Un monde unifié par Internet ?

Carnabotnet geovideo lowresUn monde globalisé n’est pas nécessairement un monde homogène, sans frontières, sans distances ni différences entre les hommes et les groupes humains. Au contraire, la mondialisation a au moins deux effets opposés, et qui peuvent de surcroit s’alimenter l’un l’autre. D’une part, elle suscite des réactions culturelles où se replient sur elles des identités collectives, des communautés, des Nations qui se ferment et veulent s’isoler les unes des autres, bien plus que réellement appartenir à un seul univers cosmopolite, ouvert à tous vents. D’autre part, elle provoque ou amplifie des inégalités économiques, elle défait le lien social, elle suscite, entre sociétés et en leur sein, des fractures territoriales. La globalisation unifie, intègre la planète, elle la fragmente tout aussi bien.

Pourtant les technologies nouvelles de la communication et de l’information ne jouent-elles pas en sens unique, ne viennent-elles pas uniformiser le monde, le transformer en un village global, comme disait le pionnier de l’étude des médias modernes, Marshall Mc Luhan ? Chacun aujourd’hui n’accède-t-il pas à une culture unique où les individus vivraient tous au même rythme, dans la même temporalité, dans un même espace –ce qu’un géographe, David Harvey, a appelé « la double compression du temps et de l’espace »?

Cette idée peut être politiquement indifférenciée, ne peut pas prendre en compte les inégalités par exemple géopolitiques, entre pays, pour ne s’intéresser qu’aux individus et aux cultures auxquelles ils appartiennent. Elle peut aussi s’accommoder du constat selon lequel les Etats-Unis, dans ce domaine, disposeraient d’une sorte de quasi-monopole, d’une position largement hégémonique, comme l’a révélé d’une certaine façon Edward Snowden en dévoilant les programmes de surveillance de la NSA. Désormais, nous voyons bien comment opère l’union de l’Administration américaine et des entreprises gestionnaires d’Internet, et notamment des principaux réseaux sociaux, tels Facebook ou Tweeter, assurant aux USA une domination sur le monde qui ajoute un « soft-power », celui de l’influence intellectuelle, culturelle, scientifique, au « hard-power » des armes et des ressources directement économiques. Si un domaine est unifié à l’échelle planétaire, n’est ce pas celui de la communication, sous la bannière américaine ? Ce constat doit être nuancé, et deux arguments méritent ici examen.

Le premier, précisément, est géopolitique. Les révélations de Snowden, en effet, ont fait plus qu’émouvoir les pouvoirs et les opinions dans de nombreux pays. Elles les ont aussi incités à réfléchir aux formes que pourraient prendre l’indépendance de leurs systèmes de communication, dans un cadre national –l’Allemagne, la France, par exemple, ou dans un espace plus large, l’Europe par exemple. La protection des données numériques est désormais un thème diplomatique majeur dans les rencontres franco-allemandes, comme dans les relations entre l’Union Européenne et les Etats-Unis.

Par ailleurs, des pays à régime autoritaire se donnent les moyens d’isoler leur population des systèmes mondiaux, et de censurer Internet, c’est le cas de la Chine notamment.

Enfin, l’interconnexion de tous les réseaux n’est pas destinée à s’imposer nécessairement, et on peut fort bien imaginer des sous-ensembles nationaux ou régionaux fonctionnant dans une très grande indépendance. La communication et l’information peuvent fort bien à l’avenir être elles aussi prises dans les logiques de la fragmentation.

Le deuxième argument est linguistique. S’il est vrai que des dizaines de langues meurent chaque année, il est non moins avéré que bien des langues aujourd’hui se relancent, alors qu’on pouvait penser qu’elles seraient laminées par l’anglais. Cela est vrai, par exemple, dans toute l’Afrique, où il est de plus en plus question de développer des systèmes d’éducation basés sur les langues africaines, y compris dans l’enseignement des sciences, et où une « académie africaine des langues », l’ACALAN, a été créée en 2001 pour accompagner ce mouvement, et promouvoir ces langues, les unes locales, les autres transfrontalières. Ou bien encore en Allemagne, où les « patois » trouvent depuis quelques années une nouvelle vigueur. Et que dire des langues basque ou catalane, qui n’avaient pas depuis longtemps connu une santé aussi bonne. Partout dans le monde, des langues autres que l’anglais témoignent elles aussi d’une grande vitalité, les unes parlées par une population aux effectifs limités, les autres assurant l’existence de communautés linguistiques considérables, qu’il s’agisse de l’espagnol, de l’arabe, du mandarin ou même du français -on s’attend à ce que la francophonie voit ses effectifs multipliés par trois à l’échelle de la planète d’ici une trentaine d’années.

Dans cette perspective, la formation ou le renforcement d’espaces linguistiques peut contrer les logiques d’unification communicationnelle, qui se déploient d’autant mieux que la langue anglaise est reine. Mais là aussi, méfions-nous des schémas trop élémentaires. Il est possible qu’à l’avenir, nous assistions à la fragmentation culturelle du « village global » dont parlait Mc Luhan. Et il est possible aussi que cette fragmentation soit comme surplombée par une dissociation accrue du monde en deux sous-ensembles sociaux et économiques: ceux qui utilisent internet, les réseaux, les ressources de la communication moderne sur un mode cosmopolite, en citoyens du monde, ou qui participent de plain-pied à l’économie globalisée et qui vivent alors en anglais, et ceux qui le font dans des espaces territoriaux et linguistiques limités.

Décidément, nous devons réfléchir aux scénarios qui pourraient aller à l’encontre de ces logiques de fragmentation, et de fractures, tout en tenant compte de la variété des cultures et des langues, et en résistant à l’accroissement des inégalités sociales, qui sont aussi économiques, politiques, géopolitiques, numériques et territoriales. Ne devons-nous pas imaginer, et tenter de construire un monde où soit concilié l’inconciliable, premièrement le respect des valeurs universelles, et donc la communication y compris dans ses dimensions planétaires et cosmopolites, deuxièmement la reconnaissance de la diversité culturelle et linguistique, et troisièmement les politiques publiques pour faire reculer les inégalités sociales ?

Article à paraître en espagnol dans La Vanguardia.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search