base d’un refus de toute compromission avec le Front national et ses appels à une société fermée. Le centre politique en France demeure faible et sans grandes perspectives, mais la conjoncture lui est favorable, surtout en lui ouvrant un espace sur sa droite, là où électeurs et militants politiques ne veulent pas risquer d’être compromis par la droitisation et le rapprochement  avec les thèses du Front national.

Avec ce dernier, c’est un troisième processus qui est à l’œuvre : celui de la coprésence de deux logiques distinctes et opposées, mais que le discours populiste du FN articule sans difficultés. Le Front national, en effet, comme je le montre dans le livre que je publie ces jours-ci (Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie, éd. de la Maison des sciences de l’homme), est un parti qui n’a pas perdu toute sa radicalité, qui se veut antisystème, raciste, islamophobe, et qui en même temps s’efforce d’apparaître comme respectable, digne d’occuper une place dans le système, doté d’un projet compatible avec la démocratie. Le Front national est à la fois sulfureux, et en cours de dédiabolisation ; il est antisystème, et désireux de trouver sa place dans le système, et ces contradictions non seulement ne l’embarrassent pas, mais même semblent lui permettre de progresser et de mettre les forces politiques classiques en difficulté. Il prospère dans la contradiction, là où le parti socialiste et l’UMP se tendent, et risque de se déchirer. Il faudrait qu’il soit réellement en mesure de participer éventuellement au pouvoir, au niveau national, avec des pans de la droite classique pour que cette contradiction devienne pour lui intenable –un scénario dont la réalisation demeure une hypothèse lointaine.

À suivre les sondages, les élections municipales, en mars 2014, et européennes, deux mois plus tard donneront plus de lisibilité à ces trois grands processus, qui semblent donc à ce jour devoir signer avant tout la crise des partis classiques de la droite et de la gauche, l’essor timide du centre, et la poussée beaucoup plus puissante du Front national. Il faut s’attendre en France à des reclassements, des recompositions, et peut-être à de fortes embardées politiques.

Michel Wieviorka, « La droitisation de la politique, et ses prolongements » (tribune publiée dans La Vanguardia), 30/09/2013, URL : http://wieviorka.hypotheses.org/233.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search