Le besoin d’analyse de fond, c’est maintenant !

Chez Michel Wieviorka, Rue89 Les Blogs, publié le 18 juin 2012

Les élections législatives, dont nous connaissons maintenant les résultats, marquent la fin d’un cycle, et en tout état de cause d’un long processus électoral.

Hollande, s’il échoue, n’aura pas d’excuse

Le président de la République dispose maintenant à tous les niveaux des appuis politiques que lui apporteront des élus de gauche, presque partout majoritaires, localement, et notamment dans de grandes villes, dans les conseils généraux et régionaux, au Sénat, à l’Assemblée nationale. Il va pouvoir mener la politique qui est la sienne avec de grands degrés de liberté, et s’il échoue, il ne pourra imputer son échec qu’à lui-même, ou à des facteurs échappant à l’action politique – la crise, ici, pourrait avoir bon dos.

Cette hégémonie, acquise pour plusieurs années, crée une situation nouvelle.

L’opposition politique d’hier est en effet maintenant au pouvoir, et si le nouveau pouvoir devra débattre avec la droite, il lui faudra aussi affronter critiques et contestations émanant de sa propre base. Ceux qui tremblaient, à gauche, à la perspective de voir Nicolas Sarkozy l’emporter lors de la présidentielle et, dans la foulée, la droite conserver la majorité à l’Assemblée nationale se sont tus, parfois plutôt que d’étaler trop nettement des divergences d’opinion avec François Hollande ou de lui demander avec trop d’énergie de s’engager sur des mesures qu’il ne tenait pas à annoncer, des promesses qu’il ne voulait pas faire.

Ils n’ont pas ferraillé avec lui et les siens, par exemple sur les dossiers où il était le plus prudent, ou le plus faible, comme on voudra : l’immigration, le traitement des différences religieuses ou culturelles, l’idée de nation, etc. Ils ne voulaient pas prendre le risque de diviser la gauche, dont l’électorat, sur de tels enjeux, est très partagé.

Du coup, les médias audiovisuels classiques ne nous ont donné pratiquement à voir et entendre que des acteurs politiques, d’une part, et d’autre part des journalistes et des sondeurs rarement soucieux ou en mesure d’apporter davantage qu’un éclairage technique ou superficiel

Le sommet, ou plutôt le fond a été atteint lors du seul débat télévisé opposant Nicolas Sarkozy et François Hollande entre les deux tours de l’élection présidentielle, quand les journalistes animant ce débat se sont contentés de surveiller la pendule.

Un retour des idées et des analyses de fond

Jamais période électorale, en France, n’a à ce point fait l’impasse sur les intellectuels. Et quand ceux-ci s’exprimaient, dans les colonnes débats ou horizons de la presse écrite par exemple, ce fut généralement avec une très grande retenue, une sorte d’autolimitation par rapport à leur propre camp.

Mais cette époque est derrière nous, et il faut s’attendre au retour des idées et des analyses de fond dans le débat politique.

Le pouvoir va certainement être amené à annoncer des mesures pour beaucoup impopulaires, et la conjoncture économique et sociale, quoi qu’il fasse, sera tendue et difficile. Jusqu’ici, la France, dont l’histoire est celle d’un peuple qui a souvent été turbulent, voire révolutionnaire, est restée étonnamment calme si on compare à d’autres pays où se sont exprimés des acteurs en colère, comme en Grèce, ou des mouvements sociaux parfois qualifiés d’« Indignés ».

L’explication est ici avant tout politique : ces mouvements ont surgi là où la gauche avait cessé d’être une alternative crédible, une force capable d’assurer le traitement politique de demandes sociales et culturelles émanant d’une société en souffrance, on l’a vu notamment en Espagne, où Zapatero, en sombrant, n’a laissé aux socialistes aucune perspective à moyen terme.

La gauche face au risque contestataire

Maintenant, la gauche française dispose de tous les leviers, et le pouvoir ne pourra certainement pas régler rapidement, comme par magie, les grandes difficultés sociales et économiques du pays : il ne faut pas exclure que la société sorte de sa patience, et que, sous des formes variées, éventuellement violentes, des mouvements sociaux et culturels se constituent et s’expriment dans l’espace public.

Des intellectuels plus ou moins critiques s’exprimant plus nettement, à gauche, et à la gauche de la gauche, et avec un espace qui s’est rouvert pour eux ; une société se mobilisant et contestant son action, ou son impuissance : la gauche aux affaires va devoir maintenant s’interroger sur son rapport aux uns et aux autres.

Saura-t-elle entendre les critiques, et en faire son miel, créer les conditions de débats de fond, y participer ? Répondre aux acteurs contestataires, aux protestations sociales, aux demandes de reconnaissance culturelle, plutôt que les ignorer, voire les réprimer ? Reconstituer les lieux de médiation et encourager les figures de l’intermédiation que le pouvoir précédent a systématiquement affaiblis, rendant difficiles la coopération, la négociation et le traitement politique des conflits ?

Une ère nouvelle est ouverte, le cycle qui a vu la gauche s’installer au pouvoir est achevé. L’heure est désormais, on peut en faire en tous cas l’hypothèse, à un redressement moral et intellectuel, autant qu’économique, qui devrait passer par le débat et l’effort pour transformer la crise en conflit institutionnalisé. La bonne « gouvernance » ou la gestion centralisée et technocratique des dossiers n’y suffiront pas.

Chez Michel Wieviorka, Rue89 Les Blogs, publié le 18 juin 2012


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *